• Pour l'arrêt du nettoyage de la voirie française à l'eau
    Des centaines, voire des milliers de communes sur les presque 35 000 que compte la France, nettoient aujourd’hui leur voirie (trottoirs, rues, escaliers, etc.) avec de l’eau. Cela représente quelques milliers de kilomètres de goudron, bitume, asphalte, béton, etc. À titre d’ordre de grandeur, il y a rien qu’à Paris* près de 3000 km de trottoirs et plus de 1500 km de rues. La métropole de Lyon* entretient environ 8 millions de m2 de trottoirs et près de 3000 km de voies*. Dans les villes moyennes, ces distances se chiffrent plutôt en centaines de kilomètres. Les lavages ont lieu généralement chaque semaine, sans compter les lendemains d’évènements (festivals, fêtes diverses, autres rassemblements). Ils se font fréquemment au camion-balai, de plus en souvent à la laveuse avec jet d’eau haute pression, parfois les deux à la fois. À en croire les sites spécialisés, le débit minimum de ces engins se situe autour des 10 litres par minute, mais atteint facilement les 75 litres par minute, voire plus. Certains prévoient même la récupération d’eau, en option. L’entretien de la voirie par les mairies est une obligation, par contre son lavage ne l’est pas. Il ne s’agit pas d’eau qui va nourrir le sol et les nappes phréatiques, mais presque toujours d’eau qui va ruisseler sur des sols artificialisés et très imperméables. On peut commencer à parler de gaspillage et plus encore quand il s’agit d’eau potable. En effet, à l’exception de Paris, où c’est le réseau d’eau non potable qui est utilisé, la plupart des autres communes utilisent de l’eau potable pour ces lavages. On peut raisonnablement estimer que ce gaspillage d’eau hebdomadaire en France, essentiellement d’eau potable donc, se chiffre en millions de litres. Si on considère — hypothèse très basse — une petite consommation d’un million de litres hebdomadaire, cela représente annuellement plus de 50 millions de litres d’eau.... pour laver du goudron, bitume, asphalte, béton, etc. (1 million de litres consommés à raison de 10 litres par minute, le minimum apparemment, cela fait chaque semaine presque 1700 heures de lavages pour toute la voirie française, soit une moyenne d’environ 3 minutes par ville. On peut raisonnablement supposer qu’on est bien au-dessus). Tandis qu’il ne pleut plus, que la sécheresse devient banale, que les restrictions d’eau ont lieu dès le printemps et sans doute dans peu de temps toute l’année, que des villages sont d’ores et déjà alimentés par camions-citernes, que nombre de cours d’eau sont à sec ou pas loin de l’être, qu’on demande aux cultivateurs — même à ceux qui ne font pas de l’intensif — de ne plus arroser leurs cultures et aux jardiniers amateurs de ne plus arroser leur jardin, comment peut-on continuer comme cela ? L’eau est, comme prévu depuis longtemps, devenue une ressource trop précieuse. En termes de clarté, combien de communes déclarent les volumes d’eau utilisés pour la voirie ? Une étude serait utile. Certaines villes font des expérimentations pour récupérer les eaux de pluie par exemple, quand il pleut en tout cas, mais c’est encore de l’eau destinée au ruissellement. Nous sommes arrivés à un point de non-retour sur le plan environnemental où il n’est plus permis de continuer ainsi. D’autres solutions doivent être étudiées et le lavage des rues à l’eau abandonné très rapidement . * source : les sites de la ville de Paris et celui du grand Lyon.
    11 de 100 Signatures
    Créée par Catherine P.
