Réduisons le trafic aérien !

Find your local campaign
Your Location

Campaigns (29)

  • Mesdames et messieurs les députés, interdisez les vols en jet privé !
    Mesdames et Messieurs les députés, ´ Le 6 avril prochain, vous aurez à vous prononcer sur l’interdiction des vols en jet privé : il est grand temps de les empêcher de nuire. Les conclusions des scientifiques du climat sont sans appel : nous allons vers une catastrophe civilisationnelle si nous ne réduisons pas, dès maintenant et très rapidement, nos émissions de gaz à effet de serre. Pour de nombreux usages, ce n’est pas chose aisée : ces émissions sont intrinsèquement liées à notre vie de tous les jours : nous nourrir, nous chauffer, aller au travail. Ce n’est pas le cas des vols en jet privé. Hormis pour les usages répondant à une réelle utilité sociale comme les urgences médicales, nous pouvons largement nous passer de ce moyen de transport qui pollue sans commune mesure ! Aujourd’hui, 1 avion sur 10 décollant sur le sol français est un jet privé (2), alors que leurs passagers émettent de 5 à 14 fois plus de gaz à effet de serre qu’en avion de ligne et que cette industrie est en plein essor (3). Pire, ils ne sont pas concernés par l’interdiction par la loi Climat et Résilience des vols courts réalisables en train en moins de 2h30, alors que des TGV existent sur 70 à 80% des itinéraires les plus empruntés en jet privé (4). Est-ce cela, “l’esprit de justice sociale” promis par cette loi ? Dans cette course contre la montre pour notre survie, chaque dixième de degré gagné, chaque tonne de CO2 non émise compte : commençons par les mesures dont l’acceptabilité sociale est forte ! Choqués par les allers-retours d’hommes et de femmes politiques (5) et autres personnalités (6), les Françaises et les Français en ont assez de voir le budget carbone national grevé par le comportement inconséquent d’une poignée de privilégiés, dont 1 vol équivaut à plusieurs mois d’émissions d’un Français moyen ! (7) Cette mesure est un premier pas indispensable pour que l’ensemble des Françaises et des Français se sente concerné par les réductions d’émissions indispensables pour respecter l’Accord de Paris. De nombreuses études (8) le montrent : sans sentiment de justice, sans réduction des inégalités, il n’est pas possible d’exiger de l’ensemble de la population qu’elle fasse des efforts ! En outre, il faut réduire fortement les émissions sonores et atmosphériques de l'aviation commerciale qui sont le fait d'une toute petite minorité de privilégiés (seulement 1% de la population mondiale est responsable de 50% des émissions de ce secteur). En l'absence de solutions technologiques suffisantes à court ou moyen terme, cela ne peut être fait qu'en réduisant l'offre et la demande, par exemple en stoppant toute extension d’aéroport et en instituant une taxe progressive sur les grands voyageurs (9). Mesdames et Messieurs les députés, en tant que représentants de la Nation, le 6 avril prochain, prenez une décision historique et de bon sens : interdisez les vols en jets privés ! Sources : (1) https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/textes/l16b0885_proposition-loi.pdf (2) https://www.transportenvironment.org/discover/private-jets-can-the-super-rich-supercharge-zero-emission-aviation/ (3) https://www.mediapart.fr/journal/france/280822/le-leader-francais-du-jet-prive-brule-la-planete-en-toute-impunite (4) https://france.attac.org/se-mobiliser/criminels-climatiques/article/pourquoi-bloquer-les-jets-prives (5) https://agir.greenvoice.fr/petitions/castex-procuration (6) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/09/06/jets-prives-visualisez-les-trajets-les-plus-frequents-ou-les-plus-courts-en-france_6140407_4355770.html (7) https://www.transportenvironment.org/discover/private-jets-can-the-super-rich-supercharge-zero-emission-aviation/ (8) https://theconversation.com/pourquoi-crier-au-scandale-a-chaque-fois-quune-personnalite-utilise-un-jet-prive-181456 (9) https://rester-sur-terre.org/making-excessive-flyers-pay/ *** Premiers signataires : Charlène Fleury (Rester sur Terre), Lou Chesné (porte-parole d’Attac), Romain Morizot (Ingénieur Aéronautique), Capucine Saulpic (Non à l’agrandissement de l’aéroport