Réduisons le trafic aérien !

Développer toujours plus le secteur aérien, le meilleur moyen d'accélérer la crise climatique ! Agissez près de chez vous pour remettre le secteur aérien sur les rails !

Trouvez votre campagne locale

Votre région

Campagnes (6)

  • Marignane
    Non à l’extension de l’aéroport Marseille-Provence : ce projet est un non-sens climatique et social
    L’aéroport de Marseille Provence a toujours été surdimensionné au regard du nombre de passagers, et pourtant le projet d’extension prétend accompagner une hypothétique croissance du trafic, alors même que la crise sanitaire a touché de plein fouet le secteur aérien, et considérablement freiné cette croissance pour les années à venir. Le projet, vieux de plus de 20 ans et maladroitement maquillé en “remise aux normes” et “augmentation du confort passager”, est tout simplement inadapté au regard des enjeux climatiques et sociaux actuels. A l’occasion de l’enquête publique qui s’est déroulée du 15 septembre au 16 octobre 2020, les citoyen·nes se sont massivement (83% des contributions) opposé·es au projet d’extension de l’aéroport. Nous partageons leurs conclusions et pointons du doigt les impacts climatiques (émission de CO2...), sanitaires (bruits, pollution de l’air...), et sociaux (embouteillages, hausse des loyers...) de ce dernier. Il convient de respecter leurs avis, et de ne pas laisser les intérêts d’un petit nombre d’acteurs politiques, économiques ou culturels, qui promeuvent le statu quo, outrepasser l’intérêt général. A titre d’exemple, nous rappelons que seuls 1% de la population mondiale produit 50% des émissions mondiales du secteur aérien, selon une récente étude. Au regard de l’effondrement du trafic lié à la pandémie de Covid-19, des engagements nationaux et territoriaux (Plan climat régional, Plan climat air énergie métropolitain) pour le climat, des recommandations des syndicats, ONG, scientifiques et citoyen·nes, nous estimons qu’il est nécessaire d’investir dans la reconversion du secteur en concertation avec ses salarié·es, plutôt que dans ce projet climaticide et inégalitaire. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limite du trafic aérien et demandons le développement d’alternatives en France et dans la région PACA. Il faut en particulier investir massivement dans le développement du train, de jour et de nuit, pour réduire notre empreinte écologique, comme le font d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche ou la Norvège. Il est encore temps de stopper ce projet ! Nous appelons donc à poursuivre et accroître la mobilisation citoyenne en opposition au projet d’extension de l’aéroport de Marseille Provence. Ensemble, faisons en sorte que ce projet inadapté et climaticide ne voie pas le jour. Soutiens : Alternatiba Marseille, ANV-COP21 Marseille, Greenpeace Marseille, Extinction Rebellion Marseille, Attac Marseille, Citoyens pour le climat Marseille, Youth for climate Marseille, Collectif climat Pays d’Aix, Extinction Rebellion Aix, Attac Aix, Alternatives Territoriales Aix-Marseille Provence, Les Amis de la Terre Bouches-du-Rhône, FNE 13, FNE PACA Sources : https://rester-sur-terre.org/lmpact-climatique-du-transport-aerien-en-integralite/ https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/aerien-1-de-la-population-mondiale-cause-la-moitie-des-emissions-de-co2-1266064
    1 558 de 2 000 Signatures
    Créée par Alternatiba & Greenpeace Marseille Picture
  • Clermont-Ferrand
    Pour la suppression des liaisons aériennes Clermont-Ferrand – Paris !
