Skip to main content

Destinataire(s) : Barbara Pompili, Jean-Baptiste Djebarri, Valérie Pécresse, Patrick Ollier

Urgence climatique : pour le remplacement des vols nationaux superflus par des trains !

Le secteur de l'aviation représente déjà plus de 7% de l’empreinte carbone nationale (1) et le trafic aérien a doublé à l’échelle de la France au cours des vingt dernières années : il est urgent d’agir pour sa réduction.

Nous demandons la suppression les vols intérieurs lorsqu'une alternative en train est possible. Les citoyens y sont majoritairement favorables (2), rappelons que prendre l’avion pour traverser le pays génère au moins 40 fois plus d'émissions de CO2 qu’utiliser le train (3). Depuis/vers Paris notamment, il existe de nombreuses connexions aériennes intérieures pour lesquelles le même trajet en train met (parfois beaucoup) moins de six heures.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

La crise du coronavirus a mis le transport aérien sur pause, et la crise climatique impose de ne pas laisser le trafic repartir comme avant sur le long terme. En effet, le trafic aérien augmente année après année, ainsi que son impact sur le climat : les émissions de l’aviation pourraient être multipliées par quatre d’ici 2050 (4). On nous promet un avion à hydrogène qui sera au mieux mis en service en 2035 : il arrivera trop tard pour le climat. Et même si un avion vert voit le jour, il sera indispensable en parallèle de réduire le trafic aérien pour avoir une chance de tenir les objectifs des accords de Paris.

Pour répondre à cet enjeu, il faut évidemment réguler le trafic aérien international puisque les vols internationaux représentent la majorité des émissions de CO2 du secteur aérien en France. Mais on doit aussi abandonner l’avion pour les trajets courts qui peuvent être faits en train, beaucoup moins émetteurs (5) - rappelons de plus que l'allongement des trajets en train par rapport à l'avion est souvent limité si l’on prend en compte les temps de trajets centre-ville – aéroports et le temps d’embarquement.

Or le gouvernement ne vise, dans son projet de loi “climat”, que la suppression des vols intérieurs quand une alternative en train est disponible en moins de 2h30 ; il entend de plus préserver de cette interdiction les vols intérieurs de « correspondance » vers des vols internationaux. C'est largement insuffisant : le Réseau Action Climat a montré (6) que cela ne concernerait que 5 lignes sur la centaine de connexions aériennes intérieures existantes (hors Corse et Outre-Mer) et que le bénéfice climat sera très limité : cela ne diminuerait que de 6,6% les émissions de CO2 issues des vols métropolitains et de 0,5% les émissions de l’ensemble des vols au départ de la France. Cet engagement du gouvernement n’est d'ailleurs pas encore traduit dans les faits au moment où nous publions cette pétition.

Notre collectif se mobilise en faveur de l’effort collectif de réduction du trafic aérien. Nous demandons :
- La suppression des connexions aériennes qui peuvent se faire en moins de six heures en train, ou en train de nuit, notamment celles vers/depuis Paris, comme par exemple les lignes suivantes qui sont particulièrement émettrices (5) et/ou visées par la Convention Citoyenne pour le Climat : Paris-Nice, Paris-Toulouse, Paris-Marseille, Paris-Bordeaux, Paris-Montpellier, Paris-Biarritz, Paris-Brest, Paris-Pau, Paris-Lyon, Paris-Toulon, Paris-Nantes, Paris-Clermont, Paris-Rennes, Paris-Lorient, Paris-Agen, Paris-Quimper, Paris-La Rochelle, Paris-Limoges (liste non exhaustive).
Cela doit évidemment concerner toutes les compagnies aériennes et s’inscrire dans un objectif de réduction globale du trafic. Et pour les vols de correspondance vers des vols internationaux, cette suppression doit être organisée en prenant en compte l'état de l'offre ferroviaire alternative existante et les besoins éventuels de renforcement de cette offre.
- Le développement conséquent de l’offre de trains, de jour et de nuit (7), qui doit devenir accessible à tous, et qui doit permettre le maintien du lien entre les différents territoires. Les investissements dans le transport ferroviaire doivent ainsi absolument être renforcés (8).
- L’accompagnement des salariés du secteur aérien, notamment en termes de formation et de reconversion vers d’autres emplois ou secteurs plus compatibles avec le défi climatique.

Soutenir cette campagne locale, c’est demander des solutions de transport d'avenir, moins carbonées et accessibles à tous, pour une société soutenable et juste. Nous ne manquerons pas de vous proposer des moyens d’actions concrets dans les semaines à venir !

Signez et partagez cette campagne pour montrer votre soutien aux alternatives à l’avion.

(1) Rapport BL évolution, juillet 2020, Climat : pouvons nous (encore) prendre l'avion
https://www.bl-evolution.com/publication/climat-pouvons-nous-encore-prendre-lavion/
(2) https://www.greenpeace.fr/espace-presse/sondage-les-francais%C2%B7es-largement-favorables-a-un-changement-de-modele-economique-a-contre-courant-des-annonces-gouvernementales/
(3) Calculateur de l’impact climat de l'ADEME : https://ecolab.ademe.fr/apps/transport
(4) Rapport Shift Project, mai 2020, Crise(s), climat : préparer l’avenir de l’aviation.
https://theshiftproject.org/article/climat-preparer-avenir-aviation-propositions-shift-contreparties/
(5) Rapport Greenpeace France, janvier 2021, Aviation : Empêcher le redécollage des vols courts
https://www.greenpeace.fr/espace-presse/rapport-aviation-empecher-le-redecollage-des-vols-courts/
(6) Rapport RAC, mai 2020, Climat : que vaut le plan du gouvernement pour l’aérien ?
https://reseauactionclimat.org/climat-que-vaut-le-plan-du-gouvernement-pour-laerien/
(7) https://blogs.mediapart.fr/ouiautraindenuit/blog/170820/10-millions-de-voyageurs-choisiront-le-train-de-nuit-plutot-que-lavion-ou-la-route
(8) Rapport RAC/FNH/FNE, octobre 2020, Transport ferroviaire : sommes-nous sur les rails ?
https://reseauactionclimat.org/la-france-sur-de-mauvais-rails-pour-respecter-ses-objectifs-climatiques

Paris, France

Maps © Stamen; Data © OSM and contributors, ODbL


Commentaires

  • Parce qu'en tant qu'ingénieur météo (retraité), je suis conscient de l'impact aéronautique, et des perspectives réelles du CC.
  • Promouvoir le train et exploiter les anciennes lignes
  • réduire notre emprunte carbone aussi les nuisances sonores

Actualités

2021-02-17 05:40:57 +0100

500 signatures atteintes

2021-02-12 12:12:26 +0100

100 signatures atteintes

2021-02-03 20:55:42 +0100

50 signatures atteintes

2021-01-24 10:08:21 +0100

25 signatures atteintes

2021-01-23 20:50:02 +0100

10 signatures atteintes