• Soutenez-nous dans notre lutte contre un massacre écologique
    Stop au massacre de la biodiversité dans le Pilat ! Fermeture de la carrière des Gottes à Saint-Julien-Molin-Molette ! Nous sommes nombreu.x.ses à lutter contre le carnage engendré par cette carrière ; Une association, un collectif, la municipalité du village et le Parc naturel régional du Pilat. Cela fait 50 ans que St-Julien-Molin-Molette contribue à l’enrichissement d'une société privée – Delmonico-Dorel - en sacrifiant sa sécurité, avec un passage de camions violent et incessant ; sa tranquillité, avec des explosions, des tirs de mines, le bruit insupportable du concasseur ; sa santé, avec un impact sur la ressource en eau, la présence de poussières contenant du radon (son taux d’uranium 238 est élevé, [cf expertise CRIIRAD n17-61 et norme Euratom 2013/59]), les fissures dans les maisons ; son paysage avec une montagne défigurée par l’appétit toujours plus grandissant de cet industriel. A l’heure où nos dirigeants parlent de conscience écologique, de sobriété, comment se fait-il que la préfecture de la Loire soutienne la destruction de l’habitat de 43 espèces menacées et le développement d'une zone d’exploitation qui représenterait 38 hectares dans un parc naturel ! STOP AU MEPRIS ! LA JUSTICE NOUS DONNE RAISON ! Le 28/02/22 le tribunal administratif de Lyon a jugé illégal l’arrêté d’exploitation de janvier 2020 autorisant l’extension de l’exploitation, pour ces raisons : • Le service général rendu ne justifie pas la destruction d’espèces protégées ; • Le réseau routier est inadapté et inadaptable à un tel trafic de poids lourds. • Sa roche n’a pas de qualité exceptionnelle ; • Elle ne génère pas suffisamment d’emplois face aux nuisances qu’elle engendre. La carrière s’est arrêtée quelques jours… Mais hélas ! Le 21 mars 2022 un nouvel arrêté de la préfecture caché derrière une mise en demeure permet le redémarrage de l'exploitation avec toutefois quelques restrictions et obligations. Nous avons également dénoncé cet arrêté qui fait fi sur le fond du jugement du 28 février 22. Aujourd’hui, l’industriel dépose une nouvelle demande d’autorisation, avec de petits aménagements ridicules qui ne dupent personne, car elle masque grossièrement une exploitation et des préjudices identiques à celle rejetée. Désormais nous attendons le jugement en appel, et une énième enquête publique ! En signant cette pétition aidez-nous à faire entendre notre voix, pour que soient respectées par l'Etat et par la préfecture de la Loire la démocratie locale, les chartes environnementales et a fortiori les décisions de justice. Plus d’info sur : https://stopcarriere.noblogs.org/
    901 sur 1 000 Signatures
    Créée par Collectif contre l'extension de la carrière S. Picture
  • Sauver le poumon vert de Vallauris
    La loi et la nature sont bafouées Une simple amende peut valider ces constructions et la forêt sera à jamais detruite
    30 sur 100 Signatures
    Créée par Christian D.
  • STOP, c'est pas Versailles à La-Côte-Saint-André (38)
    Dérèglement climatique et perte massive de la biodiversité.
    90 sur 100 Signatures
    Créée par Ludovic H. Picture
  • Aldi : Dites NON au chocolat issu de la déforestation !