  • Non à la LGV Bordeaux Toulouse : une aberration économique, écologique et sociale
    Le projet LGV Bordeaux - Toulouse - Dax est une aberration tant sur le plan financier qu'écologique et social. Il a été largement refusé par la population lors d'une enquête d'utilité publique le 30 mars 2015. La commission d’enquête publique, à la majorité de ses membres, émet un avis défavorable relatif au projet LGV, 90% des votants ayant voté contre. Madame Borne, alors ministre des transports, avait "enterré" le dossier. Or, en fin de mandature de Monsieur Macron... il réapparaît. Rappelons l’impact néfaste de ce projet sur les habitants, la biodiversité et le paysage : - Ce projet détruira 403 propriétés bâties, un cimetière à Roquefort, une station d’épuration, huit sites Natura 2000, 413 espèces animales et végétales dont 197 protégées, la vallée du Ciron (classée) ainsi que des paysages jusque là intacts. - 50 millions de tonnes de matériaux devront être déplacés soit 2 360 camions par jour pendant 10 ans. - Une taxe spéciale va être créée pour 3 000 communes TSE soit près de 5 millions d’habitants qui, pour la plupart, ne prendront jamais ce train ! Les villes intermédiaires n’étant même pas desservies, ce projet est réellement déconnecté des besoins de la région. - Ce projet, estimé à 14 milliards d'€, ne sera pas soutenu par L'Union Européenne. Madame Karima Delli, Présidente de la Commission transports au Parlement Européen ayant déclaré à Lyon le 22 juin 2022 : “Nous n’avons pas retenu le projet de ligne à grande vitesse GPSO. Il nous a semblé que les alternatives fondées sur les lignes existantes permettraient de diminuer fortement l’empreinte environnementale du projet et seraient plus utiles à la mobilité quotidienne des habitants.” Ce projet permettrait de “gagner du temps” et de développer les territoires. De quoi parle-t-on réellement ? D’un un gain de temps minime : Paris - Toulouse sans arrêt : 36 minutes de “gagnées”; avec arrêts à Agen et Montauban : 26 minutes de “gagnées”. Par ailleurs, un train qui ne s’arrête pas dans les gares ne peut contribuer à l’aménagement du territoire… Marmande, Langon… Par ailleurs Agen est une agglomération qui se développe très bien avec le TGV actuel, et notons que Toulouse est largement desservie par l’avion (qui n’est pas la meilleure solution écologique), le train de nuit remis en service, et le TGV Paris Bordeaux Toulouse. Une grande partie des habitants va donc subir les taxes, les destructions, la pollution, les nuisances sans profiter de ce train qui leur passera sous le nez. La priorité est donc la réhabilitation des lignes existantes, des lignes du quotidien, des trains de nuit et du fret. Ces arguments visant à la rénovation des voies existantes rejoignent ceux de la Cour des Comptes, du Conseil d’analyse économique et social, de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale, de la Commission économique du Sénat, des Assisses ferroviaires, du CESE, de dizaines d’élus du Sud-ouest, d’associations (Trans’Cub, Sepanso 33, France Nature Environnement, TGV en Albret et bien d’autres associations y compris de chasseurs…). Si tous ces arguments (montages financiers plus que fragiles, taxes imposées aux riverains, destruction de forêts et de paysages) ont convaincu les députés européens de refuser leur soutien, rien n’est gagné. En effet, les promoteurs du projet vont déposer un nouvel appel à financement en septembre 2022 pour le mécanisme d’interconnexion en Europe. Signons la pétition massivement avant la fin septembre pour dénoncer ce projet et bloquer ces financements ! Il est important de faire entendre nos voix trop méprisées jusqu’alors, aidez-nous ! Pour que ce projet soit définitivement enterré, il est urgent de se mobiliser. Nous demandons à Madame Elisabeth Borne, Madame Carole Delga, Monsieur Alain Rousset de travailler en concertation avec la population sur une solution alternative de réhabilitation des lignes existantes.
    94 de 100 Signatures
    Créée par Marie A.
  • Défense du BOIS du FOUILLET au Mans
    Le projet de l'aménageur CENOVIA a été examiné par le Conseil Communautaire Le Mans Métropole en 2005 avec une étude d'impact. Les élus du Conseil de Quartier de Vauguyon au Mans (Sarthe 72) ont pris le dossier en charge en 2017 dans une commission de l'aménagement du BOIS DU FOUILLET situé au Mans. Des lanceurs d'alerte comme Jacques Giré siège au COPIL (Comité de Pilotage) pour ce projet de 550 logements. Le Conseil communautaire Le Mans Métropole s'est réuni le 3 décembre 2021 : abandon du projet mais travail sur un second ;  le collectif n'a pas accès aux informations  Le bois faisait 32 ha : 4.5 ha ont déjà été utilisés par une zone d'activité (dont la caserne des pompiers). Le bois restant est de 26 ha Le  BOIS DU FOUILLET, est une zone naturelle de 26 ha qui doit être préservée absolument au vu des enjeux de biodiversité, du réchauffement climatique, de la fragmentation des espaces naturels, de l’artificialisation des sols, de la qualité du cadre de vie des riverains et des Manceaux . En 2022 particulièrement car un large consensus des scientifiques, des citoyens, des institutions et des élus existe pour la préservation des zones naturelles et particulièrement en zone urbaine. Il est donc anachronique de vouloir porter atteinte fût ce de manière partielle au Bois du Fouillet.  Il ne s’agit donc pas de quelques arbres, le Bois du Fouillet est un espace naturel qui remplit plusieurs fonctions.  Cette création de logements peut et doit se faire autrement et non pas sur une zone naturelle qui est inclue dans une trame verte et bleue, et qui était un espace boisé classé jusqu'en 2005 ; les élu.es de cette époque ont estimé qu'il fallait le protéger pour les générations futures. Il appartient à une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique de type 1, comme le démontrent une étude toute récente de naturalistes sur le terrain. Par ailleurs l’installation de logements dans cette zone serait anti sociale. En effet la zone est très bruyante du fait du Circuit des 24 H et de la voie express (grande rocade).   Préserver le Bois du Fouillet serait donc un acte symbolique et concret dont peut s’emparer la ville pour montrer son attachement à l’écologie, à un urbanisme en harmonie avec le végétal et la biodiversité.  C’est pourquoi le collectif propose que le maire abandonne l’artificialisation du site, même une petite partie, et redonne son statut d’Espace Boisé Classé au Bois du Fouillet. Le collectif propose son reclassement en espace boisé classé. Il est valorisé dans les travaux liés aux SCOT et donc dans la trame verte et bleue. Il est entretenu avec des modalités qui respectent son caractère sauvage pour renforcer sa résilience au réchauffement climatique (faut-il renforcer la présence des feuillus et quels espèces ?)
