• Exigeons un véritable étiquetage environnemental des produits alimentaires
    Notre alimentation est à l’origine de nombreux impacts sur l’environnement et contribue fortement à la crise climatique, en étant responsable de 24 % des émissions de gaz à effet de serre de la France. Il est donc urgent de faire évoluer notre alimentation. Les citoyens sont prêts à ce changement : 80 % disent vouloir consommer plus “responsable”. Mais comment changer ses choix alimentaires si nous ne savons pas quels produits sont durables ? Notre alimentation est à l’origine de nombreuses pressions sur l’environnement et représente 24 % de nos émissions de gaz à effet de serre. Il est donc urgent de faire évoluer notre alimentation. Les citoyens sont prêts à ce changement : 80 % disent vouloir consommer plus “responsable”. Mais comment changer ses choix alimentaires si nous ne savons pas quels produits sont durables ? Alors que 70 % des produits alimentaires sont vendus en grande surface, il est indispensable que leur emballage informe de leurs impacts sur l'environnement. Pour les produits d’origine animale, le mode d’élevage (cage, plein air, etc.) doit également être affiché, étant donné l’ampleur des nuisances écologiques et des atteintes au bien-être animal causées par les élevages intensifs. En 2023, le gouvernement va mettre en place un étiquetage des produits alimentaires sur leurs impacts environnementaux. Pourtant, alors que 96 % des Français y sont favorables, il n’est pour l’instant pas prévu d’indiquer le mode d’élevage. Pour que cet étiquetage environnemental ne soit pas une occasion manquée de répondre aux enjeux écologiques et aux attentes sociétales, le gouvernement va devoir faire preuve d’ambition et résister aux lobbies qui s’opposent à la transparence. En signant cette pétition, vous nous aidez à mettre la pression sur les pouvoirs publics pour que cet étiquetage : Soit compréhensible et affiché clairement sur l’emballage des produits alimentaires. Indique, pour les produits d’origine animale, le mode d’élevage, y compris pour les produits transformés (nuggets, pizzas, etc.). Intègre l’ensemble des enjeux environnementaux, en particulier le changement climatique et la biodiversité. Permette de différencier les produits d’une même famille (par exemple des tomates) lorsque leur mode de production est différent (avec ou sans pesticides, serres chauffées, etc.). Cette pétition est également soutenue par : Alliance Santé Planétaire, Alofa Tuvalu, Association Santé Environnement France (ASEF), Bio Consom’acteurs, Collectif En Vérité, Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO), myLabel, Observatoire National des Alimentations Végétales (ONAV), Réseau Environnement Santé, VRAC France, Terre & Humanisme, Bee friendly
    2 178 sur 3 000 Signatures
    Créée par Réseau Action Climat, Agir pour l'environnement, CIWF, France Nature Environnement, Greenpeace Picture
  • Sauver le poumon vert de Vallauris
    La loi et la nature sont bafouées Une simple amende peut valider ces constructions et la forêt sera à jamais detruite
    45 sur 100 Signatures
    Créée par Christian D.
  • Pétition : Les risques des trois grands projets d’aménagements routiers de La Manche
    • Des projets inutiles au vu de l’évolution démographique • Le trafic est en stagnation depuis plusieurs années sur les axes routiers concernés1. Ce constat reflète un taux démographique négatif sur l’ensemble de la Manche. La population du département est en diminution, qui plus est sa tranche active (15-64 ans) qui a diminué de 9% entre 2008 et 20192. Cette tendance ne semble pas près de s’inverser : « Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, le nombre de seniors manchois progresserait de 17 % d’ici à 2030 »2. De tels projets d’infrastructures apparaissent donc totalement inadéquats au regard des évolutions démographiques à venir. 1 DDTM 50 / 2 insee.fr • Un coût financier outrancier pour le contribuable • Les coûts de ces projets sont vertigineux : plus de 96 Millions d’euros pour l’axe Saint-Lô – Coutances (estimation 2021 que l’on sait d’ores et déjà largement sous-estimée), au moins 47 Millions d’euros pour la rocade Ouest de Cherbourg (estimation 2008). Par ailleurs, 69 Millions d’euros ont déjà été investis par le conseil départemental et la région Normandie pour les contournements de Marcey-les-Grèves et Sartilly (Axe Granville-Avranches). Sans compter les coûts liés aux compensations écologiques de ces travaux, ni l’augmentation majeure du prix de l’énergie et des matières premières qui induiront automatiquement des surcoûts considérables. Comment ne pas s’indigner de ces choix d’investissement d’argent public alors que la France traverse une crise économique et énergétique majeure et que les Français sont appelés à plus de sobriété ? • Des conditions de vie dégradées pour les habitants du territoire • La circulation de véhicules à 110 km/h près d’habitations, ce sont autant de nuisances auditives, visuelles, olfactives supplémentaires pour les habitants du territoire ! Sans compter la pollution de l’air qui sera aggravée par les vitesses autorisées sur les 2x2 voies ! • Des infrastructures aggravant les conditions de circulation • Paradoxalement, la création de nouvelles routes dans un réseau routier peut réduire la performance globale de ce réseau, lorsque les entités se déplaçant choisissent leur route individuellement (Paradoxe de Braess1). Cet effet concerne l’axe Saint-Lô-Coutances par exemple, dont la construction risque de renforcer l’effet goulot d'étranglement sur les 2 giratoires situés aux 2 bouts de l'axe, mais également sur la commune de La Chapelle - Belval. Sur l’axe