• Boycottons l’aéroport de Lille !
    Depuis que le projet d’extension de l’aéroport de Lille a été rendu public, les réserves et les oppositions légitimes des citoyennes et citoyens ont été balayées d’un revers de main : - malgré l’opposition citoyenne inédite exprimée lors de l’enquête publique, un avis favorable a été rendu par la commission d’enquête ; - malgré le vote défavorable de la majorité des communes concernées, la région et la MEL ont décidé de poursuivre le projet ; - malgré les réserves de l'autorité environnementale concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la préservation de la santé humaine, le préfet a délivré au projet l'autorisation environnementale ; - malgré les réserves des maires de Lesquin et Fretin et leur refus de signer le permis de construire, la société aéroport de Lille a choisi de les poursuivre en justice pour leur extorquer cette signature. A chacune de ces étapes, le dédain de la société ADL et de ses soutiens s’est montré plus criant, c’est pourquoi nous nous engageons désormais à ne plus prendre un avion au décollage de Lille-Lesquin ou à l’atterrissage, afin de cesser de remplir les caisses d’une société privée qui préfère protéger ses intérêts, témoignant du mépris qu'elle a pour les impacts de ses activités sur les populations. Par ailleurs, force est de constater qu’il nous est facile de prononcer ce vœu : l’aéroport de Lesquin est un aéroport bien peu utile et son extension le serait encore plus. En effet, de très nombreux vols proposés sont facilement remplaçables par le train, bien moins émetteur de gaz à effet de serre : c’est le cas pour Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, 4 destinations du top 5 de Lille-Lesquin, joignables en 3 à 6h de train. En outre, de très nombreux autres aéroports proposant des destinations plus attractives sont situés non loin de la métropole Lilloise. En 2018-2019, la vague de “Flygskam” (refus de prendre l’avion pour raisons écologiques) impulsée par la médiatisation de Greta Thunberg avait provoqué une diminution de 5% du trafic aérien en Suède. C’est donc conscients que notre geste individuel de boycott peut se transformer en élan collectif et stopper la mécanique mortifère de la société Aéroport de Lille, que nous clamons haut et fort : “Nous boycottons l’aéroport de Lille jusqu’à ce que le projet d’extension soit abandonné !”
    70 de 100 Signatures
    Créée par Collectif de citoyen-nes d.
  • STOP, c'est pas Versailles à La-Côte-Saint-André (38)
    Dérèglement climatique et perte massive de la biodiversité.
    34 de 100 Signatures
    Créée par Ludovic H. Picture
  • Béziers - Stop au gaspillage énergétique !
    À l’heure où l’on nous appelle, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! ⚡️ Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. ⚡️ Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme en moyenne l’équivalent des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager* : laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. 🛑👉Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - Une meilleure gestion de l’éclairage public - L’extinction des lumières des bureaux dès leur fermeture 💡 De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le sens d’une sobriété choisie et responsable. 🌟 Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    24 de 100 Signatures
    Créée par Valerie A.
  • Cherbourg : droit à l'énergie pour tous c'est vital !
    À l’heure où l’on nous appelle, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! ⚡️ Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. ⚡️ Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme en moyenne l’équivalent des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager* : laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. 🛑👉Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - Une meilleure gestion de l’éclairage public - L’extinction des lumières des bureaux dès leur fermeture 💡 De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le sens d’une sobriété choisie et responsable. 🌟 Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    17 de 100 Signatures
    Créée par JOURD'HUI P.
  • Bassin de Marennes: Stop au gaspillage énergétique et à la pollution lumineuse !