    Les enjeux climatiques auxquels nous faisons face nécessitent un changement radical de société et donc une modification profonde de notre rapport aux modes de transports. Aujourd’hui, le secteur aérien est responsable de plus de 7 % de l’empreinte carbone de la France¹. Il est urgent et primordial de réduire les émissions de GES de ce secteur qui participent au dérèglement climatique ! L’activité de l’aéroport de Clermont-Ferrand/Aulnat est responsable d’environ 10 % des émissions de CO2 de la métropole² alors que le trafic est concentré à 80 % vers les aéroports de Paris (aéroports d'Orly et Roissy). Alors qu’en juillet dernier, Air France annonçait l’abandon de la ligne aérienne Clermont-Orly, nos politiques se sont mobilisés pour demander le maintien de cette ligne climaticide, maintien qui a eu lieu avec la reprise de la ligne par la compagnie aérienne Amelia (Regourd Aviation). L’aberration du maintien de cette ligne ne cesse d’être démontrée puisque dès la reprise des vols en septembre, cette compagnie a dû faire face à des avions qui décollaient presque vides ! Il est donc irrationnel de maintenir coûte que coûte de telles liaisons aériennes qui sont incompatibles avec le respect de l’Accord de Paris et les propositions faites par la Convention Citoyenne pour le Climat.  Une alternative bas carbone existe déjà grâce à la liaison ferroviaire reliant Clermont-Ferrand et Paris en moins de 3h30. En plus du milliard d’euros annoncé en 2019, un nouvel accord de 280 millions d’euros dont 130 millions alloués à la ligne Clermont-Ferrand-Paris a été signé en octobre 2020 entre la région et l’État afin de développer le réseau ferroviaire auvergnat. Il est dès maintenant essentiel d’aller plus loin et de remettre en question le maintien des vols sur une ligne aérienne polluant et gaspillant l’argent public inutilement. Nous n’accepterons pas que des choix politiques soient guidés par la volonté d’une croissance sans limite du secteur aérien qui profite à une minorité de personnes. Parce que chacun.e d’entre nous a le droit de vivre dans un monde qui soit à la fois durable, soutenable, vivable et juste, nous demandons : - L'arrêt total des vols intérieurs entre l'aéroport de Clermont-Ferrand/Aulnat et les aéroports parisiens, quelle que soit la compagnie aérienne, une alternative moins polluante en train étant possible en moins de 3h30. Pour les passagers des vols entre l'aéroport de Clermont-Ferrand/Aulnat et l'aéroport de Paris Roissy-Charles-de-Gaulle en correspondance vers des vols internationaux, cet arrêt devra être organisé en prenant en compte l'état de l'offre ferroviaire alternative existante et les besoins éventuels de renforcement de cette offre et de développement de services complémentaires comme la tarification combinée train/avion pour permettre le report modal des vols de pré-acheminement vers le train. - L’arrêt organisé des subventions publiques allouées à l’aéroport de Clermont-Ferrand/Aulnat et leur redirection vers le système ferroviaire, - Et la mise en œuvre d’un plan de reconversion de l’industrie et des emplois du secteur de l’aviation en concertation entre salarié.e.s, citoyen.ne.s et élu.e.s afin de penser la réorganisation du système de mobilité. Dès maintenant, signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon des vols sur la liaison aérienne Clermont-Paris et ainsi mettre fin à cette aberration climatique ! Pétition co-signée par Alternatiba 63, ANV COP 21 63 et Greenpeace Clermont-Ferrand. Sources : ¹"Climat : Pouvons-nous (encore) prendre l'avion ?"  - B&L Evolution - Juillet 2020 ² Calcul effectué d’après les émissions des vols Paris-Clermont et les émissions totales de la métropole - https://www.clermontmetropole.eu/fileadmin/user_upload/Actus/Actualites/2020/nov/BC-Clermont_2015_-_Rapport_Ville___Agglo_-_22-02-2018.pdf
    173 de 200 Signatures
    Créée par Greenpeace Clermont-Ferrand ,. Picture
  • Montpellier
    NON au projet d’extension de l’aéroport Montpellier Méditerranée : un si grand désastre !