Granville-Avranches, on risque de la même façon de voir s’accroître l’effet entonnoir aux principales sorties de cet axe en concentrant les automobilistes qui souhaitent emprunter la route la plus efficace. Un effet totalement contre-productif et de l’argent public d’autant plus gaspillé ! • Des projets en inadéquation avec la politique nationale de revitalisation des centres villes • Le renforcement des centres villes est prôné par les programmes politiques et notamment Petites Villes de Demain. L’urbanisation le long d’un nouvel axe ne paraît ni entrer en cohérence avec cette stratégie, ni être réalisable au regard de l’enveloppe foncière restante au niveau départemental. De nombreux bourgs et petites communes situées de long des axes routiers risquent de devenir des villages dortoirs. • Une fragilisation accrue de notre agriculture • Comment ne pas s’inquiéter également pour l’agriculture de notre département, territoire productif où l’on espère pouvoir consommer toujours plus localement. Les projets routiers sont très gourmands en consommation foncière et risquent de nuire à la production agricole du département, déjà fragilisée par les aléas climatiques en hausse et la conjoncture économique. Sur l'axe Saint-Lô – Coutances par exemple, pas moins de 85 exploitations agricoles, parmi lesquelles des terres bio et AOP, risquent d’être affectées par la parcellisation et l’artificialisation des zones agricoles. Une incohérence totale vu le contexte actuel de tension pour la sécurité alimentaire de notre pays. • Une aberration environnementale, des déséquilibres écologiques aggravés • Alors que la COP 27 se tient en Egypte, comment ne pas dénoncer le non-sens écologique de ces projets ! La construction de routes supplémentaires, ce sont autant de surfaces non végétalisées qui rendent encore plus difficile la résilience de notre environnement face aux étés caniculaires. Ce sont aussi toujours plus de faune et de flore saccagées par la bétonisation, toujours plus de zones humides détruites (250 concernées sur l’axe Saint-Lô-Coutances, zones essentielles pour la reproduction des amphibiens ainsi que pour les équilibres hydrologiques). Ce sont également des cours d’eau fortement impactés par un ruissellement plus important et une diminution de la possibilité d’infiltration de l’eau de pluie par les sols. Ce sont enfin des zones boisées encore plus morcelées, tel que le bois du Mingrey, dont les chemins d'accès des grands mammifères seraient impactés et qui déserteraient ce bois qu'ils affectionnent. Le collectif D972, l'association Agissons pour le climat Granville Terre et Mer et Extinction Rébellion Sud Manche se rassemblent aujourd'hui pour pour demander une vraie concertation citoyenne et trouver des solutions alternatives !
    682 sur 800 Signatures
    Créée par Philippine B.
  • Message à l'industrie du plastique : arrêtez de nous raconter des salades
    Nous, associations de consommateurs et consommatrices, citoyens et citoyennes, ONG de protection de l’environnement, parlementaires et scientifiques, souhaitons vous adresser toutes nos félicitations : il semblerait que votre mobilisation ait payé. Grâce à vous, la France risque une nouvelle fois de connaître un recul sur une réglementation pourtant emblématique et pionnière, à savoir la fin de la vente de fruits et légumes sous plastique. C’est à un combat acharné de votre part que nous avons pu assister depuis l’adoption de cette mesure par l’Assemblée nationale. Le 29 novembre 2019, les député·es ont voté l’interdiction d’emballages plastiques pour les fruits et légumes vendus en supermarché (sauf exceptions) à compter du 1er janvier 2022. Dans le courant du mois de décembre qui a suivi, vos fédérations se sont émues contre une mesure « déraisonnable » d’après Plastalliance, s’inscrivant dans la « surenchère à l’interdiction de produits en plastique à usage unique » pour Elipso. Votre lutte ne faisait cependant que commencer, puisqu’un décret devait venir préciser la disposition en fixant une liste de fruits et légumes exemptés du sevrage plastique. C’est au Conseil national de l’alimentation (CNA) qu’ont échu les travaux préparatoires relatifs à ce décret, organisme d’habitude reconnu pour les positions consensuelles auxquelles il parvient à aboutir. Malgré tout, vous avez été incapables pendant les discussions du moindre compromis avec la société civile, représentée par les associations de consommateurs et consommatrices et les ONG environnementales. N’ayant de cesse de défendre les intérêts que vous estimiez menacés de vos secteurs d’activité, vous avez proposé des exemptions pour littéralement chaque fruit et légume examiné par le groupe de concertation. Le bon sens réclamait pourtant une mise en œuvre généralisée du principe d’interdiction : dès lors qu’une catégorie de fruits et légumes est déjà substantiellement vendue en vrac en supermarché, il est contre-productif de vouloir l’en exempter. Une dérogation à l’interdiction de plastique pour des pêches et nectarines d’ores et déjà achetées à plus de 70 % en vrac ne fait pas sens. Cela n’a pas été votre ligne, et c’est ce qui a conduit à l’adoption par le CNA d’un avis à deux vitesses, entre l’envie d’avancer d’une société civile qui a gardé en tête le principe de réalité, et des filières économiques et industrielles qui ne souhaitaient manifestement pas faire preuve de bonne volonté. Vous n’avez cessé de continuer à « réclamer des aménagements » pendant la concertation préalable à la rédaction du décret. Sensibles à vos doléances, les pouvoirs publics ont établi une liste d’exemptions à levée progressive par le décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021. Cela