de Lille), Stuart Page (Atterrissons d'urgence, Montpellier), Thierry Bitouzé et Airy Chrétien (Collectif citoyen 06, Nice), Yves Tuffet (Rester sur Terre), Erwan Sammier, Bernard Schéou (enseignant-chercheur), Jean Sireyjol (Association TaCa agir pour le Climat), Jean-Baptiste Dusson & François-Joseph Grimault (Résistance climatique), Florence Joly (Stop Extension Aéroport Marseille Provence, Marseille), Cannelle Dos Reis (Alternatiba Lille, Amis de la Terre Lille), Jean-François Julliard (Greenpeace France), Vincent Querre & Sabrina Marsant (Les Braises, lutte contre l'aéroport de Libourne/Saint Émilion), Gilliane Le Gallic (Alofa Tuvalu), Véronique Sinou (Les Amis de la Terre Bouches-du-Rhône), Kaïna Privet (Scientifiques en rébellion), Dominique Bonnet (Attac Aix-en-Provence), Zoé Pélegry (Action non-violente COP21), Rémi Donaint (Alternatiba), Alexandre Gondran (Ingénieur des Études et de l'Exploitation de l'Aviation Civile, ENAC Toulouse), Chantal Beer-Demander (UFCNA), Pascal Gassiot (Collectif PAD - Pensons l’Aéronautique pour Demain - Toulouse), Lucie Chhieng (parole-parole d'Alternatiba Paris), Jérôme Favrel (CCNAAT), Dominique Lazarski (présidente de l’UECNA - Union européenne contre les nuisances aériennes et de l’ADERA pour la protection des riverains de l’aéroport de Beauvais-Tillé), Françoise Brochot (Présidente de l’ADVOCNAR - Défense des riverains de Roissy CDG et le Bourget), Audrey Boehly (porte-parole du collectif Non au T4), Pascale R. (Collectif Non à l'aéroport d'Andorre), Tatiana Guille et Charles de Lacombe (porte-paroles Alternatiba / ANV Rhône)
    60,802 of 75,000 Signatures
    Created by Charlène F. Picture
  • Paris
    Non à l’extension de l’aéroport de Roissy : une bombe climatique et sanitaire
    Nous, associations de défense de l’environnement et des populations survolées, nous opposons à toute extension de l’aéroport de Roissy, et plus largement, à toute infrastructure permettant d'accroître le trafic fret ou passager. Malgré l’annonce du gouvernement d’abandonner le projet en février 2021, le président du groupe Aéroports de Paris déclare travailler, à la demande de ce dernier, sur un nouveau projet de terminal qui permettrait d'accroître le trafic de l’aéroport. Dans sa version initiale, le T4 devait accueillir autant de passagers que l’aéroport d’Orly, permettant d’augmenter de 50% le trafic passager de Roissy (40 millions supplémentaires/an) et de 40% le nombre de vols (500 avions en plus chaque jour). Des perspectives de croissance que ne remet pas en cause le président d’ADP. Nous devons donc rester mobilisés. Tout projet d’extension de Roissy serait un non sens climatique et sanitaire. A l’heure où le secteur aérien représente déjà 7% de l’empreinte carbone nationale1, et alors que les solutions technologiques envisagées (avion électrique, à hydrogène et carburants alternatifs) n'ont pas démontré leur faisabilité et n’auraient qu'un impact limité, il est urgent de réduire nos émissions de gaz à effet de serre - et donc le trafic aérien - pour avoir une chance de tenir les objectifs de l'Accord de Paris. Il serait donc impensable que l’Etat soutienne un tel projet qui, dans sa version initiale, aurait été responsable de l'émission de 15 millions de tonnes de CO2eq supplémentaires par an, soit l’équivalent des émissions de 24 millions de Français pour le chauffage de leur logement. À l’heure où la Convention citoyenne pour le climat a demandé l’arrêt des extensions d’aéroports et que d’autres extensions aéroportuaires ont été stoppées en Europe (Bristol, Madrid, Barcelone, Copenhague), il est temps que la France prenne position contre ces projets, dont une dizaine existent actuellement sur notre territoire. A l’heure où des acteurs du secteur aérien appellent eux aussi à ne pas repartir “comme avant” et à repenser la trajectoire du secteur pour préserver à la fois le climat et les emplois2. À l’heure où la santé des populations survolées est déjà dramatiquement impactée par les pollutions sonores et atmosphériques générées par le trafic intense de Roissy - qui accueille le plus grand nombre de vols, notamment de vols de nuit, en Europe - il n’est pas admissible de l’augmenter encore. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limites du trafic aérien et demandons le développement d’alternatives là où cela est possible. Il faut en particulier investir massivement dans le développement du train, de jour et de nuit, pour réduire notre empreinte écologique, comme le font d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche ou la Norvège. C’est le moment d’agir pour dire NON à toute extension de l’aéroport de Roissy. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon de tout projet d’extension de Roissy. Ensemble, faisons en sorte que cette bombe climatique et sanitaire ne voie pas le jour. Soutiens : Greenpeace, France Nature Environnement IDF, Alternatiba, Notre Affaire à tous, les Amis de la Terre Val d'Oise, Youth for climate Val d’Oise, MNLE Réseau “Homme et Nature”, Notre Choix, Val d'Oise environnement, CPTG, ADRA, DIRAP, CIRENA, UFCNA, Alofa Tuvalu, Résistance Climatique, Rester sur Terre (Stay Grounded). 1 "Climat : pouvons-nous (encore) prendre l’avion ?" - Rapport B&L évolution - Juillet 2020 http://www.bl-evolution.com/Docs/200721_Etude-BLevolution_Climat-Aviation.pdf 2 Tribune du collectif de salariés de l’aéronautique ICARE https://www.change.org/p/aux-acteurs-de-l-a%C3%A9ronautique-transformons-le-monde-a%C3%A9ronautique-ensemble?use_react=false
    51,719 of 75,000 Signatures
    Created by Collectif Non au T4 et ADVOCNAR
  • Roissy-en-France
    Comme à Amsterdam, le trafic aérien à Roissy doit être plafonné pour la santé et le climat !
    ✈️ Le gouvernement des Pays-Bas a pris une décision historique : plafonner le trafic de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol à 440 000 mouvements/an, en dessous du niveau de 2019, pour protéger les riverains et le climat. Nous demandons une mesure identique à l’aéroport de Roissy, qui connaît un trafic similaire à celui d’Amsterdam-Schiphol (environ 500 000 mouvements/an en 2019). En effet, la situation sanitaire est critique autour de Roissy, le plus grand aéroport d’Europe en nombre de vols, de jour comme de nuit. Dans une tribune, plus de 100 professionnels de santé dénoncent le grave impact sanitaire du bruit aérien, avec jusqu’à trois années de vie en bonne santé perdues sous les couloirs aériens de cet aéroport et 1,4 millions de Franciliens exposés à un niveau de bruit aérien qui dépasse le seuil recommandé par l’OMS. 🌎 De plus, la baisse du trafic aérien est nécessaire pour tenir nos engagements climatiques car les progrès technologiques et les carburants alternatifs ne suffiront pas, comme le soulignent l’ADEME, le Haut conseil pour le climat et l'étude Aviation-climat de l’ISAE SUPAERO. L’aéroport de Roissy pèse lourdement dans le bilan carbone de notre pays : près de 4 % de nos émissions de CO2 ! Et beaucoup plus si on intègre - comme nous devrions le faire - l’effet sur le climat des traînées de condensation et des oxydes d’azote émis en altitude. Le trafic aérien ne peut plus continuer à croître - à Roissy comme sur les autres plateformes françaises et européennes - et doit même décroître, sans report sur d’autres aéroports, pour protéger la santé et le climat. 🙌 Signez et partagez cette pétition ! Grâce à vous, nous avons remporté une grande victoire avec l'abandon du projet d'extension de Roissy, le Terminal 4. Mobilisons-nous à nouveau ! Ensemble, nous pouvons obtenir une décision politique comme à Amsterdam. ** Premiers signataires ** ADVOCNAR, collectif Non au T4, Greenpeace, Alternatiba Paris, FNE IDF, Réseau environnement santé, Notre affaire à tous, Rester sur Terre, UFCNA, UECNA, CGT de l'aéronautique, les Amis de la Terre Val d'Oise, Greenpeace Paris, Val d'Oise environnement, SOS vallée de Montmorency, CIRENA, FNE Seine et Marne, AREC, DIRAP, Environnement 93, MNLE-93NEP, Aulnay environnement, ONASA, CSNA, Amis de la Terre Val de Bièvre, Pensons l'aéronautique pour demain, coordination des luttes locales d'Ile de France. Références : - Tribune "Plus de 100 professionnels de santé alertent sur le bruit aérien" (le Monde) : https://bit.ly/3JYinCE - Scénarios de transition écologique du secteur aérien (Ademe) : https://bit.ly/3LHdOhd - Référentiel Aviation-Climat (ISAE SUPAERO) : https://bit.ly/3Z5hn3Z - Rapport annuel du Haut conseil pour le climat (2022).