    À l’heure où l’on nous appelle, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! De même les zones commerciales et professionnelles (parc d'entreprise, cabanes d'ostréiculture dans les marais) sont allumés toute la nuit par mesure de sécurité. ⚡️ Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. ⚡️ Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 ou un projecteur consomme en moyenne l’équivalent des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager(1) : laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! ⚡️ La pollution lumineuse est une source importante de chute de la biodiversité et de trouble de la santé humaine (2) Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et d'éclairage et doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. 🛑👉Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - Une incitation et sensibilisation des professionnels, surtout ceux en milieu naturel, a modifier leur moyens de sécurisation (par exemple par des éclairages à détecteur et à spectre rouge et cameras infrarouges ne perturbant pas la faune alentour) - L'interdiction d’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès leur fermeture 💡 De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres territoires comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le sens d’une sobriété choisie et responsable. 🌟 Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Source : (1) Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer) (2) D'après l'https://www.anpcen.fr/ la lumière artificielle nocturne a des conséquences sur la biodiversité et de nombreux dérèglements biologiques. Un phénomène d’autant plus inquiétant qu’un grand nombre d’espèces animales terrestres sont nocturnes : c’est le cas de près d’un tiers des vertébrés et de deux tiers des invertébrés. Le ciel étoilé et la lune sont des repères cruciaux (c’est le cas des oiseaux migrateurs, des insectes volants ou des tortues marines, par exemple). https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/pollution-impact-pollution-lumineuse-organismes-1100/ et https://biodiversite.gouv.fr/actualite/lutter-contre-la-pollution-lumineuse-un-enjeu-crucial-pour-la-biodiversite-nocturne
    35 de 100 Signatures
    Créée par Emmanuel H.
  • Pour des Conventions Citoyennes Locales des Transitions en Bretagne
    Depuis 50 ans nous échouons à répondre à l'urgence écologique. La Convention Citoyenne pour le Climat qui s'est déroulée en France entre octobre 2019 et juin 2020 a prouvé qu’un panel de citoyen·nes tiré·es au sort, représentatif·ves de la diversité de la société française, pouvait être force de propositions sur ces enjeux en allant dans le sens de l'intérêt général. Une fois (in)formés ces citoyen.nes ont répondu à l’objectif de « définir les mesures structurantes pour parvenir, dans un esprit de justice sociale, à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40 % d'ici 2030 par rapport à 1990 », en allant plus loin que tout ce que les politiques publiques ont pu mettre en place jusqu'à maintenant. Depuis, des Conventions Citoyennes locales ont vu le jour sur divers sujets (crise COVID-19, démocratie, climat,...) à différents endroits en France (Nantes, Rouen, Est Ensemble, Clermont-Ferrand ou plus localement à Rennes ou encore Brest). Mais il n’y a à ce jour aucune Convention Citoyenne Locale sur les enjeux transversaux de transition écologique en Bretagne. Pourtant cet outil de co-construction permet de légitimer des propositions ambitieuses répondant aux enjeux climatiques et du Vivant, de former des citoyen·nes et de les impliquer directement dans la vie politique. Cet appel du 3 décembre 2022, lancé à l’occasion du 3ème Forum des Coopérations organisé par le Réseau Cohérence, s’adresse à tou·tes. Pour accélérer les transitions écologiques nous avons impérativement besoin de mesures ambitieuses qui soient co-construites et portées par les citoyen·nes dans les territoires et de l’engagement du plus grand nombre. 