    💥 Problème concret De nombreux cultivateurs de cacao gagnent aujourd'hui moins d'un dollar par jour et vivent dans une extrême pauvreté. Certaines productions de cacao sont aussi source de déforestation et peuvent avoir recours à l'exploitation des enfants. Cette situation perdure en large partie grâce au manque de traçabilité… ❌ De nombreuses entreprises ont adopté la traçabilité & transparence mais une continue de résister : l’entreprise Storck. Cette entreprise est l’une des plus grandes productrices de chocolat au monde, le deuxième plus grand chocolatier d'Allemagne. Ce fabricant de confiseries ne peut garantir ni qu'il octroie un revenu décent aux producteurs de cacao qui fournissent son entreprise, ni que son cacao soit exempt de travail des enfants, ni qu'il n'ait pas participé à la destruction des précieuses forêts tropicales de notre planète. ✅ Contrairement à Storck, plus de 33 des gros chocolatiers mondiaux se sont déjà engagés à changer leurs pratiques et à stopper la destruction des forêts tropicales, en rejoignant l'Initiative Cacao et Forêts (ICF).* Storck traîne des pieds, et n'a toujours pas rejoint l'Initiative. ❌ En raison du manque de transparence de Storck et de ses antécédents douteux, cette société a été classée parmi les pires entreprises de chocolat dans le tableau de bord principal de la filière cacao.** • Pourquoi j’ai lancé cette pétition 🕵️ Aujourd’hui, cette situation ne peut plus durer. Je m’appelle Etelle, je suis experte en environnement et droits humains, j'ai fait moi-même des enquêtes sur la déforestation pour le cacao.*** Je travaille depuis 7 années pour essayer d'amener plus de durabilité dans la filière cacao, et cela fait 2 années que j'interpelle Storck sur son manque de transparence et de traçabilité, sans voir de changement de leur part. • Comment vous pouvez aider ✊ J’ai besoin de vous ! L’heure est venue d'enclencher une mobilisation citoyenne. Ensemble, nous pouvons changer les choses si nous réussissons à faire en sorte que le chocolat de cette entreprise ne soit plus en vente pour la Saint Valentin chez ALDI. Ce géant dans la grande distribution française, ALDI, est un des plus grand distributeurs de Storck. Or, lorsqu’ALDI achète auprès de Storck ou lorsque vous achetez des gaufrettes Knoppers ou des bonbons Toffifee, vous plébiscitez en fait un des produits Storck et vous encouragez les pratiques dévastatrices de l'entreprise. 👉 J’ai demandé à ALDI de ne plus acheter auprès de Storck, mais il semble qu’ALDI ne changera pas sa chaîne d’approvisionnement sans une grande pression. Avec votre aide, nous pouvons braquer les projecteurs sur Storck et mettre une véritable pression sur ALDI afin qu’il arrête d’acheter le cacao de Storck. Cela permettra d’aider à la protection des forêts tropicales et de sortir des millions d'agriculteurs de l'extrême pauvreté. Les supermarchés ont une responsabilité à l'égard de leur clients. Nous qui faisons quotidiennement nos courses chez ALDI, nous ne voulons plus être complice de cacao issu de l’exploitation. • Demande concrète 🛑 Nous demandons donc à ALDI d’arrêter de vendre le chocolat de Storck tant que ce dernier ne s’engage pas à : 👉 Payer à tous les producteurs de cacao de sa chaîne d'approvisionnement à un prix équitable**** permettant d'atteindre un « revenu vital » ; 👉 Prouver, de manière transparente, qu'aucun travail des enfants n'entre dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et que les enfants ne sont pas empoisonnés avec des pesticides  ; 👉 Prouver qu’aucune déforestation de la forêt tropicale n'a été causée dans sa chaîne d'approvisionnement en cacao et remplacer le cacao destructeur de forêt cultivé en monoculture, avec du cacao qui reverdit partiellement ce qu’on a perdu, grâce à l'agroforesterie. • Urgence 🎅 A l'approche de la Saint Valentin, qui est une des périodes d'explosion des ventes de chocolat, nous devons rapidement exposer cette affaire et mettre fin à la vente des produits de Storck chez ALDI. ❌🌳 Le temps est compté. Si des chocolatiers comme Storck n'agissent pas rapidement, les forêts tropicales ivoiriennes et ghanéennes risqueront de disparaître. Des images satellites montrent que la déforestation pour le cacao se poursuit massivement au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Nigéria, en Indonésie, au Pérou, et en Équateur. En mettant la pression sur Aldi et Storck dès maintenant, nous pouvons contribuer à une meilleure protection des forêts tropicales. Sauver la forêt tropicale de la déforestation est un défi de grande ampleur, mais nous pouvons y arriver !✊ EXIGEONS D’ALDI QU’IL SUSPENDE STORCK SI CETTE COMPAGNIE N'ACCEPTE PAS LES RÉFORMES NÉCÉSSAIRES !!! Ensemble, nous pouvons protéger l'environnement, les enfants et les travailleurs des dérives de la filière cacao :-) -- * https://www.idhsustainabletrade.com/initiative/cocoa-and-forests/ ** https://static1.squarespace.com/static/621486a23f6a6b01d7dbfbe3/t/62679f9308fb8a08234132e9/1650958242159/Chocolate+Scorecard+2022+-+French.pdf *** https://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2016/07/chocolates_dark_secret_francais_web.pdf **** https://www.voicenetwork.eu/wp-content/uploads/2020/01/200113-Necessary-Farm-Gate-Prices-for-a-Living-Income-Definitive.pdf
    114 sur 200 Signatures
    Créée par Etelle H.