ne vous a pas suffi. Vous avez attaqué le texte en justice, Interfel regrettant une mesure prise « sans concertation préalable avec la filière professionnelle » ; Elipso déplorant un décret qui « [va] bien au-delà des dispositions définies [dans la loi] » ; Plastalliance en profitant pour rappeler qu’elle « n’a jamais soutenu ou cautionné les objectifs attentatoires à l’industrie plastique de l’emballage ». Vous avez finalement obtenu gain de cause : la rapporteure publique vous a donné raison le 14 novembre dernier en recommandant « l’annulation totale » du décret. À la suite de cet avis, le Conseil d’État a invalidé le texte. Un nouveau projet de décret a été mis en consultation par le ministère, avec un risque non négligeable de travail de sape de votre part, qui pourrait mener à une liste d’exemptions longue… et pérenne. Tout du long de l’élaboration de cette mesure, vous vous serez placés en porte-à-faux vis-à-vis des citoyens et citoyennes qui souhaitent pouvoir consommer des fruits et légumes frais sans inonder leurs poubelles de plastique à usage unique. 83 % des Français·es pensent que la réduction du plastique à usage unique doit être une priorité. Pour ce faire, elles et ils estiment qu’il faudrait éliminer complètement ou à tout le moins limiter autant que possible l’utilisation du plastique. Cette attente citoyenne s’est retrouvée au cœur des préoccupations exprimées par la Convention citoyenne pour le Climat, qui s’est prononcée dans sa proposition C3.1 pour le développement du vrac. Ce mode de distribution est déjà majoritaire pour les fruits et légumes, qui ne sont « que » 37 % à être vendus sous emballages. Cela représente néanmoins 2,8 millions d’emballages plastiques annuels – un chiffre qui a augmenté de 22 % depuis le début des années 2000. Le secteur des fruits et légumes est ainsi responsable de la production et de la mise aux ordures de près de 20 000 tonnes de plastiques par an. Nous parlons bien ici de ce plastique qui, tout « fantastique » qu’il est, sera à l’origine de 53,5 milliards de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre en 2050 de par sa seule production. Ce même plastique inonde les océans de quelque 10 millions de tonnes par an ; 54 des 120 espèces de mammifères marins menacées identifiées par l’UICN se retrouvent à en consommer ou se coincer dedans. Les êtres humains ne sont pas en reste : nous en ingérons jusqu’à 5g par semaine. 20 000 tonnes de plastique par an, c'est autant de microplastiques qui pénètrent nos organismes. D’après les fédérations de fruits et légumes, 80 % de la filière serait en conformité avec la mesure. Qu’attendons-nous alors pour aller dans le sens de l’histoire et réduire notre recours aux emballages plastiques ? Qu’attendez-vous ? Nous, associations de consommateurs et consommatrices, citoyens et citoyennes, ONG de protection de l’environnement, parlementaires et scientifiques, prenons acte de l’annulation du décret et de la menace que vos actions font peser sur la lutte contre le fléau plastique. Nous serons au rendez-vous pour élaborer un texte qui reste ambitieux face à l’urgence environnementale comme aux attentes citoyennes. Le serez-vous ?
    11 830 sur 15 000 Signatures
    Créée par Zero Waste France 🌱. Picture
  • Aldi : Dites NON au chocolat issu de la déforestation !
    💥 Problème concret De nombreux cultivateurs de cacao gagnent aujourd'hui moins d'un dollar par jour et vivent dans une extrême pauvreté. Certaines productions de cacao sont aussi source de déforestation et peuvent avoir recours à l'exploitation des enfants. Cette situation perdure en large partie grâce au manque de traçabilité… ❌ De nombreuses entreprises ont adopté la traçabilité & transparence mais une continue de résister : l’entreprise Storck. Cette entreprise est l’une des plus grandes productrices de chocolat au monde, le deuxième plus grand chocolatier d'Allemagne. Ce fabricant de confiseries ne peut garantir ni qu'il octroie un revenu décent aux producteurs de cacao qui fournissent son entreprise, ni que son cacao soit exempt de travail des enfants, ni qu'il n'ait pas participé à la destruction des précieuses forêts tropicales de notre planète. ✅ Contrairement à Storck, plus de 33 des gros chocolatiers mondiaux se sont déjà engagés à changer leurs pratiques et à stopper la destruction des forêts tropicales, en rejoignant l'Initiative Cacao et Forêts (ICF).* Storck traîne des pieds, et n'a toujours pas rejoint l'Initiative. ❌ En raison du manque de transparence de Storck et de ses antécédents douteux, cette société a été classée parmi les pires entreprises de chocolat dans le tableau de bord principal de la filière cacao.** • Pourquoi j’ai lancé cette pétition 🕵️ Aujourd’hui, cette situation ne peut plus durer. Je m’appelle Etelle, je suis experte en environnement et droits humains, j'ai fait moi-même des enquêtes sur la déforestation pour le cacao.*** Je travaille depuis 7 années pour essayer d'amener plus de durabilité dans la filière cacao, et cela fait 2 années que j'interpelle Storck sur son manque de transparence et de traçabilité, sans voir de changement de leur part. • Comment vous pouvez aider ✊ J’ai besoin de vous ! L’heure est venue d'enclencher une mobilisation citoyenne. Ensemble, nous pouvons changer les choses si nous réussissons à faire en sorte que le chocolat de cette entreprise ne soit plus en vente pour la Saint Valentin chez ALDI. Ce géant dans la grande distribution française, ALDI, est un des plus grand distributeurs de Storck. Or, lorsqu’ALDI achète auprès de Storck ou lorsque vous achetez des gaufrettes Knoppers ou des bonbons Toffifee, vous plébiscitez en fait un des produits Storck et vous encouragez les pratiques dévastatrices de l'entreprise. 