Skip to main content

Destinataire(s) : Candidats aux législatives

Sanctuarisons les terres agricoles : disons stop au béton !

Depuis 40 ans, la surface d’un terrain de foot est bétonnée toutes les 7 minutes. Malgré les avancées de la loi climat et résilience, l’engloutissement des terres agricoles, naturelles et forestières se poursuit. Elles sont pourtant notre meilleur allié face aux crises climatiques et internationales, le fondement de notre attachement au territoire et le garant de notre qualité de vie. Signez pour un monde vivable, signez pour demander leur sanctuarisation !

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Le chiffre est désormais connu : l'équivalent d'un département français disparaît tous les 8 ans sous les coups des pelleteuses et bétonneuses. Cette urbanisation galopante ne peut pas être imputée qu’à l’augmentation de la population : depuis les années 1980, l’urbanisation augmente trois fois plus vite que la population, faisant de la France un des pays européens qui bétonne le plus frénétiquement son territoire. L’Île-de-France fait ainsi office de mauvais élève en urbanisant 590 hectares par an. Une région dans laquelle sommeillent pourtant 4 200 hectares de friches. Le dernier rapport de Terre de liens montre que cette dynamique se poursuit dangereusement.

Malgré les engagements politiques nombreux, l’urbanisation s’étend partout et accroît la vulnérabilité des territoires : fragmentation des paysages, destruction des écosystèmes et de leurs services associés, destruction des emplois agricoles, vulnérabilité accrue aux catastrophes naturelles (inondations, canicules/sécheresses, pollutions, etc.). La dépendance alimentaire française a doublé en 20 ans pendant que les terres agricoles subissent les ⅔ de l’urbanisation : continuer à urbaniser ces terres, c’est éloigner toujours plus la perspective de notre sécurité alimentaire. Notre résistance aux effets du changement climatique et aux crises géopolitiques passe par la sanctuarisation immédiate de cette précieuse ressource.

Bétonnés par les aménageurs qui y voient uniquement une ressource foncière à valoriser, les sols sont pourtant le socle de la vie : ils abritent en leur sein un quart des espèces vivantes sur notre planète et permettent le développement de toutes les espèces faunistiques et floristiques terrestres. Ils sont également essentiels aux cycles biogéochimiques : 3ème puits de carbone au niveau mondial, ils jouent un rôle majeur dans la régulation du climat, l’amélioration de la qualité de l’eau et de l’air ainsi que la réduction des pollutions. Enfin, ils ont un rôle prépondérant pour faire face aux catastrophes naturelles : alors qu’1m3 de sol poreux peut contenir entre 100 et 300 litres d’eau, l’imperméabilisation les prive de leur capacité de rétention, démultipliant le risque et les conséquences des inondations. Le rapport du GIEC nous rappelle que la planification urbaine est un outil majeur pour la mise en place d’un développement résilient, au lieu de la bétonisation déraisonnée qui a cours sur notre territoire.

Préserver les terres naturelles et agricoles au sein de systèmes agroécologiques, c’est permettre à la biodiversité de s’épanouir, réduire les risques environnementaux et générer des bénéfices pour la santé physique et mentale. Ces espaces nourrissent notre culture et font partie de notre patrimoine commun.

Si la loi climat et résilience a entériné l’objectif du zéro artificialisation nette en 2050, cet horizon déjà trop lointain est pourtant menacé par la mobilisation des lobbys du secteur de la construction. Ceux-ci demandent une dérogation permanente à l’encadrement de l’urbanisation, à l’occasion de la publication des décrets d’application. Nous demandons aux élus de ne pas céder aux pressions !

De silencieux, nos printemps sont en passe de devenir complètement artificiels. Il y a urgence, alors que les prochaines semaines se tiennent les élections législatives, signez pour demander leur sanctuarisation !

Actualités

2022-05-23 03:12:45 +0200

5,000 signatures atteintes

2022-04-19 18:55:11 +0200

A partir du 26 avril, participez aussi au challenge #laissebéton qui soutient cette pétition :
1. Cherchez des photos de paysages agricoles ou naturels dans vos photos personnelles, ou aux archives de votre mairie...
2. Rendez-vous sur les lieux pour photographier, sous le même angle si possible, ce que le paysage est devenu aujourd'hui,
3. Postez les deux photos sur les réseaux sociaux avec le code postal et indiquez le #laissebéton !

2022-04-17 11:24:46 +0200

1,000 signatures atteintes

2022-04-17 09:43:02 +0200

500 signatures atteintes

2022-04-02 23:09:22 +0200

100 signatures atteintes

2022-03-30 22:01:02 +0200

50 signatures atteintes

2022-03-23 20:04:52 +0100

25 signatures atteintes

2022-03-18 17:00:01 +0100

10 signatures atteintes