    356 de 400 Signatures
    Créée par Groupe local Greenpeace du Mans
  • Création d'une flotte aérienne de lutte incendie en France
    J'habite la Gironde depuis que je suis né, et ma famille y est depuis des centaines d'années. De tel incendies me touche énormément, car cela impacte particulièrement la nature et la biodiversité, et que de tels épisodes vont être de plus en plus fréquents avec le changement climatique. Je pense donc à l'avenir de nos enfants, de nos petits enfants, ainsi qu'aux générations futures. A ce jour, le 20 Juillet 2022, 21 000 Hectares de la forêt des Landes ont brulés ! Au vu de tels incendies sur l'une des plus grandes forêts d'Europe, ne serait-il pas possible de créer une méga flotte d'avions canadairs et DASH en France !? Par exemple, la création de 12 canadairs et 6 Dash en Aquitaine avec comme base (Mérignac-Cazaux-Mont de Marsan-Bayonne et encore j'en oublie...), et la même chose pour le Sud-Est de la France serait nécessaire ! Soit la création de 24 Canadairs et 12 Dash. Ou penser une autre répartition d'avions positionnés aux 4 coins de la France vu les différents incendies qui touchent actuellement tout le pays, que ce soit en Aquitaine, Sud-Est, Bretagne ou ailleurs. Une flotte positionnée aux 4 coins de la France, avec si possible toute la maintenance nécessaire sur place, permettrait d'éviter aux avions de revenir sur Nîmes pour l'entretien et donc d'être plus rapide pour les interventions. Si un incendie se déclare, cela permettrait d'intervenir rapidement en peu de temps, sachant qu'un Canadair c'est 6000 litres d 'eau et un Dash 10000 Litres de retardant. - Un Canadair coûte entre 50-60 millions (vu les recherches sur Google) - Un Rafale F4 entre 180-200 millions! (vu les recherches sur Google) Ne serait-il pas préférable, au vu du changement climatique, d'investir dans des moyens de protection de la nature plutôt que dans l'armement ? De plus, comment se fait-il que l'armée avec tous les hélicoptères ne puissent pas aider en portant entre 1000-2000 litres pour seconder les appareils de la Sécurité Civile ? Nous avons l'élite mondiale aéronautique en FRANCE avec Airbus et Dassault, peut-être faudrait-il prévoir l'étude d'avions de combat incendie assez rapidement, pour éviter que de tels phénomènes ne se reproduisent tous les ans... Signez la pétition pour demander plus de moyens !
    1 429 de 2 000 Signatures
    Créée par David D.
  • NON à l'extension de la carrière Lafarge sur Château-Gontier (53)
    La demande d'extension de la Carrière des Coudrays par l'entreprise LafargeHolcim sur les communes de Château-Gontier sur Mayenne et Marigné-Peuton (53) est un projet destructeur au niveau environnemental. "Les impacts résultants du projet à la suite des mesures envisagées seront nuls à faibles, voire positifs à entièrement maitrisés" Etude d'impact - LafargeHolcim Vraiment? - Sur les 50ha concernés par cette demande d'extension, on trouve 17ha de forêt qui seront défrichés. Cette disparition d'espaces boisés portera atteinte à la survie de nombreuses espèces protégées (l'écureuil roux, l'autour des palombes, etc...). De plus, la forêt a un rôle essentiel dans la régulation du changement climatique (micro-climat, stockage carbone). - 3 zones humides sont également concernées : ce sont des écosystèmes complexes et précieux. On y trouve de nombreuses espèces d'amphibiens. Ces zones humides sont essentielles dans la préservation de la biodiversité. De plus on observe de plus en plus de phénomènes climatiques extrêmes (sécheresses, fortes pluies...) Ces espaces ont un rôle primordial pour limiter les inondations dans les villes. -Lafarge se vente de créer 3 emplois supplémentaires grâce à l'extension. Cependant, ne peut-on pas faire mieux? Sur les 33ha de terres agricoles menacés, il est possible d'installer au moins un agriculteur et même plus si on y développe des projets à taille humaine, tel que du maraîchage diversifié, de l'arboriculture, de l'élevage extensif... - Les exploitants de carrières sont dans l'obligation légale de restaurer le milieu suite à l'extraction. Ils se servent de déchets inertes pour compenser les matériaux retirés. Il n'y a aucune transparence sur l'origine de ces déchets et bien que des mesures soient mises en places pour assurer l'isolation de ceux-ci dans le sol une fois enfouis, nous ne sommes jamais entièrement à l'abri d'une pollution diffuse des eaux souterraines. De plus, la vie du sol ne sera jamais totalement retrouvée. - L'exploitation de la carrière actuelle consomme 66 000 m3 par an. Le projet d'extension va nécessité de venir puiser dans la nappe phréatique une quantité d'eau au moins égal à ce volume. La ressource en eau va devenir de plus en plus rare dans les années à venir, les sécheresses anormales que nous connaissons depuis quelques années en sont un signal fort. Il serait inconscient d'autoriser cette folie de plus. En plus d'avoir