👉 J’ai demandé à ALDI de ne plus acheter auprès de Storck, mais il semble qu’ALDI ne changera pas sa chaîne d’approvisionnement sans une grande pression. Avec votre aide, nous pouvons braquer les projecteurs sur Storck et mettre une véritable pression sur ALDI afin qu’il arrête d’acheter le cacao de Storck. Cela permettra d’aider à la protection des forêts tropicales et de sortir des millions d'agriculteurs de l'extrême pauvreté. Les supermarchés ont une responsabilité à l'égard de leur clients. Nous qui faisons quotidiennement nos courses chez ALDI, nous ne voulons plus être complice de cacao issu de l’exploitation. • Demande concrète 🛑 Nous demandons donc à ALDI d’arrêter de vendre le chocolat de Storck tant que ce dernier ne s’engage pas à : 👉 Payer à tous les producteurs de cacao de sa chaîne d'approvisionnement à un prix équitable**** permettant d'atteindre un « revenu vital » ; 👉 Prouver, de manière transparente, qu'aucun travail des enfants n'entre dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et que les enfants ne sont pas empoisonnés avec des pesticides  ; 👉 Prouver qu’aucune déforestation de la forêt tropicale n'a été causée dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et remplacer le cacao destructeur de forêt cultivé en monoculture, avec du cacao qui reverdit partiellement ce qu’on a perdu, grâce à l'agroforesterie. • Urgence 🎅 A l'approche de la Saint Valentin, qui est une des périodes d'explosion des ventes de chocolat, nous devons rapidement exposer cette affaire et mettre fin à la vente des produits de Storck chez ALDI. ❌🌳 Le temps est compté. Si des chocolatiers comme Storck n'agissent pas rapidement, les forêts tropicales ivoiriennes et ghanéennes risqueront de disparaître. Des images satellites montrent que la déforestation pour le cacao se poursuit massivement au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Nigéria, en Indonésie, au Pérou, et en Équateur. En mettant la pression sur Aldi et Storck dès maintenant, nous pouvons contribuer à une meilleure protection des forêts tropicales. Sauver la forêt tropicale de la déforestation est un défi de grande ampleur, mais nous pouvons y arriver !✊ EXIGEONS D’ALDI QU’IL SUSPENDE STORCK SI CETTE COMPAGNIE N'ACCEPTE PAS LES RÉFORMES NÉCÉSSAIRES !!! Ensemble, nous pouvons protéger l'environnement, les enfants et les travailleurs des dérives de la filière cacao :-) -- * https://www.idhsustainabletrade.com/initiative/cocoa-and-forests/ ** https://static1.squarespace.com/static/621486a23f6a6b01d7dbfbe3/t/62679f9308fb8a08234132e9/1650958242159/Chocolate+Scorecard+2022+-+French.pdf *** https://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2016/07/chocolates_dark_secret_francais_web.pdf **** https://www.voicenetwork.eu/wp-content/uploads/2020/01/200113-Necessary-Farm-Gate-Prices-for-a-Living-Income-Definitive.pdf
    122 sur 200 Signatures
    Créée par Etelle H.
  • Oui à la transition énergétique, non à la destruction du patrimoine public
    De nombreux projets industriels de production photovoltaïques se développent dans l'Aude, en Occitanie, et plus largement dans tout le pays. Certains de ces projets, parfois portés par des conglomérats industriels aux pratiques discutables et ayant fait fortune dans le pétrole sont en contradiction totale avec le discours écologiste et responsable dont ils veulent se parer. En effet, sacrifier des dizaines voire des centaines d'hectares de terres agricoles produisant aujourd'hui des céréales n'est pas responsable en pleine crise alimentaire. Sacrifier des zones classées au plus haut niveau de protection Natura 2000 n'est pas un positionnement allant dans le sens de l'écologie durable et du maintien de la biodiversité Sacrifier nos paysages qui font aujourd'hui la richesse des territoires n'est pas responsable pour l'avenir de ces derniers. Sacrifier le soutien des populations en évitant toute forme de concertation en amont du choix des implantations n'est pas responsable alors que nous savons que la transition ne peut se faire qu'avec le soutien de tous les citoyens. Sacrifier notre patrimoine commun quel que soit sa nature sur l'autel des indicateurs français et européens ne saurait en aucun cas suffire. La transition énergétique ne doit pas se faire à marche forcée mais de façon raisonnée. L'ADEME elle même l'écrit : des gisements suffisants existent sur friches industrielles, toitures et zones d'activité à hauteur de 95GWc, permettant largement d'atteindre les objectifs du plan de programmation pluriannuelle de l'énergie (+51GWc pour atteindre 101 à 113 GWc). Nous exigeons la responsabilité et le respect par les promoteurs et les décideurs, des recommandations émises par certaines communautés de communes, le ministère de la transition écologique et les préfectures. -Privilégier les sites déjà artificialisés et proscrire les installations en zones protégées (Natura 2000, ZNIEFF). -Éviter les espaces agricoles pour maintenir la capacité de production dans un contexte de crise alimentaire. -Limiter au maximum les impacts paysagers pour un patrimoine touristique et architectural préservé. -Communiquer en amont vers les riverains pour une transition menée en concertation. Un gros projet est en cours sur les communes de Belpech, Pécharic et le Py, Plaigne, Saint Sernin. Il porte sur 172Ha de terres agricoles produisant des céréales et en zone de protection spéciale Natura 2000. Nous devons réagir vite sur ce projet pour que les bonnes pratiques soient imposées sur les prochains. Signez maintenant pour exiger la transition énergétique vertueuse.
    380 sur 400 Signatures
    Créée par Alice D.