  • Non au bitumage du chemin vert de Eu
    Lors d’un entretien avec Eddie Facque, président de la CCVS, nous avons eu confirmation que l’aménagement du chemin vert du Petit Caux aurait bien lieu. Estimés à un peu moins de 2 millions d’euros, les travaux – semblent-ils subventionnés à 80% par l’Etat, la région Normandie et le Département de Seine-Maritime – comprennent l’élagage et la coupe des arbres et buissons, la restauration des ouvrages d’art, la réalisation d’une bande de bitume de 3 mètres de large – entraînant l'élargissement du chemin à 6 mètres minimum – sur 7 kilomètres et, en principe, la plantation d’arbres en lieu et place de ceux qui auront été abattus. Nous avons redit au président notre opposition à cette hérésie et mis en avant les presque 7000 signatures enregistrées à ce jour de citoyens s’opposant eux aussi à ce désastre. Nos arguments, tant environnementaux que financiers, n’ont reçu aucun écho. Nous vous invitons à nous retrouver le samedi 19 novembre à 14h30 à l’entrée du chemin vert, à Eu. Venez nombreux, en famille, à pied, en vélo, à cheval…pour marquer à nouveau votre opposition à ce projet contre nature !!
    87 de 100 Signatures
    Créée par Sarah G.
  • STOP au projet du parc photovoltaïque dans les bois de Janiol de Grignan
    👉La direction départementale des territoires (DDT) déconseille fortement l’utilisation des sites agricoles ou naturels pour l’implantation des centrales photovoltaïques : "Il est nécessaire de noter en premier lieu que l'implantation de projet en espace boisé est contraire aux recommandations départementales et la DDT ne pourra évaluer de façon positive ce type de projet" (Point 3.1.3 en page 12 des Recommandations départementales des projets photovoltaïques https://www.drome.gouv.fr/IMG/pdf/20211021_recommandationsdepartementalespv_v5.pdf) La Commission Départementale de Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers (CDPENAF) https://www.registre-dematerialise.fr/4231/download/component/4617/2-12-2-avis-modificatif-corrections-erreurs-ppv-grignan-signe-30-08-2022.pdf a d'ailleurs émis un avis défavorable au dossier considérant que : - Les travaux entraineraient la destruction de 9,2 ha de forêt (chênes verts et pubescents) au sein d'un vaste secteur naturel et forestier. - L'implantation d'un tel parc sur ce site serait de nature à contribuer à la fragmentation de la forêt, et accélèrerait la baisse de la biodiversité. - Sur le principe de l'évitement, le dossier n'apporte pas la démonstration suffisante de l'impossibilité d'installer ce parc sur une zone de moindre enjeu écologique y compris à l'échelle intercommunale. - L'artificialisation de 9,2 ha d'espaces naturels irait à l'encontre des objectifs des objectifs de sobriété foncière et de trajectoire "zéro artificialisation nette" du Plan Biodiversité (juillet 2018) et de la stratégie régionale "Eau-Air-Sol" (mai 2020). - Les recommandations à l'échelle nationale et départementale sont de prioriser le développement des parcs photovoltaïques sur le bâti et sur les sites déjà artificialisés. - Les divers impacts potentiels qu'auraient lesdits travaux sur les zones naturelles, le réseau écologique, la flore et les habitats naturels de la faune. - Le projet serait de nature à modifier les corridors de déplacements et entrainerait des destructions d'habitats de vie notamment