Skip to main content

Destinataire(s) : Jean Morin Président du Conseil Départemental

Pétition : Les risques des trois grands projets d’aménagements routiers de La Manche

Tandis que l’Etat se fixe pour objectif la zéro artificialisation nette des sols (ZAN) à l’horizon 2050 (Plan Biodiversité, 2016 ; Convention citoyenne sur le climat, 2020), le département de la Manche se voit aujourd’hui concerné par trois projets majeurs d’infrastructures routières :
L’Axe Granville-Avranches (qui avait été abandonné pour plusieurs raisons) / l’Axe Coutances-Saint-Lô / La rocade Ouest de Cherbourg

Par cette pétition, nous souhaitons aujourd’hui attirer l’attention des collectivités en charge du financement et de la mise en œuvre de ces projets. Ceux-ci représentent une aberration écologique, sociale et économique qu’il est aujourd’hui primordial de dénoncer et que les citoyens et citoyennes puissent disposer de l’ensemble des informations concernant ces projets.

Pour demander une concertation citoyenne et trouver des solutions alternatives !

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

• Des projets inutiles au vu de l’évolution démographique •
Le trafic est en stagnation depuis plusieurs années sur les axes routiers concernés1. Ce constat reflète un taux démographique négatif sur l’ensemble de la Manche. La population du département est en diminution, qui plus est sa tranche active (15-64 ans) qui a diminué de 9% entre 2008 et 20192. Cette tendance ne semble pas près de s’inverser : « Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, le nombre de seniors manchois progresserait de 17 % d’ici à 2030 »2. De tels projets d’infrastructures apparaissent donc totalement inadéquats au regard des évolutions démographiques à venir.
1 DDTM 50 / 2 insee.fr

• Un coût financier outrancier pour le contribuable •
Les coûts de ces projets sont vertigineux : plus de 96 Millions d’euros pour l’axe Saint-Lô – Coutances (estimation 2021 que l’on sait d’ores et déjà largement sous-estimée), au moins 47 Millions d’euros pour la rocade Ouest de Cherbourg (estimation 2008). Par ailleurs, 69 Millions d’euros ont déjà été investis par le conseil départemental et la région Normandie pour les contournements de Marcey-les-Grèves et Sartilly (Axe Granville-Avranches). Sans compter les coûts liés aux compensations écologiques de ces travaux, ni l’augmentation majeure du prix de l’énergie et des matières premières qui induiront automatiquement des surcoûts considérables. Comment ne pas s’indigner de ces choix d’investissement d’argent public alors que la France traverse une crise économique et énergétique majeure et que les Français sont appelés à plus de sobriété ?

• Des conditions de vie dégradées pour les habitants du territoire •
La circulation de véhicules à 110 km/h près d’habitations, ce sont autant de nuisances auditives, visuelles, olfactives supplémentaires pour les habitants du territoire ! Sans compter la pollution de l’air qui sera aggravée par les vitesses autorisées sur les 2x2 voies !

• Des infrastructures aggravant les conditions de circulation •
Paradoxalement, la création de nouvelles routes dans un réseau routier peut réduire la performance globale de ce réseau, lorsque les entités se déplaçant choisissent leur route individuellement (Paradoxe de Braess1). Cet effet concerne l’axe Saint-Lô-Coutances par exemple, dont la construction risque de renforcer l’effet goulot d'étranglement sur les 2 giratoires situés aux 2 bouts de l'axe, mais également sur la commune de La Chapelle - Belval. Sur l’axe Granville-Avranches, on risque de la même façon de voir s’accroître l’effet entonnoir aux principales sorties de cet axe en concentrant les automobilistes qui souhaitent emprunter la route la plus efficace. Un effet totalement contre-productif et de l’argent public d’autant plus gaspillé !

• Des projets en inadéquation avec la politique nationale de revitalisation des centres villes •
Le renforcement des centres villes est prôné par les programmes politiques et notamment Petites Villes de Demain. L’urbanisation le long d’un nouvel axe ne paraît ni entrer en cohérence avec cette stratégie, ni être réalisable au regard de l’enveloppe foncière restante au niveau départemental. De nombreux bourgs et petites communes situées de long des axes routiers risquent de devenir des villages dortoirs.

• Une fragilisation accrue de notre agriculture •
Comment ne pas s’inquiéter également pour l’agriculture de notre département, territoire productif où l’on espère pouvoir consommer toujours plus localement. Les projets routiers sont très gourmands en consommation foncière et risquent de nuire à la production agricole du département, déjà fragilisée par les aléas climatiques en hausse et la conjoncture économique. Sur l'axe Saint-Lô – Coutances par exemple, pas moins de 85 exploitations agricoles, parmi lesquelles des terres bio et AOP, risquent d’être affectées par la parcellisation et l’artificialisation des zones agricoles. Une incohérence totale vu le contexte actuel de tension pour la sécurité alimentaire de notre pays.

• Une aberration environnementale, des déséquilibres écologiques aggravés •
Alors que la COP 27 se tient en Egypte, comment ne pas dénoncer le non-sens écologique de ces projets ! La construction de routes supplémentaires, ce sont autant de surfaces non végétalisées qui rendent encore plus difficile la résilience de notre environnement face aux étés caniculaires. Ce sont aussi toujours plus de faune et de flore saccagées par la bétonisation, toujours plus de zones humides détruites (250 concernées sur l’axe Saint-Lô-Coutances, zones essentielles pour la reproduction des amphibiens ainsi que pour les équilibres hydrologiques). Ce sont également des cours d’eau fortement impactés par un ruissellement plus important et une diminution de la possibilité d’infiltration de l’eau de pluie par les sols. Ce sont enfin des zones boisées encore plus morcelées, tel que le bois du Mingrey, dont les chemins d'accès des grands mammifères seraient impactés et qui déserteraient ce bois qu'ils affectionnent.

Le collectif D972, l'association Agissons pour le climat Granville Terre et Mer et Extinction Rébellion Sud Manche se rassemblent aujourd'hui pour pour demander une vraie concertation citoyenne et trouver des solutions alternatives !

Actualités

2022-12-10 20:55:25 +0100

500 signatures atteintes

2022-12-02 09:37:06 +0100

100 signatures atteintes

2022-12-01 10:38:19 +0100

50 signatures atteintes

2022-11-30 22:19:19 +0100

25 signatures atteintes

2022-11-30 20:23:28 +0100

10 signatures atteintes