  • APPEL A LA REVOLUTION ECOLOGIQUE DANS LE GRAND LIBOURNAIS
    MOBILISATION GENERALE Nous vivons la fin d'un monde et devons co-construire ensemble le nouveau. Climat, énergie, vivant, pollution, épuisement démocratique, sécession des élites, inégalités sociales, ressentiment généralisé, extrême droite, inflation, covid, guerre... La crise est devenue systémique, globale. Elle va s'amplifier dans la décennie et aggraver les pénuries. Les premiers signaux d'alarme ont résonné à partir des années 30, avec Ellul et Charbonneau. Plus fort dans les années 60, avec la compréhension du rôle du DDT dans la disparition des oiseaux et la parution du « Printemps silencieux » de Rachel Carson. Plus stridents encore au début des années 70 avec le rapport Meadows, vendu à 1 million d'exemplaires. Et les années 80, avec la création du GIEC, les Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, les COP, et les rapports scientifiques qui se succèdent, c'est carrément le hurlement des sirènes d'alarme et les voyants d'alertes rouges clignotants. Cela dans l’indifférence quasi générale. Cela fait 30 ans qu'il y a consensus scientifique sur les causes et les conséquences prévisibles du dérèglement climatique. 30 ans que nous savons ce qui va se passer. 30 ans que les lobbies économiques nous mentent pour gagner du temps et de l'argent. 30 ans que nous ne faisons rien à la hauteur des enjeux. Et en 30 ans la production des gaz à effet de serre, a progressé de 50% ! Mis à part une poignée de militants écologistes, ces alertes n'ont été entendues, ni par la grande majorité de nos concitoyens, ni par les élites économiques et politiques. Elles sont comme tétanisées, incapables de remettre en cause ce modèle économique qu'elles ont mis en place, qui les enrichit et... qui détruit l'habitabilité de la planète. Ils nous ont conduit dans une impasse. Quelle va être leur légitimité quand la population, notamment les jeunes, va comprendre ce qui les attend ? Les crises vont être de plus en plus rapprochées et violentes. Cela va être brutal. Rassembler le plus grand nombre de nos concitoyens pour adapter collectivement et rapidement notre modèle économique, social et démocratique, est notre meilleure chance de redonner un avenir au moins de 50 ans. Que faire ? Comment atterrir ? Vu le poids des lobbies et le déni de réalité de la quasi-totalité du monde économique et politique, il n'y aura pas de solutions descendantes à la hauteur des enjeux. Elles ne pourront remonter que de la société civile : nous ! Nous vous proposons d'agir là où nous le pouvons encore, le local. Pour cela il s'agit de mobiliser et renforcer l'engagement écologique et solidaire du plus grand nombre de citoyen.ne.s du Grand libournais : - en s'appuyant sur les initiatives existantes, en les renforçant, en participant à leur convergence - en créant des dynamiques d'éducation populaire, de démocratie participative - en inventant des espaces de rencontres, de convivialité, des projets culturels, artistiques, festifs qui travaillent sur l'imaginaire, font émerger de nouveaux récits, plus attractifs que les passions tristes - en construisant sur le territoire un rapport de force organisé non violent favorable à la vie En signant cette pétition, nous demandons à l'ensemble des élu.e.s du Grand Libournais d’agir résolument et de co-construire avec les citoyennes et les citoyens, la révolution écologique, solidaire et non-violente du territoire. Citoyen.ne.s du Grand libournais nous souhaitons participer activement à la mise en œuvre de cette politique et travailler avec les élu.e.s, tout en réduisant notre propre impact carbone et en participant activement à des projets citoyens locaux. Pour construire ce futur désirable sur notre territoire, nous serons nombreux à participer aux États Généraux pour le climat..., qui auront lieu le dimanche 20 novembre de 14h00 à 19h00 au Château des Rochers à Belvès de Castillon. Nous y co-construirons un diagnostic et lancerons des actions à l'échelle locale. A crise systémique, réponse systémique, les chantiers à réaliser sont multiples. Réduire de 55% notre production de GES d'ici 2030, adapter collectivement notre territoire et accompagner les plus fragiles, doivent être nos priorités. Rien n'a été anticipé. Nous devons devenir résilients. D'après le World Resources Institute, nous devons multiplier par 6 les transports publics, diviser par 10 notre utilisation de ciment, diviser par 5 notre consommation de viande, multiplier par 10 les financements publics pour la transition écologique... Ce qui doit nous amener par exemple d'ici 2030 à : - Produire une agriculture et une alimentation 100 % bio, beaucoup plus riche en légumes, céréales et protéines végétales, en prioriser la distribution aux femmes enceintes, aux enfants de moins de 3 ans, aux personnes à faibles ressources financières... - Arracher 10 000 hectares de vignes pour y installer 1000 paysans bio en agroécologie, agroforesterie, permaculture, polyculture élevage, traction animale... qui produiront des protéines végétales, des isolants bio sourcées, des ENR pour la ferme - Réduire de 50% la circulation automobile en multipliant les déplacements à pied, en vélo, le co-voiturage, les transports en commun, en triplant le nombre de TER en circulation - Isoler 10 000 « passoires énergétiques » du parc immobilier avec des agromatériaux (paille, chanvre...) produit sur le territoire - Multiplier les sources de production d'énergies renouvelables - Construire des réseaux de solidarité, d'entraide et de coopération au profit des personnes les plus fragile du territoire, des territoires voisins et des futurs réfugiés climatiques Elu.e.s comme non élu.e.s. nous portons toutes et tous une part de responsabilité dans la situation actuelle. Plus ou moins importante selon les fonctions. Les citoyennes et les citoyens du Grand Libournais ont besoin de se sentir soutenu.e.s et accompagné.e.s pour que vive l'espoir de garder notre planète habitable pour les générations actuelles et futures.
    150 sur 200 Signatures
    Créée par Collectif climat du Grand L.
  • Wauquiez assèche Natura 2000, agissons !
    Outils fondamentaux de la politique européenne de préservation de la nature, les sites Natura 2000 visent à éviter les activités préjudiciables à la biodiversité en privilégiant la recherche d’une gestion équilibrée et durable des espaces concernés. La démarche repose sur la participation, le dialogue et la concertation de l’ensemble des habitants et habitantes, acteurs et actrices des zones sélectionnées intervenant dans les domaines tels que : l’écologie, l’agriculture, le tourisme, la chasse, l’économie et le social. La région AURA est la seule à proposer la suppression des subventions européennes destinées au fonctionnement des zones Natura 2000. Sans votre soutien, d'ici peu de temps, le vote du budget 2023 de la Région AURA entérinera la décision destructrice de Laurent Wauquiez, avec pour conséquences : ❌ la mise en danger des zones Natura 2000, 266 sites naturels, soit 938 450 hectares (13% de la surface totale de la région), et plus de 2000 espèces animales et végétales protégées. ❌ la suppression de 100 à 200 emplois équivalent temps plein : chargé·es de mission, animateurs·trices... 📣 C'est pourquoi au côté de 27 organisations, nous demandons à la Région AURA de rétablir la totalité de ces crédits européens en faveur des zones Natura 2000. ✊ Ensemble, nous pouvons faire reculer Laurent Wauquiez et sauvegarder un formidable outil de dialogue et de protection de la biodiversité qui a fait ses preuves depuis des dizaines d'années. Signez la pétition et changez la donne !