👉 Pour cela, nous appelons à ce que soient mises en place des Conventions Citoyennes Locales pour les transitions écologiques (du climat, du Vivant...) par les collectivités en Bretagne. Il nous paraît nécessaire que ces conventions citoyennes respectent l'exigence méthodologique qui permet de garantir leur succès, telle que proposée par plusieurs associations . Il est temps de mettre en œuvre des dispositifs ambitieux de co-élaboration et de participation citoyenne, sans quoi la réponse publique ne sera jamais à la hauteur des défis actuels. Elu·es, citoyen·nes, associations locales : portez cette idée de Convention Citoyenne dans vos territoires, pour construire ensemble un futur viable, pour partager le pouvoir d’agir et faire vivre vraiment la démocratie. Premiers signataires : • Aucant William - Citoyen tiré au sort de la Convention Citoyenne pour le Climat (Nationale) • Benhabib Lamia - Citoyenne tirée au sort de la Convention Citoyenne Locale Nantes Métropole • Briand Michel - Acteur de réseaux coopératifs en Bretagne • Denis Romain - Citoyen tiré au sort de la Convention Citoyenne Locale Nantes Métropole • Dion Cyril - Ecrivain, réalisateur, poète et militant écologiste • Dissaux Glen - Conseiller municipal - 12ème vice-président de Brest métropole - Plan climat air énergie territorial, COP26 locale, Agenda 2030. • Goater Jean-Marie - Conseiller délégué Rennes Métropole à la démocratie locale • Gomez Tomas Veronica - Juriste en droit international de l'environnement et citoyenne engagée sur le Pays de Morlaix • Imer Mathilde - Membre du comité de gouvernance/organisation de la convention citoyenne pour le climat • Le Coz Armel - Co-fondateur et coordinateur de Démocratie Ouverte Collectif d'innovation démocratique • Marchandise Charlotte - Militante de la démocratie et citoyenne engagée • Mermet Laurence - Co-fondatrice d'Eco-bretons et membre du Réseau Cohérence • N'Dem Thomas - Citoyen tiré au sort de la Convention Citoyenne Locale Nantes Métropole • Pierre Jean-Claude - Porte-parole du Réseau Cohérence
    25 de 100 Signatures
    Créée par Solenne B.
  • Aldi : pour Noël, dites NON au chocolat issu de la déforestation !
    💥 Problème concret De nombreux cultivateurs de cacao gagnent aujourd'hui moins d'un dollar par jour et vivent dans une extrême pauvreté. Certaines productions de cacao sont aussi source de déforestation et peuvent avoir recours à l'exploitation des enfants. Cette situation perdure en large partie grâce au manque de traçabilité… ❌ De nombreuses entreprises ont adopté la traçabilité & transparence mais une continue de résister : l’entreprise Storck. Cette entreprise est l’une des plus grandes productrices de chocolat au monde, le deuxième plus grand chocolatier d'Allemagne. Ce fabricant de confiseries ne peut garantir ni qu'il octroie un revenu décent aux producteurs de cacao qui fournissent son entreprise, ni que son cacao soit exempt de travail des enfants, ni qu'il n'ait pas participé à la destruction des précieuses forêts tropicales de notre planète. ✅ Contrairement à Storck, plus de 33 des gros chocolatiers mondiaux se sont déjà engagés à changer leurs pratiques et à stopper la destruction des forêts tropicales, en rejoignant l'Initiative Cacao et Forêts (ICF).* Storck traîne des pieds, et n'a toujours pas rejoint l'Initiative. ❌ En raison du manque de transparence de Storck et de ses antécédents douteux, cette société a été classée parmi les pires entreprises de chocolat dans le tableau de bord principal de la filière cacao.