une atteinte à la biodiversité et au climat, ce projet participe à l'altération de notre paysage bocager. Il est important que nous nous opposions à ce projet pour préserver notre environnement à notre échelle. Nous sommes conscient que dans le système consumériste actuel, les matériaux extraits semblent indispensables, pour construire, bétonner, reconstruire... Il est temps que nous réalisions l'urgence d'évoluer vers plus de sobriété : rénovation de l'existant, utilisation de matériaux bio-sourcés ou recyclés, limitation de l'étalement urbain,... Signez cette pétition c'est faire votre part pour stopper un projet destructeur de plus. L'enquête publique se termine le jeudi 21 juillet à 17h. Nous remettrons en mains propres les signatures au commissaire enquêteur pour lui témoigner de la mobilisation citoyenne. La liste des signataires viendra peser dans l'évaluation de l'enquête publique. Ne sous-estimons pas l'importance du poids de l'avis des citoyens.
    3 100 de 4 000 Signatures
    Créée par Coquelico T.
  • STOP A L'ABATTAGE SYSTÉMATIQUE DES ARBRES
    STOP à l'ABATTAGE SYSTÉMATIQUE DES ARBRES A SAVIGNY SUR ORGE A l’heure où les villes amplifient la végétalisation des façades, des espaces communs et des rues, pour limiter l’impact carbone et abaisser les températures, au mois d'avril dernier, de nombreux saviniens ont été scandalisés par l'abattage de près d'une centaine d'arbres qui bordaient l'avenue Carnot et quelques semaines plus tard, c'était le tour de trois arbres de la rue des Palombes. Pourtant il y a un peu plus d'un an, lors d'une réunion publique, une grande majorité de nos concitoyens voulait conserver ces arbres dans la mesure où ils étaient sains, en ne procédant qu'à des remplacements progressifs en variant les espèces. Les conséquences de cet abattage brutal viennent récemment d'être ressenties par les riverains : plus aucune protection contre la chaleur intense, et pour de nombreuses années, alors que la multiplication des épisodes caniculaires devient réalité. La destruction de ces arbres est une catastrophe environnementale, elle réduit la présence d'oiseaux et d'insectes, élément de la biodiversité qui doivent être préservés et développés dans nos villes. Cette action contredit les données scientifiques actuelles, et les réglementations qui s'ensuivent, qui imposent la végétalisation des villes. Nous estimons que l'on ne doit pas dégrader davantage la qualité de vie et la santé des Saviniens pour quelques places de parking supplémentaires. M. le Maire ne faites plus abattre d'arbres sans en faire apparaître la nécessité absolue, et sans concertation avec les riverains. ELAN-SAVIGNY ENVIRONNEMENT 12 Grande Rue 91600 SAVIGNY SUR ORGE Association Loi 1901 NO W913001582 Site : htpps://elansavignyenv.org Courriel : elan.savigny.environnement@laposte.net Tel : 01 84 18 00 92
    285 de 300 Signatures
    Créée par ELAN-SAVIGNY ENVIRONNEMENT Picture
  • STOP AU METHANISEUR XXL
    Les CIVEs, issues de céréales et menues pailles, seront collectées auprès de 150 agriculteurs locaux adhérents au site de méthanisation. La collecte se fera dans un rayon de 75 km du site de méthanisation. Les CIVEs, cultivées sur une surface de 5400 ha !, viennent en concurrence des productions animalières et humaines de céréales, alors que la planète souffre d'une très grave crise alimentaire due au dérèglement climatique. L'introduction d’une seconde culture (du tournesol et du soja semés après récolte du seigle en CIVE) paraît bien théorique si le semis est effectué juste avant le 15 mai, compte tenu des sécheresses à répétition au printemps et en été. Ces cultures risquent fort de n'être que des cultures alibi, des cultures PAC, sans grand enjeu de productivité. En raison du changement climatique et dans un contexte alimentaire tendu au niveau mondial, l’utilisation des CIVEs et plus largement des céréales en méthanisation pose question. Plusieurs centaines, voire milliers d’hectares sont cultivés afin d’alimenter les méthaniseurs, et entrent ainsi en concurrence avec une culture à vocation alimentaire. Le projet consiste à devoir créer des cultures pour alimenter un méthaniseur, et à transporter sur de longues distances ces cultures. L’énergie fossile est toujours utilisée pour semer, récolter et acheminer la marchandise jusqu’à la future usine de méthanisation et ce, en grande quantité, pour les 5400 ha de terre qui seront cultivés chaque année… Par conséquent, un bilan carbone bien positif qui n’a que peu d’intérêt aux yeux des porteurs de ce projet pour produire un gaz au final peu vert ! Les intrants tels qu’utilisés en méthanisation « raisonnée » ne sont donc plus des déchets, mais des cultures qui pourraient être utilisées à vocation alimentaire. Le collectif d’habitants que nous sommes alerte sur les dangers d’une méthanisation XXL non contrôlée ; il faut agir face à ces risques réels de pollution de l’air, des