    16 363 sur 20 000 Signatures
    Créée par Greenpeace C. Picture
  • Laisse béton honfleur lutte contre l’artificialisation des terres cultivées à Honfleur
    Notre ville d’honfleur connaît une croissance des constructions exponentielles depuis 30 ans ,en perdant 2,1 % de sa population chaque année . En 2026 , elle pourrait compter un logement par habitant. Non contente de remplir les dents creuses et de convertir les friches industrielles, la municipalité s’attaque aux terrains agricoles au détriment des habitants de la ville haute venus s’y réfugier pour échapper au tourisme de masse à présent hors de contrôle . La loi climat et résilience est ignorée . Le plan d’urbanisme pour la communauté de communes est de nouveau en discussion. Rejoignez nous pour sanctuariser les zones agricoles et naturelles et transformer les zones à urbaniser en zone agricole.Sans intervention des citoyens la zone bucolique du plateau deviendra un quartier où les champs auront été remplacés par les immeubles la voiture et le béton . Il ne suffit pas de dire que le quartier est écologique pour pouvoir bétonner. https://m.facebook.com/profile.php?id=100085706020901
    94 sur 100 Signatures
    Créée par Laisse Béton
  • Sauvons les dernières terres fertiles de Nantes !
    ◼ Pourquoi luttons-nous ? ✊ Stop à l’artificialisation des sols à Nantes Sauvons les dernières terres fertiles pour une agriculture bio et locale à Nantes Canicules, sécheresses, incendies, inondations, … Après l’été désastreux que nous venons de passer, plus rien ne justifie l’artificialisation de terres et de zones naturelles. 🔥 Les scientifiques ont démontré depuis longtemps déjà que l’artificialisation est l’une des causes majeures de la pollution et des dérèglements climatiques. Localement, un GIEC Pays de la Loire s’est formé et a publié un rapport alarmant, pointant du doigt la très rapide artificialisation des sols de la région, en particulier en Loire-Atlantique. Ce département est effectivement l’un des plus bétonnés de France, où 15 % des sols sont déjà artificialisés, soit 6 points de plus que la moyenne (trop élevée) en France. La situation est claire : préservons les terres, arrêtons la bétonisation. 🏢 Pourtant, Nantes Métropole s’obstine avec le projet de ZAC Doulon-Gohards qui prévoit l’artificialisation de 50 hectares de terres maraîchères et naturelles à Nantes, soit 7 fois le jardin des plantes de Nantes. Personne n'est dupe de la tentative de greenwashing de la métropole, en mettant en avant l’installation de petites fermes qui ne cultiveront que 9 ha de terres. Si elles sont les bienvenues, les fermes urbaines sont l'arbre qui cache le désert de la bétonisation. Pendant ce temps, Nantes métropole autorise l'extension du centre commercial Paridis, vaste zone déjà artificialisée. Nous n’avons pas besoin de plus de zones commerciales, de bureaux et de “loisirs”. Arrêtons cette fuite en avant. Les 72 000 m2 d’extension prévue pourraient permettre la construction d’environ 2 000 logements. Nantes métropole doit entendre les avertissements climatiques de cet été et mettre un point d’arrêt à ces projets écocidaires. Plantons des légumes à Doulon, construisons des logements à Paridis. Plus généralement, avec le projet de la ZAC Doulon Gohards et l’artificialisation galopante dans l’agglomération posent la question de la croissance très rapide de Nantes et des politiques de métropolisation. Cela n’a plus aucun sens ni écologiquement, ni socialement, de vouloir faire grossir nos grandes villes à tout prix. Il faut arrêter ce schéma qui produit toujours plus d’inégalités sociales et territoriales, et de pollution. Ce qui se joue ici à Doulon, c’est plus que la destruction insupportable de zones naturelles. Ce qui se joue à Doulon, c’est la contestation de tout un modèle et la promotion d’une autre ville, pour une autre vie. ◼ Qui sommes-nous ? Le collectif Sauvons les Gohards, ce sont des habitantes, habitants et militant•es écologistes qui refusent de voir les dernières terres de Nantes disparaître sous le béton ! En 2022, avec tout ce que l’on sait des conséquences de l'artificialisation, il est inimaginable de continuer à tout détruire. ✋ Merci déjà à Alternatiba Nantes, GIGNV, Extinction Rebellion Nantes, Youth For Climate Nantes, Terres de luttes, Maison du peuple de Nantes, Collectif Nantes-nord pour une écologie citoyenne, Nantes en commun, Union Communiste Libertaire Nantes - UCL Permabocage, le jardin des ronces et le Mouvement national de lutte pour l'environnement PDL, de leur soutien ! On invite toutes les personnes et organisations qui le souhaitent à rejoindre cette mobilisation pour le vivant, et à soutenir la mobilisation à leur manière ! ◼ Pourquoi il y a urgence maintenant ? Les travaux sur la première zone ouest des Gohards, peuvent commencer dès l’automne, c’est donc maintenant que nous devons nous mobiliser. C’est la combinaison des modes d’action juridiques et de résistance sur le terrain qui peut nous faire emporter une nouvelle bataille pour le vivant. ◼ Quelles actions ont déjà été menées ? ✊ Sur le plan juridique nous avons déposé deux recours : un premier contre l’Autorisation environnementale accordée par la Préfecture, et un second contre le permis de construire de la première zone du projet. ✊ Sur le plan de la mobilisation nous avons organisé le 1er octobre notre première journée d’action de résistance : nous avons planté le verger-potager des Gohards sur le premier champ menacé. Près de 400 personnes ont participé et soutenu cette action, et ce, malgré la pluie incessante ! ◼ Plus d’information sur les enjeux : La ZAC Doulon-Gohards, c'est : 🔹 L'artificialisation de 50 hectares de terres maraîchères et naturelles à Doulon 🔹 Un énième projet d'étalement urbain : 2 700 logements, parking-immeuble, ... 