pour des cortèges d'oiseaux forestiers, pour des mammifères tels que la genette commune et le hérisson d'Europe et surtout pour les chiroptères dont la barbastelle d'Europe et le petit rhinolophe. - Le dossier évoque au titre du défrichement un besoin de compensation de 30 à 32 hectares sans en préciser ni les modalités ni la localisation ce qui ne permet pas d'en apprécier l'impact sur les surfaces agricoles et naturelles. - Le projet est de nature à compromettre la préservation des terres naturelles, agricoles ou forestières au sens de l'article L122-1-1 du code rural et de la pêche maritime. 👉Pour limiter l'artificialisation des sols et maitriser la consommation d'espace naturel, les terrains favorables pour ce type d’installation sont les terres arides ou polluées, les friches industrielles, les terrains militaires en reconversion, les carreaux de mines, les abords d’aéroports ou d’autoroute, les anciennes décharges… mais en aucun les espaces boisés naturels. 👉Nous ne pouvons plus accepter AUCUNE dérogation à la destruction d’espèces protégées à l’ère de la 6ème extinction de masse du vivant. Le défrichement de plus de 8 hectares aurait un impact fort sur la biodiversité, notamment sur les espèces locales*, avec la destruction illégale d'espèces protégées. *des oiseaux comme l'Alouette lulu ou la Huppe fasciée ; des chiroptères comme la Barbastelle d'Europe ou le Petit Rhinolophe ; des mammifères comme la Genette commune ou le Hérisson d'Europe ; des reptiles comme la Vipère aspic ; des insectes... 👉Par défrichement, il faut comprendre "déforestation" avec retrait des souches. La déforestation a pour effet de rompre l'équilibre systémique de la forêt en exposant à la sécheresse des milieux naguère sous couvert. Les bois et forêt forment un microclimat favorable à la rétention d'eau par les sols (eau verte). En ces périodes de sécheresses successives et d'épisodes caniculaires au cours desquels notre territoire a connu, cet été et aujourd'hui encore, des restrictions d'eau voire des coupures sur certaines communes (Clansayes, Montségur-sur-Lauzon...), il est urgent de prendre conscience de l'importance de préserver les espaces naturels et les zones boisées. Les forêts et zones boisées participent au cycle de l'eau et jouent un véritable rôle pour la préservation de cette ressource. Elles participent à ce cycle en contribuant à l'évaporation de l'eau qu'elles reçoivent par les précipitations, et ce, au cœur même des territoires. Au cours de ces cycles, l'eau est stockée dans les sols et alimente les nappes phréatiques. Il est donc de notre devoir de préserver ce précieux commun naturel qu'est l'eau. Nous rappelons également à Madame la Préfète, qu'en matière de coupe rase, elle s'est engagée à se rapprocher de divers interlocuteurs dont l'OFB (Office Français de la Biodiversité) au vu de la récente réforme réglementaire (décret n°2022-527 du 12 avril 2022 ; https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045551000) qui inscrit dans la loi le principe d'une stratégie nationale des aires protégées qui vise à couvrir 30% du territoire national par un réseau d'aires protégées et 10% de même territoire sous protection forte.
    1 782 sur 2 000 Signatures
    Créée par Collectif pour la sauvegarde des forêts drômoises ". Picture
  • Protégez définitivement la forêt du Madrillet !