    Alors que le secteur aérien représente vraisemblablement plus de 7% de notre empreinte carbone nationale et que le trafic aérien double tous les 15 ans, il est urgent de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur. Pour avoir une chance de tenir les objectifs de l'Accord de Paris, il nous faut réduire le trafic aérien de moitié d’ici 20 ans. Quant à l’avion « vert », il reste une illusion, un leurre promu par le lobby aérien, qui n’est pas du tout à la hauteur des enjeux climatiques, d’autant moins vu les délais dans lesquels il faut agir. C'est dès aujourd'hui que nous devons commencer à diminuer nos émissions ! À l’heure où la Convention citoyenne pour le climat demande l’arrêt des extensions d’aéroports et que d’autres extensions aéroportuaires ont été stoppées en Europe, il est temps que la France et que nos décideurs politiques nationaux et locaux prennent position contre ces projets climaticides, dont une quinzaine existent actuellement sur notre territoire. A l'heure où le trafic aérien sera durablement affecté par la crise sanitaire et économique, il est nécessaire d'entamer une réflexion stratégique sur l'avenir de celui-ci face au défi climatique, ainsi qu'élaborer un plan de reconversion de l'industrie et des emplois de l'aéronautique, sur la base d'un dialogue entre élu·es, citoyen·nes, acteurs économiques et salarié·es du secteur. Alors que prendre l’avion est au moins 40 fois plus polluant qu’utiliser le train, il est nécessaire de réorienter les subventions publiques dédiées à l'aviation vers des secteurs durables, notamment en améliorant et développant l'offre de train, de jour et de nuit, comme le font d'autres pays européens tels que l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche ou la Norvège. Nous refusons la fuite en avant d'une croissance sans limites du trafic aérien et demandons : - L'abandon du projet d’extension de l'aéroport de Montpellier qui a pour but de passer de 2 millions à 3,5 millions de passagers par an ! - La suppression de la navette Paris / Montpellier, "un tramway pour Paris" selon le président du directoire de l’aéroport, de par la fréquence des vols proposés chaque jour, alors qu'il existe une alternative en train en seulement 3h30. - La fin des subventions et autres avantages mis en place au niveau local et national en faveur de l'aéroport de Montpellier et des compagnies aériennes, telle que la subvention votée par la métropole de Montpellier le 12 octobre 2020 pour un projet de promotion touristique qui favorise le développement et l'extension de l'aéroport Montpellier Méditerranée [2]. Il est encore temps d’agir et de dire STOP à ce projet. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet d’extension de l’aéroport de Montpellier et la fin de la navette aérienne Paris-Montpellier. Ensemble, faisons en sorte que cette dérive climatique et sanitaire ne voie pas le jour. Atterrissons d’urgence pour une justice sociale, économique et climatique ! Soutiens : Alternatiba Montpellier, Anv COP21 Montpellier, Collectif Erma Selva, La Carmagnole, Extinction Rebellion Montpellier, Greenpeace Montpellier. [1] Actionnaires de l’aéroport : État 60% ; CCI 25% ; Région 12,5% ; Département 1% ; Agglo Pays de l’Or 1% ; Montpellier Méditerranée Métropole 0,5%. [2] Quand le lobby aérien plane sur le conseil de la métropole ( https://www.greenpeace.fr/montpellier/aerien/ ) Source : "Climat : pouvons-nous (encore) prendre l’avion ?" - Rapport B&L évolution ( https://www.bl-evolution.com/Docs/200721_Etude-BLevolution_Climat-Aviation.pdf )
    737 de 800 Signatures
    Créée par Alternatiba Montpellier et Greenpeace Montpellier
  • Tours
    Stop aux subventions et au développement de l'aéroport de Tours