🔹 Destruction de la faune et de la flore et des espaces de promenades sauvages 🔹 Des travaux jusqu'en 2035 ◼ Dès l'automne, destruction des Gohards Ouest : 🔹 Artificialisation de 2,5 ha de terres maraîchères et naturelles (au bord du ruisseau des Gohards 🔹 La destruction d’un bois de bouleaux à l'ouest 🔹 1 parking-immeuble de 20 m de haut 204 logements dont des immeubles de 5 étages à 10m du ruisseau des Gohards d'ici 2025 🔹 1 seule voie d'accès rue Henri Loiret pour 400 voitures supplémentaires ! 🔹 Des maisons de 10 m de haut juste derrière l'avenue de l'horticulture 🔹 La remise à l'air libre du ruisseau des Gohards au niveau du stade : risque d'inondations annuelles des maisons aux alentours Merci pour votre soutien ! 🎺 “Nantes Métropole détruit nos sols, protégeons nos terres agricoles !” ➡ Nos réseaux sociaux : Le Facebook du collectif : https://www.facebook.com/profile.php?id=100085447885693 Sur instagram : https://www.instagram.com/sauvonslesgohards/ Twitter : https://twitter.com/GohardsEnDanger
    1 498 sur 2 000 Signatures
    Créée par Ecureuil G.
  • Exigeons l'interdiction d'arrosage des golfs !
    Demandons l’arrêt de l’irrigation des golfs ! Cette pétition, lancée en août 2022 dans un contexte de crise, demande l’arrêt immédiat de l’irrigation des terrains de golf, alors que le stress hydrique est à nos portes. Portons cette revendication à plus long terme en anticipant les prochaines périodes de sécheresse et exigeons de manière générale un contrôle strict des prélèvements d'eau des golfs ; À l’heure où les canicules et vagues de chaleurs sont amenées à toujours plus se multiplier en France et dans le monde et l’augmentation globale des températures, entraîner toujours plus de catastrophes (incendies, inondations, canicules…) ; A l’heure où sévit la plus grande sécheresse jamais observée en France depuis le début de relevées météorologiques (Un déficit de plus de 95 % enregistré dès le mois de juillet sur l’ensemble de la France Métropolitaine par rapport à l’année précédente ; le mois de juillet le plus chaud et sec jamais enregistré, qui suit un printemps tout aussi catastrophique (-65 % de précipitations enregistrées par rapport à 2022) ; Alors que le tarissement des cours d’eau s’accélère dans nos régions ; À l’heure où 93 départements sur 96 sont placés sous restrictions d’usages de l’eau ; avec 100 communes privées d’eau et entraînant jusqu’à des interdictions totales d’irrigation pour certains maraîchers et pour l’agriculture (à partir du niveau 3, « - Interdiction d’irrigation agricole des grandes cultures, prairies et cultures de plein champ »). Un secteur, concernant une fraction minime de la population semble jouir d’un privilège digne d’un autre monde en ces temps de crises : le golf. On peut débattre sur la pertinence de maintenir des cultures gourmandes en eau, non adaptées aux changements futurs et majoritairement destinées à l’élevage dans une perspective de crise climatique et de nécessité de transition écologique. Néanmoins, on ne peut nier le scandale quant au fait de maintenir et prioriser l’usage de l’eau pour le loisir des plus aisés sur l’alimentation. Les terrains de golf, sport réservé aux plus aisé.es, sont épargnés par la plupart des restrictions en eau qui touchent aujourd’hui notre pays. Ceux-ci jouissent de dérogation leur permettant malgré tout de passer outre les restrictions d’usages (c’est-à-dire l’interdiction d’arrosage des terrains de sport). Il serait possible de penser que cet arrosage reste minime au vu de la faible superficie de certains terrains de golf mais cela n’est pas le cas, bien au contraire ! Le volume d’eau utilisé pour l’irrigation d’un golf de 18 trous a une consommation moyenne de 5000m3 par jour, soit la consommation en eau de 12 000 personnes (en un jour) ! En 2002, pour les 107 golfs identifiés en France, la consommation est estimée à 36 millions de m³ en une année soit la consommation annuelle d’une ville de 500 000 habitant.es ! Nous pouvons d’ores et déjà imaginer les chiffres actuels, en expansion évidente… La raison de cette dérogation ? Le coût d’entretien de ces terrains d’hyper-luxe. Une fois de plus, la folie économique prend le pas sur la raison écologique. On pourrait encore évoquer le fait que la pratique du golf génère des emplois ; oui, mais seulement 15 000 en France, dont 80% en CDI. (source bon pote) Des dérogations concernant espaces privatisés, consacrés au loisir des classes privilégiées, sont d’une impunité inacceptable et doivent être interdites, alors même que nos terres sont frappées par la sécheresse et que tant de régions connaissent des restrictions d'eau. Rappelons aussi que sur un green de golf, zones les plus gourmandes en eau en raison d’une hauteur très faible qui favorisent l’assèchement, aucune autre vie que du gazon n’existe. Un golf, au contraire d’entretenir la biodiversité, est un terrain mort de monoculture de gazon. Sans compter les innombrables autres problèmes écologiques liés à la pratique du golf : - Occupation et privatisation d'espaces pouvant être des lieux naturels, publics ou encore des terres agricoles ; - L’entretien de ces