    LA FORÊT DU MADRILLET : toujours menacée ! Début 2020 : citoyens, associations et élus se mobilisent pour dire NON au béton sur les 62 ha de la forêt du Madrillet (dont une 1ère pétition avec plus de 9000 signatures !) Juillet 2020 : le nouveau Président de la Métropole de Rouen, Mr Mayer-Rossignol, s’engage à ne pas urbaniser et décrète un moratoire. Juillet 2021 : l’association Bouillons Terres d’Avenir demande pourquoi la modification N°2 du plan local d’urbanisme (PLUI ) n’a pas remis ces 62 ha en zone naturelle comme se trouve le reste de la forêt du Rouvray ? Le Président répond par écrit « la possibilité de l’inscrire dans le contexte de la modification en cours présente des fragilités juridiques , CETTE ORIENTATION SERA PROPOSÉE AU VOTE DU CONSEIL MÉTROPOLITAIN AU PLUS TARD EN 2022, selon les formes juridiques appropriés » Octobre 2022 : nous en sommes à la 5ème modification du PLUI ( consultable sur https://www.registre-numerique.fr/mrn-plu-modif5/documents ,site sur lequel on peut déposer une contribution ) on y découvre que les 62 ha de forêts sont toujours classées en zone économique et peuvent légalement toujours être bétonnées en partie ou totalité. La ville de Rouen dans cette modification N°5 en cours a prévu de reclasser un bois qui était aussi urbanisable ( au Châtelet ) en zone naturelle boisée, le rendant ainsi non constructible. Pourquoi la Métropole et la ville de Petit Couronne refusent-elles encore de faire la même chose pour la forêt du Madrillet ? Que cachent ces retards de la part de la Métropole de Rouen ? De même, le dossier de demande de classement en forêt de protection de ces 62 ha pour les rendre définitivement inconstructibles, par un arrêté ministériel, comme l’est l’ensemble de la forêt du Rouvray, n’est pas encore amorcé ! NOUS DEMANDONS LE RECLASSEMENT DES 62 HA DE LA FORÊT DU MADRILLET EN ZONE NATURELLE BOISÉE DANS LA MODIFICATION N°5 DU PLUI ACTUELLEMENT EN COURS. Nous déposerons les signatures de cette pétition aux commissaires enquêteurs avant la fin de l’enquête publique prévu le 10 novembre 2022. (Nous avons demandé une « enquête complémentaire » aux commissaires enquêteurs pour inclure cette nouvelle modification et une prolongation de cette enquête publique). Association Bouillons Terres d'Avenir
    583 sur 600 Signatures
    Créée par Titouan M.
  • Wauquiez assèche Natura 2000, agissons !
    Outils fondamentaux de la politique européenne de préservation de la nature, les sites Natura 2000 visent à éviter les activités préjudiciables à la biodiversité en privilégiant la recherche d’une gestion équilibrée et durable des espaces concernés. La démarche repose sur la participation, le dialogue et la concertation de l’ensemble des habitants et habitantes, acteurs et actrices des zones sélectionnées intervenant dans les domaines tels que : l’écologie, l’agriculture, le tourisme, la chasse, l’économie et le social. La région AURA est la seule à proposer la suppression des subventions européennes destinées au fonctionnement des zones Natura 2000. Sans votre soutien, d'ici peu de temps, le vote du budget 2023 de la Région AURA entérinera la décision destructrice de Laurent Wauquiez, avec pour conséquences : ❌ la mise en danger des zones Natura 2000, 266 sites naturels, soit 938 450 hectares (13% de la surface totale de la région), et plus de 2000 espèces animales et végétales protégées. ❌ la suppression de 100 à 200 emplois équivalent temps plein : chargé·es de mission, animateurs·trices... 📣 C'est pourquoi au côté de 27 organisations, nous demandons à la Région AURA de rétablir la totalité de ces crédits européens en faveur des zones Natura 2000. ✊ Ensemble, nous pouvons faire reculer Laurent Wauquiez et sauvegarder un formidable outil de dialogue et de protection de la biodiversité qui a fait ses preuves depuis des dizaines d'années. Signez la pétition et changez la donne !
    16 324 sur 20 000 Signatures
    Créée par Greenpeace C. Picture
  • Non à "Manon" (projet destructeur à Martigues)
    Cet été plus que les autres années, le réchauffement climatique s'est imposé comme une tragique évidence. Au départ ce devait être une délocalisation du collège Marcel Pagnol. En soit, ce projet posait déjà le problème de devoir raser une forêt pour reconstruire un établissement déjà existant au lieu d’œuvrer à sa réhabilitation. Les travaux furent mis en attente, il semblerait, grâce à la découverte d'une fleur rare sur le site. Je n'ai à ce jour pas réussi à contacter l'ecologue de la mairie chargé du projet (d'ailleurs aucun des services que j'ai contacté n'a répondu. Personne ne semble vouloir me renseigner). Quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque j'ai vu s'installer les panneaux d'un promoteur à côté de ceux du futur collège "en attente" ! L'air de Martigues est de très mauvaise qualité, la sécheresse n'a jamais été aussi intense, la ville se bétonne d'année en année mais la municipalité juge judicieux de raser des arbres pour construire une résidence destinée à quelques privilégiés ? Ils auront des jardins pédagogiques, un boulodrome et un cadre merveilleux dans lequel vivre d'après le promoteur tandis