Skip to main content

Destinataire(s) : Kleber Mesquida (président du Conseil Départemental de l'Hérault), Michaël Delafosse (Président de la métrole de Montpellier)

Contre les projets routiers dans l'agglomération montpelliéraine

Contre les projets routiers dans l'agglomération montpelliéraine

Ensemble, nous demandons l'arrêt immédiat des méga projets routiers dans l'agglomération montpelliéraine (L.I.E.N, COM, DEM) et le développement des mobilités durables.

L'urgence climatique est là, il faut agir !

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Le transport routier, développé depuis près d'un siècle au détriment des autres modes de transport, a montré ses limites. Il accapare l'espace public des villes, et son impact sur l'environnement et la santé des habitants n'est plus à démontrer (67000 décès en France chaque année liés à la pollution de l'air).

Le nord de Montpellier est le poumon vert de la métropole. Ces projets routiers vont polluer l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit, accroître les risques d’incendies et d’inondations. C’est-à-dire saboter nos ressources et notre capacité à faire face au changement climatique.

Si ces projets se réalisent, ils permettront la bétonisation massive de cette partie encore préservée.
Des projets de ZAC et une réouverture de carrière sont déjà déposés, plus tout ceux qui viendront une fois que ces routes seront construite.

Montpellier, qui dépasse les seuils réglementaires de polluants définis par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), est toujours dans l'inertie de l'ancien monde.
- Le contournement ouest (COM), estimé à 400 millions d'euros, prévoit de détruire 16 hectares de terres agricoles.
- Les travaux de la liaison Nord (LIEN) estimé à 93,5 millions d'euros, sont en train de massacrer 80 hectares de zones naturelles, dont celle de Bel-Air, qui est le réservoir de biodiversité le plus riche de la métropole.

Ces projets sont aussi des projets industriels qui relieront deux autoroutes et faciliteront le passage des camions vers les ZAC et les entrepôts type Amazon. Encore des projets qui encouragent le frêt par la route !

Nous ne pouvons pas revenir en arrière, nous devons agir maintenant pour bloquer les travaux et protéger notre environnement !

Nous demandons l'arrêt immédiat de ces projets et un développement ambitieux d'autres moyens de déplacements (transport en commun, vélo..).

Campagne soutenue par Le collectif Sos Oulala, Greenpeace Montpellier, XR Montpellier, ANV COP21 Montpellier

Comment sera-t-elle remise

Nous organiserons une conférence de presse sur le tracé du L.I.E.N. avec un appel à un rassemblement des personnes, associations, collectifs, mouvements politiques qui luttent contre le LIEN et son monde de béton.

Grabels, France

Maps © Stamen; Data © OSM and contributors, ODbL


Commentaires

  • Car il est INDISPENSABLE de stopper ces projets vieux de plus de 30 ans. L'URGENCE de limiter le réchauffement de notre planète est une priorité absolue. Nos élus doivent agir en fonction de cette terrible réalité.
  • Je suis héraultais et je suis pour 1 mobilitée durable et intelligente. Je suis contre les projets détruisant l'espérance de vie humaines local voir mondiale. Je suis par conséquent vraiment contre se projet qui n'a aucune autre utilitée que de ruinée la france et faire mourir très vite le lieu de vie des Européens.
  • A l'heure où nous vivons déjà des modifications climatiques, il est grand temps de changer de logiciel et cesser de promouvoir le tout voiture.

Actualités

2021-10-22 11:37:34 +0200

Par un arrêt du 09 juillet 2021 le Conseil d’Etat ayant constaté que la procédure qui a conduit à la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du LIEN était viciée, le projet du LIEN est aujourd'hui entaché d'illégalité. Le Conseil d'Etat a mandaté la Mission Régionale d’Autorité Environnementale (MRAE) pour réévaluer l’étude d’impact de façon indépendante. Celle-ci a produit un avis le 28 septembre 2021, très différent de celui du préfet de 2014.

Désormais le Conseil d'Etat doit dire si cet avis appelle la réalisation d'une nouvelle enquête publique, ce qui semble inévitable.

Alors que nous sommes dans l'attente de cette décision qui obligerait le département à s'expliquer sur ce projet, le président du conseil départemental de l'Hérault, Kléber Mesquida, décide de passer en force en démarrant les travaux. C'est inacceptable !

2021-09-27 21:06:04 +0200

1,000 signatures atteintes

2021-05-24 21:13:20 +0200

500 signatures atteintes

2021-01-20 23:04:39 +0100

100 signatures atteintes

2021-01-19 17:57:36 +0100

50 signatures atteintes

2021-01-19 16:51:33 +0100

25 signatures atteintes

2021-01-13 21:48:36 +0100

10 signatures atteintes