monocultures de gazon nécessitent environ 7,2 x plus de pesticides à l’hectare que les terres agricoles !! En effet selon WolrdWhatch Institute, 18 kg de pesticides sont pulvérisés sur les greens par hectare et par an, contre 2,5 en agriculture. - Le rejet de balles en plastique dans la nature autour des terrains ; des centaines de milliers de balles en plastiques chaque année, qui ne sont pas ramassées, s’entassent dans les fossés et mettent elles-mêmes des dizaines de milliers d’années à se dégrader. - Enfin, nous observons bien souvent, dérogations ou pas (qui, on le rappelle, interdisent l’arrosage de certaines zones à partir du niveau 2 d’alerte), les golfs arrosent à outrance une surface bien plus grande que le strict minimum à leur maintien, afin de garantir une esthétique, voire arrosent...des surfaces ensablées !! C’est comme jeter la dernière gourde d’eau qu’il nous reste dans le sable lors d’une traversée du désert. Et tout cela, pour le plaisir d’une fraction minime de privilégiés. Nous demandons : - l’arrêt total de l’irrigation des golfs dès le niveau 3 de restriction déclaré, et l’arrêt des dérogations pour l’autorisation d’arrosage des golfs ; - un réel contrôle des prélèvements et l’obligation de transparence et de comptes-rendus réguliers de la part des golfs sur les données de prélèvements des eaux / le comptage des prélèvements d'eau doit être obligatoire et doit être vérifié. et ce partout sur le territoire Français. Le collectif KIRIKOU – AOUT 2022 Sources de nos recherches : -https://twitter.com/hendrik_davi/status/1553714084125745152 -https://www.letelegramme.fr/dossiers/secheresse-2022-en-bretagne/secheresse-pourquoi-les-golfs-ont-ils-des-regles-particulieres-01-08-2022-13132242.php - https://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-225.html - https://actu.fr/toulouse/ - Reporterre - Gouvernement (pour les restrictions) ...
    8 431 sur 9 000 Signatures
    Créée par Collectif Kirikou
  • NON à l'extension de la carrière Lafarge sur Château-Gontier (53)
    La demande d'extension de la Carrière des Coudrays par l'entreprise LafargeHolcim sur les communes de Château-Gontier sur Mayenne et Marigné-Peuton (53) est un projet destructeur au niveau environnemental. "Les impacts résultants du projet à la suite des mesures envisagées seront nuls à faibles, voire positifs à entièrement maitrisés" Etude d'impact - LafargeHolcim Vraiment? - Sur les 50ha concernés par cette demande d'extension, on trouve 17ha de forêt qui seront défrichés. Cette disparition d'espaces boisés portera atteinte à la survie de nombreuses espèces protégées (l'écureuil roux, l'autour des palombes, etc...). De plus, la forêt a un rôle essentiel dans la régulation du changement climatique (micro-climat, stockage carbone). - 3 zones humides sont également concernées : ce sont des écosystèmes complexes et précieux. On y trouve de nombreuses espèces d'amphibiens. Ces zones humides sont essentielles dans la préservation de la biodiversité. De plus on observe de plus en plus de phénomènes climatiques extrêmes (sécheresses, fortes pluies...) Ces espaces ont un rôle primordial pour limiter les inondations dans les villes. -Lafarge se vente de créer 3 emplois supplémentaires grâce à l'extension. Cependant, ne peut-on pas faire mieux? Sur les 33ha de terres agricoles menacés, il est possible d'installer au moins un agriculteur et même plus si on y développe des projets à taille humaine, tel que du maraîchage diversifié, de l'arboriculture, de l'élevage extensif... - Les exploitants de carrières sont dans l'obligation légale de restaurer le milieu suite à l'extraction. Ils se servent de déchets inertes pour compenser les matériaux retirés. Il n'y a aucune transparence sur l'origine de ces déchets et bien que des mesures soient mises en places pour assurer l'isolation de ceux-ci dans le sol une fois enfouis, nous ne sommes jamais entièrement à l'abri d'une pollution diffuse des eaux souterraines. De plus, la vie du sol ne sera jamais totalement retrouvée. - L'exploitation de la carrière actuelle consomme 66 000 m3 par an. Le projet d'extension va nécessité de venir puiser dans la nappe phréatique une quantité d'eau au moins égal à ce volume. La ressource en eau va devenir de plus en plus rare dans les années à venir, les sécheresses anormales que nous connaissons depuis quelques années en sont un signal fort. Il serait inconscient d'autoriser cette folie de plus. En plus d'avoir une atteinte à la biodiversité et au climat, ce projet participe à l'altération de notre paysage bocager. Il est important que nous nous opposions à ce projet pour préserver notre environnement à notre échelle. Nous sommes conscient que dans le système consumériste actuel, les matériaux extraits semblent indispensables, pour construire, bétonner, reconstruire... Il est temps que nous réalisions l'urgence d'évoluer vers plus de sobriété : rénovation de l'existant, utilisation de matériaux bio-sourcés ou recyclés, limitation de l'étalement urbain,... Signez cette pétition c'est faire votre part pour stopper un projet destructeur de plus. L'enquête publique se termine le jeudi 21 juillet à 17h. Nous remettrons en mains propres les signatures au commissaire enquêteur pour lui témoigner de la mobilisation citoyenne. La liste des signataires viendra peser dans l'évaluation de l'enquête publique. Ne sous-estimons pas l'importance du poids de l'avis des citoyens.
    3 206 sur 4 000 Signatures
    Créée par Coquelico T.