que nous autres administrés, riverains et élèves verront notre forêt se faire grignoter. Jean Lurçat, établissement scolaire à proximité est l'un des plus bétonné de la ville. Il ne dispose d'aucune végétation interne, est cerné par la route, un large parking et une antenne relais, pourtant, sa direction (et ses éco-délégués) oeuvrent pour développer la biodiversité, l'écologie et la nature en son sein et à proximité. De la volonté d'un élève, le soutien des autres et la LPO un projet de nichoirs est né l'an passé... mais sans arbres pas d'oiseaux, ni d'insectes, ni d'eau retenue dans le sol. Pas d'ombre, pas d'oxygène. Un ambulancier de la ville avec qui je me suis entretenu sur le projet m'a très justement fait remarquer que la circulation déjà dense à ce niveau sera catastrophique. Les années passant, plusieurs lotissements et établissements se sont construit au fur et à mesure, rendant la circulation difficile et le passage désagréable. Écoles, lotissements, maison de retraite. Stop ! Nul besoin d'un projet supplémentaire surtout quand il n'a aucune portée sociale ! Pourquoi le promoteur ne rase t-il pas le vieux collège si il veut construire des appartements ? La nature est un bien public, elle n'appartient à personne ou du moins ne devrait pas appartenir à ceux qui la monnaient. Aujourd'hui ce malheureux bout de forêt, des vues sur les terrains privés qui ont été incendiés cet été et puis dans quelques années ce sera la colline, la chapelle, le moulin ?! Le plus dramatique dans l'histoire c'est que les espaces verts de la mairie font d'énormes efforts pour favoriser le retour de la biodiversité en ville en aménageant des espaces, en créant des îlots de biodiversité dans les zones tondues ou encore en laissant les adventices pousser librement là où elles ne dérangent personne. C'est à n'y rien comprendre ! Aidez moi à faire du bruit, ne serait-ce que pour que cet écocide ne reste pas dans l'anonymat. J'ignore à l'heure actuelle quelle sera la finalité de ce projet mais une chose est sûre, cela ne doit pas être passé sous silence.
    118 de 200 Signatures
    Créée par J. C.
  • Incendies, climat, biodiversité : stop aux lanternes volantes
    LES LANTERNES VOLANTES PEUVENT PROVOQUER DES INCENDIES Pour limiter le risque d’incendies (1), dans un contexte de sécheresses, de plus en plus de collectivités en viennent à devoir interdire le lancer de lanternes célestes sur leur territoire (dites aussi volantes, chinoises ou thaïlandaises). Cet été 2022, c’est en autres le cas de la Loire, du Calvados, de la Lozère, de l’Ille et Vilaine, etc. Bien sûr, la loi oblige toujours à déclarer les lancers de lanternes volantes un mois avant l’événement à la préfecture. Mais comment tous les contrôler dans une période estivale favorable aux festivités et notamment aux mariages ? Est-ce un risque qui mérite d’être pris ? Lâcher une lanterne enflammée, c’est perdre le contrôle du feu. LES INCENDIES SONT UN DRAME POUR LES FORÊTS, MAIS AUSSI POUR LE CLIMAT Les images de feux de forêt qui ont dévasté la France cet été ont choqué les Français et ont eu un effet désastreux sur le climat. Une forêt qui brûle, c’est un puits de carbone qui disparaît (2) mais c’est surtout des émissions de CO2 qui s’envolent : tout le CO2 séquestré dans les arbres pendant des centaines d’années est rejeté dans l’atmosphère en quelques minutes seulement. LES LANTERNES VOLANTES SONT DES DÉCHETS NON COMPOSTABLES ET DANGEREUX POUR LA FAUNE Parce que c’est la loi, pour pouvoir s’envoler sans brûler, elles doivent être “composées de matériaux non susceptibles de s’enflammer”, qui mettront du temps à se dégrader. Et parce que c’est comme cela qu’elles sont faites, elles ont aussi une structure métallique, qui peut s’avérer dangereuse pour les animaux. Autrement dit : les lanternes célestes sont des déchets dangereux qui s’envolent et finissent par tomber sans qu’on puisse savoir où. Dès lors, leur simple utilisation semble contraire à plusieurs articles existants dans la loi française, notamment le Code Pénal (article R632-1 qui interdit l’abandon de tout objet dans la nature) et le Code de l’Environnement (notamment article 541-2 qui tient tout producteur de déchets responsable de leur gestion jusqu’à leur élimination ou valorisation finale). Dans un contexte de multiplication d'épisodes de sécheresse, de dérèglement climatique et de lutte contre les déchets dangereux, il est donc temps d’interdire l’utilisation et la vente de lanternes volantes partout en France, toute l’année. Une mesure simple qui peut éviter beaucoup. ....... (1) En Allemagne au Nouvel An 2020, des lanternes avaient par exemple provoqué l’incendie d’un zoo. En France, on trouve des événements similaires sur Twitter par exemple : https://twitter.com/longbeachrpg/status/1521359592822820865 ou https://twitter.com/The_Ulfric/status/1461669915216203778 (2) Un puits de carbone est un réservoir naturel qui absorbe les émissions de CO2. On estime qu’¼ des émissions est absorbé par les océans, ½ se retrouve dans l’atmosphère, et ¼ est absorbé par les arbres grâce à la photosynthèse. (source GIEC)
    106 de 200 Signatures
    Créée par Claire B.