sols et de l’eau et pour mettre les pouvoirs publics devant leurs responsabilités. STOP ! Les profits des uns (largement subventionnés) ne peuvent se réaliser au prix de multiples pollutions pour les autres. Nous collectif d’habitants : - Refusons 20 000 poids lourds sur nos routes par an (nuisances sonores, dangerosité, dégradation des routes, pollution) ; - Refusons tout épandage de digestats sur le bassin d’alimentation des eaux de captage (risque élevé de pollution des nappes phréatiques sur un sol karstique) ; - Refusons le rejet de centaines de milliers de mètres cubes d’eau chargée dans nos nappes phréatiques (risque avéré de pollution des nappes phréatiques) ; - Refusons les rejets de méthane (le méthane est également un Gaz à Effet de Serre 28 à 80 fois plus nocif pour le climat que le CO2 s’il est envoyé tel quel dans l'atmosphère d’où des inquiétudes si il y a des fuites même légères !) et autres gaz (H2S, NH3, N2Oun Gaz à Effet de Serre 300 fois plus puissant que le CO2…) ; - Refusons l’altération et la dévaluation du patrimoine avoisinant ; - Refusons les risques liés à la sécurité de cette usine (incendies, explosions…) ; - Refusons ce projet d’usine dont le destin semble déjà décidé par les élus (plateformes de stockage délocalisées déjà construites en catimini), CIVEs déjà récoltées et stockées… sans information ni concertation des habitants concernés ! Nous ne refusons pas la méthanisation à la ferme, qui traite ses propres déchets pour son auto-consommation d'énergie, ni la méthanisation des vrais déchets, réalisée par de vrais professionnels, qui disposent des équipes spécialisées garantissant la sécurité et l'absence de pollution de leurs installations. Soutenez massivement notre combat pour une méthanisation raisonnée, mieux encadrée et mieux contrôlée, respectueuse de l'environnement et de l'ensemble de la population, en signant cette pétition! Sont contre le projet ou ont des avis très réservés : La Confédération Paysanne de Côte d’Or, France Nature Environnement, les syndicats des eaux, certaines communes, le Collectif National Vigilance Méthanisation, le Collectif Scientifique National Méthanisation et sans oublier un grand nombre d’agriculteurs…
    480 de 500 Signatures
    Créée par KARINE B.
  • Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse
    Les pesticides chimiques sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Utilisés pour lutter contre les herbes et les insectes indésirables, leur action s’étend bien au-delà de ces seuls organismes. Les effets des pesticides de synthèse se répercutent à tous les niveaux de l’écosystème. Comme leurs « cousins » les SDHI, qui n’agissent pas uniquement sur les champignons mais peuvent bloquer également la respiration des cellules animales et humaines. Comme leurs « descendants » les métabolites, ces molécules synthétiques souvent indétectées qui se répliquent à l’infini en saturant l’eau et la nature. Le tiers des oiseaux ont disparu en vingt ans ; la moitié des papillons en vingt-cinq ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les fleurs sauvages sont si rares désormais.
 Contrairement à ce que prétendent l’industrie pharmaceutique et les lobbies agricoles, les pesticides ne sont pas indispensables pour nourrir la population mondiale. Par ailleurs, ils ne restent jamais à l'endroit où on les a répandus. Leurs méfaits n'épargnent pas les grandes villes. Ils viennent jusqu'à nous. Ils s'infiltrent dans les rivières, ils se propagent par les airs, ils sont dans l'eau de pluie, les aliments. Ils sont une tragédie pour la santé. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers. Nous appelons donc à l’interdiction des pesticides de synthèse. Dans cette optique nous soutenons toute initiative allant dans ce sens comme l’appel européen Secrets toxiques et la pétition de Pollinis. Nous demandons aux élu.e.s de s’engager à voter l’interdiction des pesticides de synthèse pendant leur prochaine mandature et à favoriser une alimentation saine, du bio en plus grand nombre, accessible partout et en particulier dans toutes les cantines scolaires et administratives.   -- Pétition lancée par Coquelicots de Paris -- Premiers signataires : Yann Arthus-Bertrand réalisateur photographe, Léa Balage El Mariky maire-adjointe Paris, Delphine Batho députée Deux-Sèvres, Julien Bayou député Paris, Paule Benit ingénieure de recherche INSERM, Anne-Claire Boux, maire-adjointe Paris, Joël Labbé sénateur Morbihan, Eric Lejoindre maire Paris 18, Danièle Obono députée Paris, Pierre Rustin directeur de recherches CNRS, Danielle Simonnet députée Paris, Gabrielle Siry-Houari maire-adjointe Paris 18, Sarah Legrain députée Paris -- Coquelicots de Paris -- contact : coquelicotsparis@yahoo.com et aussi sur Facebook et YouTube : Coquelicots de Paris sur Twitter : @desvoulons
    8 447 de 9 000 Signatures
    Créée par Coquelicots de Paris
  • Stop aux emballages !