** • Pourquoi j’ai lancé cette pétition 🕵️ Aujourd’hui, cette situation ne peut plus durer. Je m’appelle Etelle, je suis experte en environnement et droits humains, j'ai fait moi-même des enquêtes sur la déforestation pour le cacao.*** Je travaille depuis 7 années pour essayer d'amener plus de durabilité dans la filière cacao, et cela fait 2 années que j'interpelle Storck sur son manque de transparence et de traçabilité, sans voir de changement de leur part. • Comment vous pouvez aider ✊ J’ai besoin de vous ! L’heure est venue d'enclencher une mobilisation citoyenne. Ensemble, nous pouvons changer les choses si nous réussissons à faire en sorte que le chocolat de cette entreprise ne soit plus en vente pour Noël chez ALDI. Ce géant dans la grande distribution française, ALDI, est un des plus grand distributeurs de Storck. Or, lorsqu’ALDI achète auprès de Storck ou lorsque vous achetez des gaufrettes Knoppers ou des bonbons Toffifee, vous plébiscitez en fait un des produits Storck et vous encouragez les pratiques dévastatrices de l'entreprise. 👉 J’ai demandé à ALDI de ne plus acheter auprès de Storck, mais il semble qu’ALDI ne changera pas sa chaîne d’approvisionnement sans une grande pression. Avec votre aide, nous pouvons braquer les projecteurs sur Storck et mettre une véritable pression sur ALDI afin qu’il arrête d’acheter le cacao de Storck. Cela permettra d’aider à la protection des forêts tropicales et de sortir des millions d'agriculteurs de l'extrême pauvreté. Les supermarchés ont une responsabilité à l'égard de leur clients. Nous qui faisons quotidiennement nos courses chez ALDI, nous ne voulons plus être complice de cacao issu de l’exploitation. • Demande concrète 🛑 Nous demandons donc à ALDI d’arrêter de vendre le chocolat de Storck tant que ce dernier ne s’engage pas à : 👉 Payer à tous les producteurs de cacao de sa chaîne d'approvisionnement à un prix équitable**** permettant d'atteindre un « revenu vital » ; 👉 Prouver, de manière transparente, qu'aucun travail des enfants n'entre dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et que les enfants ne sont pas empoisonnés avec des pesticides  ; 👉 Prouver qu’aucune déforestation de la forêt tropicale n'a été causée dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et remplacer le cacao destructeur de forêt cultivé en monoculture, avec du cacao qui reverdit partiellement ce qu’on a perdu, grâce à l'agroforesterie. • Urgence 🎅 A l'approche de Noël, qui est LA période d'explosion des ventes de chocolat, nous devons rapidement exposer cette affaire et mettre fin à la vente des produits de Storck chez ALDI. ❌🌳 Le temps est compté. Si des chocolatiers comme Storck n'agissent pas rapidement, les forêts tropicales ivoiriennes et ghanéennes risqueront de disparaître. Des images satellites montrent que la déforestation pour le cacao se poursuit massivement au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Nigéria, en Indonésie, au Pérou, et en Équateur. En mettant la pression sur Aldi et Storck dès maintenant, nous pouvons contribuer à une meilleure protection des forêts tropicales. Sauver la forêt tropicale de la déforestation est un défi de grande ampleur, mais nous pouvons y arriver !✊ EXIGEONS D’ALDI QU’IL SUSPENDE STORCK SI CETTE COMPAGNIE N'ACCEPTE PAS LES RÉFORMES NÉCÉSSAIRES !!! -- * https://www.idhsustainabletrade.com/initiative/cocoa-and-forests/ ** https://static1.squarespace.com/static/621486a23f6a6b01d7dbfbe3/t/62679f9308fb8a08234132e9/1650958242159/Chocolate+Scorecard+2022+-+French.pdf *** https://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2016/07/chocolates_dark_secret_francais_web.pdf **** https://www.voicenetwork.eu/wp-content/uploads/2020/01/200113-Necessary-Farm-Gate-Prices-for-a-Living-Income-Definitive.pdf
    44 de 100 Signatures
    Créée par Etelle H.