    Alors que le secteur aérien représente plus de 7% de l’empreinte carbone nationale, que le trafic aérien double tous les 15 ans, que prendre l’avion pour effectuer un trajet au niveau national est au moins 40 fois plus polluant qu’utiliser le train, et que l'avion “vert” à hydrogène reste à ce jour une illusion, il est urgent de réduire le trafic aérien et d’opérer la transition du secteur pour avoir une chance de contenir le réchauffement climatique sous la barre des +1,5°C. Pourquoi est-ce important ? Notre collectif se mobilise en faveur de l’effort de réduction du trafic aérien. Aujourd'hui, 3 millions d'euros d'argent public sont dédiés à l'aéroport de Tours chaque année sur les budgets de la Région Centre-Val de Loire, du Département d'Indre-et-Loire et de la Métropole de Tours. Nous demandons : 1. La fin des subventions et autres avantages mis en place au niveau local ou national en faveur de l’aéroport Tours 2. L'abandon du projet d’extension de développement de l’aéroport de Tours (vols commerciaux et d'affaires) 3. La fin des vols Tours-Marseille et Tours-Londres pour lesquels des alternatives existent en train en moins de 5 heures et 30 minutes => source : https://www.oui.sncf/ 4. L'investissement prioritaire dans les alternatives comme le train, pour assurer le maintien des lignes ferroviaires locales et le développement de l’offre de trains de jour et de nuit et la rendre accessible à tou.te.s 5. L'accompagnement à la reconversion des salariés du secteur qui seront impactés (aéroport de Tours et autres entreprises du secteur aéronautique) Soutenir cette campagne locale, c'est demander plus de transparence sur l'utilisation des financements publics, c’est aussi demander des solutions de transport d'avenir, moins carbonées et accessibles à tou.te.s, pour une société soutenable et juste. Nous ne manquerons pas de vous proposer des moyens d’action concrets dans les semaines à venir ! ANV COP21-Orléans ANV COP21-Tours Extinction Rebellion-Orléans Extinction Rebellion-Tours Grands Parents pour le Climat Touraine Greenpeace Tours Les Désobéissants-Tours Résistance Climatique
    308 de 400 Signatures
    Créée par Gardons les pieds sur Terre
  • Lesquin
    Non à l’agrandissement de l'aéroport de Lille Lesquin : une bombe climatique
    Nous sommes scandalisés par le projet d’agrandissement de l'aéroport de Lille Lesquin, qui induirait une augmentation du nombre de vols annuels de 25 %, soit de 20 000 à 25 000 vols par an. Les bonnes intentions environnementales affichées par les promoteurs du projet ne suffiront en aucun cas à compenser les effets néfastes de cette augmentation des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre). Ce projet est un non sens climatique et économique. À l’heure où le trafic aérien sera durablement affecté par la crise sanitaire et économique, investir plus de 170 millions d’euros dans le projet, au-delà des conséquences climatiques, c’est une hérésie. A l’heure où le secteur aérien représente déjà 7% de l’empreinte carbone nationale, et alors que l'avion électrique ou à hydrogène n'ont pas démontré leur faisabilité et n’auraient qu'un impact limité, il est urgent de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur. Il est impensable que la Région soutienne ce projet irrémédiablement incompatible avec les objectifs de réduction des gaz à effets de serre institués par les accords de Paris. A l’heure, où pour faire face à l’urgence climatique les 150 citoyens de la Convention Citoyenne pour le Climat, proposent de limiter les effets néfastes du transport aérien en interdisant la construction de nouveaux aéroports et l’extension d’aéroports existants, il nous parait plus que temps d’exprimer publiquement notre opposition à ce grand projet inutile, anachronique et climaticide. D'autant plus que d’autres extensions aéroportuaires ont été stoppées en Europe (Bristol, Madrid, Barcelone, Copenhague). Il est temps que la France et nos décideurs politiques prennent position contre ces projets, dont une quinzaine existent actuellement sur notre territoire. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limites du trafic aérien et demandons : - L’abandon pur et simple du projet d’agrandissement de l'aéroport Lille Lesquin - et le développement d’alternatives plus cohérentes avec le défi climatique et notamment la mise en oeuvre des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat visant "un retour fort à l’usage du train au-delà des voies à grande vitesse" : - Réduire la TVA sur les billets de train de 10% à 5,5% - Généraliser les mesures tarifaires attractives déjà pratiquées par certaines régions - Développer un plan d’investissement massif pour moderniser les infrastructures, les matériels roulants et les gares pour en faire des pôles multimodaux (lien avec les voitures, cars, vélos…) - Rouvrir les petites lignes de train, let renforcer l'offre de service de transport express régional (TER). A l’heure de l’urgence climatique et alors qu’il reste beaucoup à faire pour développer des alternatives moins émettrices, nous ne laisserons pas des intérêts privés nous voler notre avenir et notre santé. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet et mettre fin à cette dérive climatique ! Et pour suivre et poursuivre la mobilisation contre ce projet nous vous donnons rendez-vous sur la page suivante : https://www.facebook.com/Non-%C3%A0-lagrandissement-de-la%C3%A9roport-de-Lille-Lesquin-101337748419426 Les Amis de la Terre Nord, ANV-COP 21 Lille, Alternatiba Lille, Extinction Rebellion Calais, Extinction Rebellion Lille, Extinction Rebellion Valenciennes-Avesnois-Cambrésis, Virage Énergie, ATTAC-métropole, Greenpeace Lille
    1 508 de 2 000 Signatures
    Créée par Collectif Non à l'agrandissement de l'aéroport de Lille Lesquin
  • Roissy-en-France
    Non à l’extension de l’aéroport de Roissy : une bombe climatique et sanitaire
    Nous, associations de défense de l’environnement et des habitant·es, sommes scandalisés par le projet de Terminal 4, méga extension de l’aéroport de Roissy portée par le groupe ADP (Aéroport de Paris), qui pourrait accueillir plus de passagers que l’aéroport d’Orly. Le Terminal 4 permettrait de faire croître de 50% le trafic passager de Roissy (40 millions suppl./an) et de 40% le nombre de vols (500 avions suppl./jours). Ce projet d’ampleur nationale est un non sens climatique, sanitaire et économique. À l’heure où le trafic aérien sera durablement affecté par la crise sanitaire et économique, investir 8 milliards d’euros dans une extension d’aéroport est une hérésie. A l’heure où le secteur aérien représente déjà 7% de l’empreinte carbone nationale, et alors que l'avion électrique ou à hydrogène n'ont pas démontré leur faisabilité et n’auraient qu'un impact limité, il est urgent de réduire nos émissions de gaz à effet de serre pour avoir une chance de tenir les objectifs de l'Accord de Paris. Il serait donc impensable que l’Etat soutienne ce projet qui émettrait, à pleine capacité, 15 millions de tonnes de CO2eq supplémentaires par an, soit l’équivalent des émissions de 24 millions de Français pour le chauffage de leur logement. À l’heure où la Convention citoyenne pour le climat demande l’arrêt des extensions d’aéroports et que d’autres extensions aéroportuaires ont été stoppées en Europe (Bristol, Madrid, Barcelone, Copenhague), il est temps que la France prenne position contre ces projets, dont une quinzaine existent actuellement sur notre territoire. À l’heure où la santé des populations survolées est déjà dramatiquement impactée par le trafic intense de Roissy - qui accueille le plus grand nombre de vols, notamment de vols de nuit, en Europe - il n’est pas admissible d’augmenter encore le trafic aérien. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limites du trafic aérien et demandons le développement d’alternatives là où c’est possible. Il faut en particulier investir massivement dans le développement du train, de jour et de nuit, pour réduire notre empreinte écologique, comme le font d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche ou la Norvège. Il est encore temps d’agir et de dire STOP à l’extension de l’aéroport de Roissy. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet d’extension de Roissy. Ensemble, faisons en sorte que cette bombe climatique et sanitaire ne voie pas le jour. Soutiens : Greenpeace, France Nature Environnement IDF, Alternatiba, Notre Affaire à tous, les Amis de la Terre Val d'Oise, Youth for climate Val d’Oise, MNLE Réseau “Homme et Nature”, Notre Choix, Val d'Oise environnement, CPTG, ADRA, DIRAP, CIRENA, UFCNA, Alofa Tuvalu, Résistance climatique, Rester sur Terre (Stay Grounded). Source : "Climat : pouvons-nous (encore) prendre l’avion ?" - Rapport B&L évolution - Juillet 2020 (http://www.bl-evolution.com/Docs/200721_Etude-BLevolution_Climat-Aviation.pdf)
    29 990 de 30 000 Signatures
    Créée par Collectif Non au T4 et ADVOCNAR