    80 % de la pollution marine vient de l'activité terrestre, charriée par les cours d'eau et le vent (un camion de déchets est déversé chaque minute dans les océans) 80 % de cette pollution est du plastique. Un emballage dans l'emballage, un immense carton pour un produit minuscule, un sachet pour un sandwich que l'on consomme dans la minute, des protections dans les emballages constituées de matériaux non recyclables et extrêmement toxiques pour l'environnement.. les exemples d'aberrations sont bien trop nombreux et nous les constatons au quotidien. La communauté scientifique, les experts du GIEC, les associations de protection environnementale sont unanimes, nous devons changer. Nous devons changer nos habitudes, maîtriser notre consommation et notre impact sur notre environnement. L'heure est à la sobriété, et les 3 années de crise sanitaire qui viennent de s'écouler n'ont pas été vertueuses en ce qui concerne les emballages, avec l'explosion de la vente à distance et des produits à usage unique. Réclamons l'encadrement strict des emballages pour la vente à distance, et rendons systématiquement facultatifs les emballages pour la vente au détail ! Encourageons la vente en vrac et les consignes, nous sommes tous concernés et devons nous rassembler pour exiger que les choses changent.
    117 de 200 Signatures
    Créée par Collectif B.A.M. B.
  • Pour un Véritable Débat National et Citoyen sur Notre Avenir Énergétique
    Pour un Véritable Débat National et Citoyen sur Notre Avenir Énergétique Nous citoyens, associations de défense de l’environnement et de défense des consommateurs, partis politiques et acteurs de la société civile en général, exigeons de la part des pouvoirs publics en place la mise en place d’un grand débat national sur l’énergie qui n’a jamais eu lieu à ce jour afin que les citoyens puissent décider de leur avenir énergétique pour la prochaine décennie. Ce débat devra répondre à l’une des questions essentielles qui a émergé ces dernières semaines sur notre avenir énergétique à travers la transition écologique voulue par la plus grande partie des hommes politiques lors de la campagne électorale des présidentielles du 10 et 24 avril 2022 . Il devra mettre en exergue la ou les meilleures solutions à la question sur ce thème : «  quelles sources de production d’énergies voulons nous mettre en place en priorité pour la prochaine décennie ? » Des propositions, des questions, des interrogations mais surtout des réponses claires à des problèmes répertoriés et connus devront êtres exprimées, tout en faisant attention que cela n'épuise pas le débat mais qu’il soit au cœur de nos interrogations. Tous ceux et celles qui voudrons participer à ce débat près de chez soi ou s’exprimer sur internet, dans l'Hexagone, l’outre-mer, dans les villages à l'initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, mais aussi dans les assemblées parlementaires, régionales ou départementales pourront faire valoir ses propositions et ses idées. Il n'y aura pas de place aux questions interdites, montrons que nous sommes un peuple capable de parler, d'échanger, de débattre sur un sujet tabou politiquement car devenu clivant par manque de réel débat sur un sujet aussi capital, considérant qu’une démocratie participative doit être en mesure d'écouter plus souvent la voix de ses citoyens. L'épuisement des ressources naturelles, le dérèglement climatique et le conflit armé au sein de l’Europe en Ukraine nous obligent à repenser notre modèle de développement énergétique. Nous devons mettre en place rapidement un projet productif européen nouveau, plus juste, plus efficace, plus écologique et avec détermination . Ce débat devra faire émerger une clarification d’un projet national et européen avec de nouvelles idées et une autre manière d'envisager un avenir plus sereinement, en transformant les problèmes en solutions concrètes. Mais pour réussir cette transition, il faudra investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes . Quelles sont les solutions qui nous semblent prioritaires à privilégier en bonne intelligence pour produire de l’énergie électrique ? Comment financer cette transition écologique ? Par l'impôt, par les taxes, un nouveau plan Marshall ou bien des réorientations budgétaires plus cohérentes? Comment rendre les solutions concrètes accessibles à tous et les plus supportables sur un plan financier ? La période que notre pays traverse mais aussi l’Europe dans son ensemble, montre qu'il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté a travers ce débat, afin de redonner espoir en nos institutions républicaines, avoir recours aux référendums si cela s’avère nécessaire, car beaucoup de nos compatriotes ne se sentent plus représentés à l'issue des élections. Aujourd'hui plus personne ne conteste l'impérieuse nécessité d'agir vite et plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses, coûteuses et sera un fardeau que devront gérer les générations futures. Si on ne change pas notre système de production d’énergie basée sur les matières fossiles et fissiles, polluantes et dangereuses, si on ne modifie pas notre modèle de consommation irrationnel basé sur le gaspillage sans prioriser les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, nous courons à une crise sociétale bien plus grave encore en ce qui concerne les enjeux économiques et environnementaux . Envisager l’utilisation des ressources naturelles avec plus de respect, maintenir un niveau de consommation acceptable grâce à une consommation plus intelligente dans nos modes de vie, est la seule solution viable à long terme pour l’homme et la planète. " La maison brûle encore et nous continuons de regarder ailleurs » Agissons Tous Ensemble Rapidement !"