  • Non à la LGV Bordeaux Toulouse : une aberration économique, écologique et sociale
    Le projet LGV Bordeaux - Toulouse - Dax est une aberration tant sur le plan financier qu'écologique et social. Il a été largement refusé par la population lors d'une enquête d'utilité publique le 30 mars 2015. La commission d’enquête publique, à la majorité de ses membres, émet un avis défavorable relatif au projet LGV, 90% des votants ayant voté contre. Madame Borne, alors ministre des transports, avait "enterré" le dossier. Or, en fin de mandature de Monsieur Macron... il réapparaît. Rappelons l’impact néfaste de ce projet sur les habitants, la biodiversité et le paysage : - Ce projet détruira 403 propriétés bâties, un cimetière à Roquefort, une station d’épuration, huit sites Natura 2000, 413 espèces animales et végétales dont 197 protégées, la vallée du Ciron (classée exceptionnelle) ainsi que des paysages jusque là intacts. - 53 millions de m3 de matériaux devront être déplacés soit 2 360 camions par jour pendant 10 ans. - Une taxe spéciale va être créée pour 3 000 communes TSE soit près de 5 millions d’habitants qui, pour la plupart, ne prendront jamais ce train ! Les villes intermédiaires n’étant même pas desservies, ce projet est réellement déconnecté des besoins de la région. - Ce projet, estimé à 14 milliards d'€, ne sera pas soutenu par L'Union Européenne. Madame Karima Delli, Présidente de la Commission transports au Parlement Européen ayant déclaré à Lyon le 22 juin 2022 : “Nous n’avons pas retenu le projet de ligne à grande vitesse GPSO. Il nous a semblé que les alternatives fondées sur les lignes existantes permettraient de diminuer fortement l’empreinte environnementale du projet et seraient plus utiles à la mobilité quotidienne des habitants.” Ce projet permettrait de “gagner du temps” et de développer les territoires. De quoi parle-t-on réellement ? - D’un un gain de temps minime : Paris - Toulouse sans arrêt : 36 minutes de “gagnées”; avec arrêts à Agen et Montauban : 26 minutes de “gagnées”. - Par ailleurs, un train qui ne s’arrête pas dans les gares ne peut contribuer à l’aménagement du territoire… Marmande, Langon… Par ailleurs Agen est une agglomération qui se développe très bien avec le TGV actuel, et notons que Toulouse est largement desservie par l’avion (qui n’est pas la meilleure solution écologique), le train de nuit remis en service, et le TGV Paris Bordeaux Toulouse. - Mont de Marsan marginalisée, en 2027 l’Espagne fera circuler des trains jusqu’à la frontière à 250km/h mais sur des voies différentes que celles utilisées en France. Une grande partie des habitants va donc subir les taxes, les destructions, la pollution, les nuisances sans profiter de ce train qui leur passera sous le nez. La priorité est donc la réhabilitation des lignes existantes, des lignes du quotidien, des trains de nuit et du fret. Ces arguments visant à la rénovation des voies existantes rejoignent ceux de la Cour des Comptes, du Conseil d’analyse économique et social, de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale, de la Commission économique du Sénat, des Assisses ferroviaires, du CESE, de dizaines d’élus du Sud-ouest, d’associations (Trans’Cub, Sepanso 33, France Nature Environnement, TGV en Albret et bien d’autres associations y compris de chasseurs…). Si tous ces arguments (montages financiers plus que fragiles, taxes imposées aux riverains, destruction de forêts et de paysages) ont convaincu les députés européens de refuser leur soutien, rien n’est gagné. En effet, les promoteurs du projet vont déposer un nouvel appel à financement en septembre 2022 pour le mécanisme d’interconnexion en