  • POITIERS - STOP AU GASPILLAGE ENERGETIQUE
    Nous, citoyens et citoyennes de Poitiers demandons expressément la mise en place de mesures de bon sens et d’économie d’énergie. Un cadre légal existe, mais il est largement insuffisant face aux enjeux de sobriété auxquels nous faisons face. Pour le climat et pour nos factures d’électricité, Poitiers se doit d’être exemplaire. A l’heure où nous sommes appelés, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation, la culture ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue. Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme l’équivalent en moyenne des besoins d’un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager*, laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde. A ce jour, sur Grand Poitiers, les horaires d'extinction des pubs lumineuses sont de 23h à 7h du matin, sauf exceptions. Nous demandons une révision de ce règlement local de publicité. Nous avons le pouvoir de donner l’exemple, de poursuivre une politique locale ambitieuse pour l’écologie et la justice sociale. Notre ville et notre communauté de commune doivent prendre les mesures suivantes de manière urgente. Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, et pas uniquement de 23h à 7h du matin. Cela inclut également les panneaux numériques dans les vitrines des magasins. - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses le jour, puis dès la fermeture des magasins, et non pas 1h avant l’ouverture et 1h après la fermeture. - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès la fermeture. De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Prenons exemple de la ville de Mordelles, première ville bretonne à dire non à la publicité depuis le 31 octobre 2022. Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Greenpeace Poitiers, Extinction Rébellion Poitiers. Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    130 de 200 Signatures
    Créée par Extinction Rebellion Poitiers et Greenpeace Poitiers Picture
  • Oui à la transition énergétique, non à la destruction du patrimoine public
    De nombreux projets industriels de production photovoltaïques se développent dans l'Aude, en Occitanie, et plus largement dans tout le pays. Certains de ces projets, parfois portés par des conglomérats industriels aux pratiques discutables et ayant fait fortune dans le pétrole sont en contradiction totale avec le discours écologiste et responsable dont ils veulent se parer. En effet, sacrifier des dizaines voire des centaines d'hectares de terres agricoles produisant aujourd'hui des céréales n'est pas responsable en pleine crise alimentaire. Sacrifier des zones classées au plus haut niveau de protection Natura 2000 n'est pas un positionnement allant dans le sens de l'écologie durable et du maintien de la biodiversité Sacrifier nos paysages qui font aujourd'hui la richesse des territoires n'est pas responsable pour l'avenir de ces derniers. Sacrifier le soutien des populations en évitant toute forme de concertation en amont du choix des implantations n'est pas responsable alors que nous savons que la transition ne peut se faire qu'avec le soutien de tous les citoyens. Sacrifier notre patrimoine commun quel que soit sa nature sur l'autel des indicateurs français et européens ne saurait en aucun cas suffire. La transition énergétique ne doit pas se faire à marche forcée mais de façon raisonnée. L'ADEME elle même l'écrit : des gisements suffisants existent sur friches industrielles, toitures et zones d'activité à hauteur de 95GWc, permettant largement d'atteindre les objectifs du plan de programmation pluriannuelle de l'énergie (+51GWc pour atteindre 101 à 113 GWc). Nous exigeons la responsabilité et le respect par les promoteurs et les décideurs, des recommandations émises par certaines communautés de communes, le ministère de la transition écologique et les préfectures. -Privilégier les sites déjà artificialisés et proscrire les installations en zones protégées (Natura 2000, ZNIEFF). -Éviter les espaces agricoles pour maintenir la capacité de production dans un contexte de crise alimentaire. -Limiter au maximum les impacts paysagers pour un patrimoine touristique et architectural préservé. -Communiquer en amont vers les riverains pour une transition menée en concertation. Un gros projet est en cours sur les communes de Belpech, Pécharic et le Py, Plaigne, Saint Sernin. Il porte sur 172Ha de terres agricoles produisant des céréales et en zone de protection spéciale Natura 2000. Nous devons réagir vite sur ce projet pour que les bonnes pratiques soient imposées sur les prochains. Signez maintenant pour exiger la transition énergétique vertueuse.
    270 de 300 Signatures
    Créée par Alice D.
  • Non au bitumage du chemin vert de Eu
    Lors d’un entretien avec Eddie Facque, président de la CCVS, nous avons eu confirmation que l’aménagement du chemin vert du Petit Caux aurait bien lieu. Estimés à un peu moins de 2 millions d’euros, les travaux – semblent-ils subventionnés à 80% par l’Etat, la région Normandie et le Département de Seine-Maritime – comprennent l’élagage et la coupe des arbres et buissons, la restauration des ouvrages d’art, la réalisation d’une bande de bitume de 3 mètres de large – entraînant l'élargissement du chemin à 6 mètres minimum – sur 7 kilomètres et, en principe, la plantation d’arbres en lieu et place de ceux qui auront été abattus. Nous avons redit au président notre opposition à cette hérésie et mis en avant les presque 7000 signatures enregistrées à ce jour de citoyens s’opposant eux aussi à ce désastre. Nos arguments, tant environnementaux que financiers, n’ont reçu aucun écho. Nous vous invitons à nous retrouver le samedi 19 novembre à 14h30 à l’entrée du chemin vert, à Eu. Venez nombreux, en famille, à pied, en vélo, à cheval…pour marquer à nouveau votre opposition à ce projet contre nature !!