    23,703 of 25,000 Signatures
    Created by ADVOCNAR et Collectif Non au T4
  • Stop à la répression des activistes climat !
    Malgré les signaux catastrophiques de l'accélération du dérèglement climatique, le gouvernement français continue d'avancer à contre-courant de cette urgence, notamment en poursuivant les projets d'extensions d'aéroports. Dans le même temps, depuis le début du quinquennat Macron, l'augmentation de la répression de tout mouvement social, dont le mouvement climat, est frappante. Cette intrusion sur le tarmac de l’aéroport de Roissy le 3 octobre 2020, nous l’avons menée en connaissance de cause. Parce que nous avions épuisé tous les autres recours, c’est avec nos corps que nous avons voulu faire barrage. Nous avons pleinement conscience des risques auxquels nous expose la désobéissance civile et c'est bien la démesure des sanctions exigées à notre encontre que nous dénonçons. D'ailleurs, le bien-fondé de notre revendication a été reconnu par l'Etat, qui a officiellement annoncé l'abandon du projet de terminal à Roissy quelques mois plus tard ! Suite à cette action, en parallèle des 7 activistes aujourd'hui en procès, 84 militant·es, ont reçu une sanction administrative. Le préfet délégué à la sécurité des aéroports a décidé de sanctionner les activistes présent·es sur le tarmac par une amende de 750€. Le choix de réprimer les activistes est un donc choix délibéré de ce représentant de l’État qui n’a pas tenu compte du caractère revendicatif et légitime de cette action. Pire ! L'Etat a choisi de prononcer l’amende la plus élevée possible, insensible à nos revendications. En asphyxiant financièrement les mouvements de contestation, l'Etat exerce en réalité des tentatives d'intimidation des activistes dans leurs indispensables efforts de dénonciation de l’inaction politique face à l’urgence climatique. Et le gouvernement ne compte pas s'arrêter en si bon chemin dans sa répression démesurée ! Un projet de loi, porté par les ministres de la Transition écologique, de l'Economie et des Transports, a été adopté le 13 septembre. Cette loi, qui prévoit des sanctions accrues en cas d'intrusion sur des pistes aéroportuaires, cible très clairement les activistes climat, cherche à garantir que d'autres actions de ce type n’auront pas lieu. Il ouvre la voie à une répression systématique des actions de désobéissance civile, alors même qu'elles permettent de faire évoluer le droit dans le sens du bien commun. Pourtant, tant que le gouvernement faillira à prendre des mesures radicales et efficaces pour garantir la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il sera de notre devoir de nous opposer à tout projet climaticide. Nous ne céderons pas à ses nombreuses tentatives de nous faire taire. Nous demandons, Messieurs le Président de la République, le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Justice, l'arrêt des procédures administratives arbitraires et la fin de la répression des activistes non-violent·es, dont l'action est non seulement légitime, mais surtout nécessaire. N'hésitez pas à partager cette pétition à vos proches et à votre entourage ! Sources : https://reporterre.net/Plutot-que-reduire-le-trafic-aerien-le-gouvernement-veut-reprimer-les-activistes https://www.mediapart.fr/journal/france/140921/une-loi-criminalisant-l-activisme-climatique-passe-en-catimini Soutiens à cette pétition : Alternatiba/ANV-Cop 21 Greenpeace France Les Amis de la Terre Extinction Rebellion Collectif Non au T4 Notre Choix Crédit photo : Julien Hélaine
    19,289 of 20,000 Signatures
    Created by Alternatiba Paris
  • Lesquin
    Non à l’agrandissement de l'aéroport de Lille Lesquin et ses nuisances !