    93 de 100 Signatures
    Créée par jean R.
  • Non au projet d'un citystade - Oui à l'extension du jardin du petit bois à Gentilly
    ⛔️ Des élus de Gentilly veulent détruire un jardin de 900 m2 au profit d'un City Stade alors qu'en même temps ils s'engagent au programme "Territoires engagés pour la nature en Ile-de-France". ⛔️ Des élus de Gentilly favorisent des projets allant à l'encontre de tout bon sens en pleine urgence climatique. ⛔️ La bétonisation augmente l'effet de chaleur et augmente le nombre de décès chez les plus fragiles. ⛔️ Le projet de citystade est redondant avec des équipements sportifs déjà existants avec un Citystade situé à 425 mètres (moins de 5 minutes à pieds), et le gymnase Carmen Le Roux à 50 mètres. ⛔️ Ce projet va très négativement impacter la valeur immobilière des biens situés aux alentours de ce projet de citystade, pénalisant ainsi les propriétaires. ⛔️ Ce projet va produire des nuisances sonores insupportables pour les riverains amplifiées par la résonnance due à la proximité des bâtiments. La plupart des projets de City stade mal positionnés, se terminent par un conflit entre les habitants et leur commune. Les fabricants eux-même préconisent des distances minimums (de 50 à 100 m) à respecter avec les habitations ainsi que des concertations sur l'impact de ces installations. Qui peut être contre voir des enfants et des familles👨‍👩‍👧 jouer dans ce jardin ? Personne. Nous pourrons aussi profiter d'un espace vert sans avoir besoin de stériliser la terre avec un Citystade. Les alternatives : ✅ Valoriser le jardin existant en le transformant en jardin participatif, partagé et intergénérationnel, ✅ Faire un potager pédagogique avec les écoles, ✅ Offrir aux habitants sans balcons, d'avoir la chance de profiter d'un espace ouvert et rafraichissant, ✅ Accueillir des habitants et travailleurs le midi, voulant un moment de repis dans leur journée en se posant sur un banc ou dans l'herbe le temps d'un picnic, ✅ Offrir un espace vert adapté aux jeux et aux moments conviviaux en respectant la nature, ✅ Permettre la création d'un îlot de fraicheur, ✅ Offrir un refuge aux insectes🐞 et oiseaux🦉 en ces temps de diminution de biodiversité en cohérence avec la politique de la ville, ✅ Economiser en réutilisant des équipements existants : le gymnase Carmen Le Roux situé à 50 mètres, le Citystade situé au sein du chaperon vert. Toutes nos propositions vont dans le sens commun mis en avant par la communication de la ville. Faisons en sorte que nous respections nos engagements envers la nature. Pour un bien être commun, pour vivre ensemble, et un petit pas face à l'urgence climatique signez contre le citystade, et pour un parc arboré et fleuri.
    401 de 500 Signatures
    Créée par victor D.