    69 de 100 Signatures
    Créée par Sarah G.
  • APPEL A LA REVOLUTION ECOLOGIQUE DANS LE GRAND LIBOURNAIS
    MOBILISATION GENERALE Nous vivons la fin d'un monde et devons co-construire ensemble le nouveau. Climat, énergie, vivant, pollution, épuisement démocratique, sécession des élites, inégalités sociales, ressentiment généralisé, extrême droite, inflation, covid, guerre... La crise est devenue systémique, globale. Elle va s'amplifier dans la décennie et aggraver les pénuries. Les premiers signaux d'alarme ont résonné à partir des années 30, avec Ellul et Charbonneau. Plus fort dans les années 60, avec la compréhension du rôle du DDT dans la disparition des oiseaux et la parution du « Printemps silencieux » de Rachel Carson. Plus stridents encore au début des années 70 avec le rapport Meadows, vendu à 1 million d'exemplaires. Et les années 80, avec la création du GIEC, les Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, les COP, et les rapports scientifiques qui se succèdent, c'est carrément le hurlement des sirènes d'alarme et les voyants d'alertes rouges clignotants. Cela dans l’indifférence quasi générale. Cela fait 30 ans qu'il y a consensus scientifique sur les causes et les conséquences prévisibles du dérèglement climatique. 30 ans que nous savons ce qui va se passer. 30 ans que les lobbies économiques nous mentent pour gagner du temps et de l'argent. 30 ans que nous ne faisons rien à la hauteur des enjeux. Et en 30 ans la production des gaz à effet de serre, a progressé de 50% ! Mis à part une poignée de militants écologistes, ces alertes n'ont été entendues, ni par la grande majorité de nos concitoyens, ni par les élites économiques et politiques. Elles sont comme tétanisées, incapables de remettre en cause ce modèle économique qu'elles ont mis en place, qui les enrichit et... qui détruit l'habitabilité de la planète. Ils nous ont conduit dans une impasse. Quelle va être leur légitimité quand la population, notamment les jeunes, va comprendre ce qui les attend ? Les crises vont être de plus en plus rapprochées et violentes. Cela va être brutal. Rassembler le plus grand nombre de nos concitoyens pour adapter collectivement et rapidement notre modèle économique, social et démocratique, est notre meilleure chance de redonner un avenir au moins de 50 ans. Que faire ? Comment atterrir ? Vu le poids des lobbies et le déni de réalité de la quasi-totalité du monde économique et politique, il n'y aura pas de solutions descendantes à la hauteur des enjeux. Elles ne pourront remonter que de la société civile : nous ! Nous vous proposons d'agir là où nous le pouvons encore, le local. Pour cela il s'agit de mobiliser et renforcer l'engagement écologique et solidaire du plus grand nombre de citoyen.ne.s du Grand libournais : - en s'appuyant sur les initiatives existantes, en les renforçant, en participant à leur convergence - en créant des dynamiques d'éducation populaire, de démocratie participative - en inventant des espaces de rencontres, de convivialité, des projets culturels, artistiques, festifs qui travaillent sur l'imaginaire, font émerger de nouveaux récits, plus attractifs que les passions tristes - en construisant sur le territoire un rapport de force organisé non violent favorable à la vie En signant cette pétition, nous demandons à l'ensemble des élu.e.s du Grand Libournais d’agir résolument et de co-construire avec les citoyennes et les citoyens, la révolution écologique, solidaire et non-violente du territoire. Citoyen.ne.s du Grand libournais nous souhaitons participer activement à la mise en œuvre de cette politique et travailler avec les élu.e.s, tout en réduisant notre propre impact carbone et en participant activement à des projets citoyens locaux. Pour construire ce futur désirable sur notre territoire, nous serons nombreux à participer aux États Généraux pour le