Skip to main content

Destinataire(s) : "Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire" à l'Assemblée Nationale

Pour l'arrêt du nettoyage de la voirie française à l'eau

Pour l'arrêt du nettoyage de la voirie française à l'eau

Tandis qu’il ne pleut plus, que la sécheresse devient banale, que les restrictions d’eau ont lieu dès le printemps et sans doute dans peu de temps toute l’année, que des villages sont d’ores et déjà alimentés par camions-citernes, que nombre de cours d’eau sont à sec ou pas loin de l’être, de nombreuses villes continuent à gaspiller des centaines de millions de litres d'eau douce chaque année, souvent potable, pour laver systématiquement la voirie, même quand ce n'est pas absolument nécessaire. Certaines utilisent même de l'eau portée à ébullition pour désherber !

En parallèle, les mêmes villes demandent à leurs administrés d'économiser l'eau.

L’eau est, comme prévu depuis longtemps, devenue une ressource trop précieuse pour ne pas agir sur ce levier d'amélioration.

La même pétition existe déjà sur le site de l'Assemblée pour tenter de lancer un débat sur le sujet.

(l'image en exergue date du 1/8/22, en pleine sécheresse)

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Des centaines, voire des milliers de communes sur les presque 35 000 que compte la France, nettoient aujourd’hui leur voirie (trottoirs, rues, escaliers, etc.) avec de l’eau.

Cela représente quelques milliers de kilomètres de goudron, bitume, asphalte, béton, etc.
À titre d’ordre de grandeur, il y a rien qu’à Paris* près de 3000 km de trottoirs et plus de 1500 km de rues. La métropole de Lyon* entretient environ 8 millions de m2 de trottoirs et près de 3000 km de voies*. Dans les villes moyennes, ces distances se chiffrent plutôt en centaines de kilomètres.

Les lavages ont lieu généralement chaque semaine, sans compter les lendemains d’évènements (festivals, fêtes diverses, autres rassemblements). Ils se font fréquemment au camion-balai, de plus en souvent à la laveuse avec jet d’eau haute pression, parfois les deux à la fois. À en croire les sites spécialisés, le débit minimum de ces engins se situe autour des 10 litres par minute, mais atteint facilement les 75 litres par minute, voire plus. Certains prévoient même la récupération d’eau, en option.

L’entretien de la voirie par les mairies est une obligation, par contre son lavage ne l’est pas. Il ne s’agit pas d’eau qui va nourrir le sol et les nappes phréatiques, mais presque toujours d’eau qui va ruisseler sur des sols artificialisés et très imperméables. On peut commencer à parler de gaspillage et plus encore quand il s’agit d’eau potable. En effet, à l’exception de Paris, où c’est le réseau d’eau non potable qui est utilisé, la plupart des autres communes utilisent de l’eau potable pour ces lavages.

On peut raisonnablement estimer que ce gaspillage d’eau hebdomadaire en France, essentiellement d’eau potable donc, se chiffre en millions de litres. Si on considère — hypothèse très basse — une petite consommation d’un million de litres hebdomadaire, cela représente annuellement plus de 50 millions de litres d’eau.... pour laver du goudron, bitume, asphalte, béton, etc.

(1 million de litres consommés à raison de 10 litres par minute, le minimum apparemment, cela fait chaque semaine presque 1700 heures de lavages pour toute la voirie française, soit une moyenne d’environ 3 minutes par ville. On peut raisonnablement supposer qu’on est bien au-dessus).

Tandis qu’il ne pleut plus, que la sécheresse devient banale, que les restrictions d’eau ont lieu dès le printemps et sans doute dans peu de temps toute l’année, que des villages sont d’ores et déjà alimentés par camions-citernes, que nombre de cours d’eau sont à sec ou pas loin de l’être, qu’on demande aux cultivateurs — même à ceux qui ne font pas de l’intensif — de ne plus arroser leurs cultures et aux jardiniers amateurs de ne plus arroser leur jardin, comment peut-on continuer comme cela ? L’eau est, comme prévu depuis longtemps, devenue une ressource trop précieuse.

En termes de clarté, combien de communes déclarent les volumes d’eau utilisés pour la voirie ? Une étude serait utile. Certaines villes font des expérimentations pour récupérer les eaux de pluie par exemple, quand il pleut en tout cas, mais c’est encore de l’eau destinée au ruissellement. Nous sommes arrivés à un point de non-retour sur le plan environnemental où il n’est plus permis de continuer ainsi. D’autres solutions doivent être étudiées et le lavage des rues à l’eau abandonné très rapidement .

* source : les sites de la ville de Paris et celui du grand Lyon.

Actualités

2022-08-09 18:48:27 +0200

10 signatures atteintes