  • Disons Non à l'exploitation du pétrole dans le Parc de Virunga, zone protégée par l’UNESCO
    Il y a à peine un an, la République Democratique du Congo a découvert des gisements de pétrole dans le parc national des Virunga, mais également à Luki dans le Congo central et dans l’Equateur. Pour les autorités congolaises, c'est une manne financière à exploiter. On estime les réserves de l'or noir dans le Parc des Virunga à 6758 milliards de barils, ce qui pourrait représenter une manne financière de quelque 7 milliards de dollars. Les autorités nationales défendent ainsi l'attrait économique du développement du secteur pétrolier pour la région. Le gouvernement a déjà lancé des appels d’offres pour l'exploitation du pétrole allant du 28 au 29 juillet prochain. Nous devons stopper ce projet écocide avant cette échéance! La ministre de l'environnement se trouve dans un dilemme: faut-il exploiter ces ressources ou agir pour le climat ? Pour celle qui ne jure que pour présenter le géant Congo comme pays solution, c’est une décision qui joue toute sa carrière politico-écologiste. Cependant Mme Eve Bazaiba ne s’en cache pas. Elle ne souhaite pas que la RDC se sacrifie pour le reste du monde sans compensation. “La communauté internationale doit apporter une réponse au manque à gagner économique et social’, estime-t-elle.. Contacter par DW à propos de l'exploitation des gisements, elle réponde: “Les choix appartiennent à la République démocratique du Congo. Nous allons protéger l'environnement pour l'intérêt du monde, de l'humanité, comme je l'ai dit, et c'est évidemment aussi notre propre intérêt. Mais le Congo se trouve dans un dilemme de dire : le pétrole, c'est le baromètre de l'économie, quand vous avez un accès difficile au pétrole, le prix des services et des biens montent. C'est le coût de la vie qui monte. Mais quand vous avez l'accès facile au pétrole, ce sont les coûts des services et des biens qui baissent et la population a accès à un minimum vital. Nous avons les ressources du sol et du sous-sol. C'est là qu’il y a des négociations avec la communauté internationale pour dire : devrions-nous, la RDC, nous sacrifier à ne pas exploiter notre pétrole pour les besoins de la protection de l'environnement ? En échange de quoi ? S’il y a une réponse, nous la mettrons sur la balance et nous dirons : pétrole, reste dans le sous-sol. Nous avons d'autres fonds, nous avons l'alternative de notre survie. Mais s’il n'y a pas cette alternative, on ne peut pas observer le pétrole comme des poissons dans l'aquarium. Nous sommes en train de parler avec les partenaires internationaux, avec tous les partenaires au développement technique et financier “ A la question de savoir si l’énergie solaire ne pourrait pas faire l'affaire contre le pétrole en RD Congo, elle répond: “ Oui, mais justement, l'alternative, c'est quoi ? Nous avons d'abord les centrales hydroélectriques d'Inga, où nous demandons de tous nos vœux que tous les fonds pour lutter contre le réchauffement climatique soient financés à Inga. Inga va booster la desserte en électricité. On n'aura pas besoin nécessairement du pétrole. Deuxièmement, nous disons que le soleil nous passe par-dessus la tête. Nous avons besoin de beaucoup de technologie et d'expertise pour que nous puissions développer l'énergie photovoltaïque. Troisièmement, nous avons besoin des technologies et de l'expertise pour développer l'énergie de la biomasse. Et aussi, nous avons besoin de la technologie et de l'expertise pour la transformation locale de nos ressources stratégiques, minerais stratégiques, qui nous amènent à la transition écologique au lieu d'utiliser le pétrole, donc le carburant, l'essence et le gazole dans le véhicule.... mais si nous utilisons des voitures électriques, ça nécessite une transformation locale. Nous avons la panoplie de tous ces procédés pour nous amener à la transition écologique. Nous avons beaucoup de tours dans nos manches, mais ça nécessite l'expertise, la technologie et cela équivaut à des moyens” Dans ce contexte d'accélération de la crise climatique, nous encourageons le gouvernement à privilégier la voie de la diplomatie écologique pour la compensation et à stopper ce projet d’exploitation du pétrole. Il est inadmissible qu’un gouvernement se donne à l'exploitation d’un nouveau gisement pétrolier. Pire certains de ces blocs se trouvent dans le parc des Virunga dans l’est du pays, une réserve naturelle protégée par l'UNESCO qui abrite les gorilles de montagnes "Espèces en voie de disparition”. L’exploitation du pétrole pollue les eaux et infertilité terre. A part le fait que ce projet va entraîner la destruction de la faune et la flore de ce patrimoine mondial aux espaces rares, elle plongera également les populations riveraines dans une souffrance proche de la misère; elles qui ne vivent que de l’agriculture. Ce serait un acte suicidaire que de polluer expressément l’air, la terre et l’eau d’une population qui vit quotidiennement les atrocités de la guerre depuis un quart de siècle. La peur est qu’il s’observe des contradictions dans l’approche écologique de ce projet dans le chef des autorités. Pour certains politiques moins soucieux de l'environnement “Le pays gagnerait plus en les exploitant qu'en les conservant non exploités” c'est ce qu'explique le député national Lucain Kasongo. Pour lui le pays gagnerait en conservant la nature d'un côté et l'exploitation du pétrole de l'autre côté. Une absurdité totale! La RDC est le deuxième poumons par lequel respire très difficilement notre planète. Il est inadmissible de laisser les autorités congolaises décider de ses forêts et réserves naturelles sans tenir compte des exigences de la crise climatique. Plusieurs Organisations écologistes ont déjà alerté sur ce projet d’exploitation du pétrole dans le parc des Virunga en vain. Le gouvernement s'entête. A deux mois du risque que des contrats soient signés, nous devons à tout prix empêcher ce projet. L’unique urgence actuelle est la transition énergétique. Disons tous non aux fossiles!
    129 de 200 Signatures
    Créée par Guellord M.