climat..., qui auront lieu le dimanche 20 novembre de 14h00 à 19h00 au Château des Rochers à Belvès de Castillon. Nous y co-construirons un diagnostic et lancerons des actions à l'échelle locale. A crise systémique, réponse systémique, les chantiers à réaliser sont multiples. Réduire de 55% notre production de GES d'ici 2030, adapter collectivement notre territoire et accompagner les plus fragiles, doivent être nos priorités. Rien n'a été anticipé. Nous devons devenir résilients. D'après le World Resources Institute, nous devons multiplier par 6 les transports publics, diviser par 10 notre utilisation de ciment, diviser par 5 notre consommation de viande, multiplier par 10 les financements publics pour la transition écologique... Ce qui doit nous amener par exemple d'ici 2030 à : - Produire une agriculture et une alimentation 100 % bio, beaucoup plus riche en légumes, céréales et protéines végétales, en prioriser la distribution aux femmes enceintes, aux enfants de moins de 3 ans, aux personnes à faibles ressources financières... - Arracher 10 000 hectares de vignes pour y installer 1000 paysans bio en agroécologie, agroforesterie, permaculture, polyculture élevage, traction animale... qui produiront des protéines végétales, des isolants bio sourcées, des ENR pour la ferme - Réduire de 50% la circulation automobile en multipliant les déplacements à pied, en vélo, le co-voiturage, les transports en commun, en triplant le nombre de TER en circulation - Isoler 10 000 « passoires énergétiques » du parc immobilier avec des agromatériaux (paille, chanvre...) produit sur le territoire - Multiplier les sources de production d'énergies renouvelables - Construire des réseaux de solidarité, d'entraide et de coopération au profit des personnes les plus fragile du territoire, des territoires voisins et des futurs réfugiés climatiques Elu.e.s comme non élu.e.s. nous portons toutes et tous une part de responsabilité dans la situation actuelle. Plus ou moins importante selon les fonctions. Les citoyennes et les citoyens du Grand Libournais ont besoin de se sentir soutenu.e.s et accompagné.e.s pour que vive l'espoir de garder notre planète habitable pour les générations actuelles et futures.
    121 de 200 Signatures
    Créée par Collectif climat du Grand L.
  • STOP au projet du parc photovoltaïque dans les bois de Janiol de Grignan
    👉La direction départementale des territoires (DDT) déconseille fortement l’utilisation des sites agricoles ou naturels pour l’implantation des centrales photovoltaïques : "Il est nécessaire de noter en premier lieu que l'implantation de projet en espace boisé est contraire aux recommandations départementales et la DDT ne pourra évaluer de façon positive ce type de projet" (Point 3.1.3 en page 12 des Recommandations départementales des projets photovoltaïques https://www.drome.gouv.fr/IMG/pdf/20211021_recommandationsdepartementalespv_v5.pdf) La Commission Départementale de Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers (CDPENAF) https://www.registre-dematerialise.fr/4231/download/component/4617/2-12-2-avis-modificatif-corrections-erreurs-ppv-grignan-signe-30-08-2022.pdf a d'ailleurs émis un avis défavorable au dossier considérant que : - Les travaux entraineraient la destruction de 9,2 ha de forêt (chênes verts et pubescents) au sein d'un vaste secteur naturel et forestier. - L'implantation d'un tel parc sur ce site serait de nature à contribuer à la fragmentation de la forêt, et accélèrerait la baisse de la biodiversité. - Sur le principe de l'évitement, le dossier n'apporte pas la démonstration suffisante de l'impossibilité d'installer ce parc sur une zone de moindre enjeu écologique y compris à l'échelle intercommunale. - L'artificialisation de 9,2 ha d'espaces naturels irait à l'encontre des objectifs des objectifs de sobriété foncière et de trajectoire "zéro