Europe. Signons la pétition massivement avant la fin septembre pour dénoncer ce projet et bloquer ces financements ! Il est important de faire entendre nos voix trop méprisées jusqu’alors, aidez-nous ! Pour que ce projet soit définitivement enterré, il est urgent de se mobiliser. Nous demandons à Madame Elisabeth Borne, Madame Carole Delga, Monsieur Alain Rousset de travailler en concertation avec la population sur une solution alternative de réhabilitation des lignes existantes. Soutiens de la pétition : TGV-albret (qui regroupe nombre d’associations), Collectif stop LGV Bordeaux Métropole (pour les transports du quotidien), Association de sauvegarde des Landes de Gascogne, l’ASDLG de Saint Martin de Curton…
    4 155 sur 5 000 Signatures
    Créée par Marie A.
  • Défense du BOIS du FOUILLET au Mans
    Le projet de l'aménageur CENOVIA a été examiné par le Conseil Communautaire Le Mans Métropole en 2005 avec une étude d'impact. Les élus du Conseil de Quartier de Vauguyon au Mans (Sarthe 72) ont pris le dossier en charge en 2017 dans une commission de l'aménagement du BOIS DU FOUILLET situé au Mans. Des lanceurs d'alerte comme Jacques Giré siège au COPIL (Comité de Pilotage) pour ce projet de 550 logements. Le Conseil communautaire Le Mans Métropole s'est réuni le 3 décembre 2021 : abandon du projet mais travail sur un second ;  le collectif n'a pas accès aux informations  Le bois faisait 32 ha : 4.5 ha ont déjà été utilisés par une zone d'activité (dont la caserne des pompiers). Le bois restant est de 26 ha Le  BOIS DU FOUILLET, est une zone naturelle de 26 ha qui doit être préservée absolument au vu des enjeux de biodiversité, du réchauffement climatique, de la fragmentation des espaces naturels, de l’artificialisation des sols, de la qualité du cadre de vie des riverains et des Manceaux . En 2022 particulièrement car un large consensus des scientifiques, des citoyens, des institutions et des élus existe pour la préservation des zones naturelles et particulièrement en zone urbaine. Il est donc anachronique de vouloir porter atteinte fût ce de manière partielle au Bois du Fouillet.  Il ne s’agit donc pas de quelques arbres, le Bois du Fouillet est un espace naturel qui remplit plusieurs fonctions.  Cette création de logements peut et doit se faire autrement et non pas sur une zone naturelle qui est inclue dans une trame verte et bleue, et qui était un espace boisé classé jusqu'en 2005 ; les élu.es de cette époque ont estimé qu'il fallait le protéger pour les générations futures. Il appartient à une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique de type 1, comme le démontrent une étude toute récente de naturalistes sur le terrain. Par ailleurs l’installation de logements dans cette zone serait anti sociale. En effet la zone est très bruyante du fait du Circuit des 24 H et de la voie express (grande rocade).   Préserver le Bois du Fouillet serait donc un acte symbolique et concret dont peut s’emparer la ville pour montrer son attachement à l’écologie, à un urbanisme en harmonie avec le végétal et la biodiversité.  C’est pourquoi le collectif propose que le maire abandonne l’artificialisation du site, même une petite partie, et redonne son statut d’Espace Boisé Classé au Bois du Fouillet. Le collectif propose son reclassement en espace boisé classé. Il est valorisé dans les travaux liés aux SCOT et donc dans la trame verte et bleue. Il est entretenu avec des modalités qui respectent son caractère sauvage pour renforcer sa résilience au réchauffement climatique (faut-il renforcer la présence des feuillus et quels espèces ?)
    3 022 de 4 000 Signatures
    Créée par Groupe local Greenpeace du Mans