artificialisation nette" du Plan Biodiversité (juillet 2018) et de la stratégie régionale "Eau-Air-Sol" (mai 2020). - Les recommandations à l'échelle nationale et départementale sont de prioriser le développement des parcs photovoltaïques sur le bâti et sur les sites déjà artificialisés. - Les divers impacts potentiels qu'auraient lesdits travaux sur les zones naturelles, le réseau écologique, la flore et les habitats naturels de la faune. - Le projet serait de nature à modifier les corridors de déplacements et entrainerait des destructions d'habitats de vie notamment pour des cortèges d'oiseaux forestiers, pour des mammifères tels que la genette commune et le hérisson d'Europe et surtout pour les chiroptères dont la barbastelle d'Europe et le petit rhinolophe. - Le dossier évoque au titre du défrichement un besoin de compensation de 30 à 32 hectares sans en préciser ni les modalités ni la localisation ce qui ne permet pas d'en apprécier l'impact sur les surfaces agricoles et naturelles. - Le projet est de nature à compromettre la préservation des terres naturelles, agricoles ou forestières au sens de l'article L122-1-1 du code rural et de la pêche maritime. 👉Pour limiter l'artificialisation des sols et maitriser la consommation d'espace naturel, les terrains favorables pour ce type d’installation sont les terres arides ou polluées, les friches industrielles, les terrains militaires en reconversion, les carreaux de mines, les abords d’aéroports ou d’autoroute, les anciennes décharges… mais en aucun les espaces boisés naturels. 👉Nous ne pouvons plus accepter AUCUNE dérogation à la destruction d’espèces protégées à l’ère de la 6ème extinction de masse du vivant. Le défrichement de plus de 8 hectares aurait un impact fort sur la biodiversité, notamment sur les espèces locales*, avec la destruction illégale d'espèces protégées. *des oiseaux comme l'Alouette lulu ou la Huppe fasciée ; des chiroptères comme la Barbastelle d'Europe ou le Petit Rhinolophe ; des mammifères comme la Genette commune ou le Hérisson d'Europe ; des reptiles comme la Vipère aspic ; des insectes... 👉Par défrichement, il faut comprendre "déforestation" avec retrait des souches. La déforestation a pour effet de rompre l'équilibre systémique de la forêt en exposant à la sécheresse des milieux naguère sous couvert. Les bois et forêt forment un microclimat favorable à la rétention d'eau par les sols (eau verte). En ces périodes de sécheresses successives et d'épisodes caniculaires au cours desquels notre territoire a connu, cet été et aujourd'hui encore, des restrictions d'eau voire des coupures sur certaines communes (Clansayes, Montségur-sur-Lauzon...), il est urgent de prendre conscience de l'importance de préserver les espaces naturels et les zones boisées. Les forêts et zones boisées participent au cycle de l'eau et jouent un véritable rôle pour la préservation de cette ressource. Elles participent à ce cycle en contribuant à l'évaporation de l'eau qu'elles reçoivent par les précipitations, et ce, au cœur même des territoires. Au cours de ces cycles, l'eau est stockée dans les sols et alimente les nappes phréatiques. Il est donc de notre devoir de préserver ce précieux commun naturel qu'est l'eau. Nous rappelons également à Madame la Préfète, qu'en matière de coupe rase, elle s'est engagée à se rapprocher de divers interlocuteurs dont l'OFB (Office Français de la Biodiversité) au vu de la récente réforme réglementaire (décret n°2022-527 du 12 avril 2022 ; https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045551000) qui inscrit dans la loi le principe d'une stratégie nationale des aires protégées qui vise à couvrir 30% du territoire national par un réseau d'aires protégées et 10% de même territoire sous protection forte.
    1 754 de 2 000 Signatures
    Créée par Collectif pour la sauvegarde des forêts drômoises ". Picture