    Nous sommes scandalisé·es par ce projet qui induirait une augmentation du nombre de vols annuels de 25 %, soit de 20 000 à 25 000 vols. Les bonnes intentions environnementales affichées par les promoteurs du projet ne suffiront en aucun cas à compenser les effets néfastes de cette augmentation des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre). Ce dernier est un non sens climatique et économique et s’inscrit à contre courant des enjeux environnementaux actuels. À l’heure où le trafic aérien est et sera durablement affecté par la crise sanitaire et économique, investir plus de 113 millions d’euros dans le projet, au-delà des conséquences climatiques, est une hérésie. A l’heure où le secteur aérien représente déjà 7,3% de l’empreinte carbone nationale, et alors que la faisabilité d’avions électriques ou à hydrogène n’a pas été démontrée et n’aurait qu'un impact limité sur la réduction des gaz à effet de serre, il est urgent d'organiser la réduction du trafic aérien. Il est impensable que la Région Hauts-de-France soutienne ce projet incontestablement incompatible avec les objectifs de réduction des gaz à effets de serre institués par l'Accord de Paris. A l’heure où, pour faire face à l’urgence climatique, les 150 citoyens de la Convention Citoyenne pour le Climat ont proposé de limiter les effets néfastes du transport aérien en interdisant la construction de nouveaux aéroports et l’extension d’aéroports existants, il nous parait plus qu’urgent d’exprimer publiquement notre opposition à ce grand projet inutile, anachronique et climaticide. Par ailleurs, au delà des enjeux globaux et nationaux, les conséquences au niveau local de l’agrandissement de l’aéroport doivent être prises en considération par les pouvoirs publics et les entreprises concernées par ce projet. Les riverain·es sont directement touchées par les pollutions de l’air et par les nuisances sonores induites par les avions. De nombreuses études ont ainsi démontré le lien entre la présence d’un aéroport et la dégradation de la santé des populations riveraines, lien qui ne peut que se renforcer avec l’augmentation du nombre de vols. La santé et la qualité de l’air est un droit commun et ce projet y porte inévitablement atteinte. L’aéroport avec ses 470 Ha est situé sur des champs captants qualifiés de « très vulnérables ». L’augmentation des pollutions aux hydrocarbures et métaux lourds pose une question de santé publique. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limites du trafic aérien et demandons : · L’abandon pur et simple du projet d’agrandissement de l'aéroport Lille-Lesquin · l’arrêt des lignes aériennes Lille-Strasbourg, et Lille-Lyon, Lille-Nantes accessibles à moins de 4 heures de train. · Un engagement ferme et contractuel pour l’arrêt du transport de marchandise (fret) · La mise en place d’un couvre-feu de 7 heures en cohérence avec les recommandations de l’ANSES et de l’avis de l’Autorité Environnementale ayant pour objectif de garantir a minima des plages nocturnes de 7 heures de repos continu aux riverain·es · Réalisation du Plan de Gêne Sonore notamment d’insonorisation des maisons pour la population couverte par un bruit supérieur à 45dB(A). · Le développement d’alternatives plus cohérentes avec le défi climatique et notamment la mise en œuvre des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat visant "un retour fort à l’usage du train au-delà des voies à grande vitesse" : · La généralisation des mesures tarifaires attractives sur le train déjà pratiquées par certaines régions · Le développement d’un plan d’investissement massif de modernisation des infrastructures, des matériels roulants et des gares pour en faire des pôles multimodaux (lien avec les voitures, cars, vélos…) · La réouverture des petites lignes de train, et le renforcement de l'offre de service de transport express régional (TER). A l’heure de l’urgence climatique et alors qu’il reste beaucoup à faire pour développer des alternatives moins émettrices, nous ne laisserons pas des intérêts privés nous voler notre avenir, notre santé et celles des générations futures. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet et réduire les nuisances de l’aéroport! Les Amis de la Terre Nord, ANV-COP 21 Lille, Alternatiba Lille, Extinction Rebellion Calais, Extinction Rebellion Lille, Extinction Rebellion Valenciennes-Avesnois-Cambrésis, Virage Énergie, ATTAC-métropole, Greenpeace Lille, Entrelianes, PARC Saint-Sauveur
    16,024 of 20,000 Signatures
    Created by NADA Lille Picture
  • Marseille
    Non à l’extension de l’aéroport Marseille-Provence : ce projet est un non-sens climatique et social
    L’aéroport de Marseille Provence a toujours été surdimensionné au regard du nombre de passagers, et pourtant le projet d’extension prétend accompagner une hypothétique croissance du trafic, alors même que la crise sanitaire a touché de plein fouet le secteur aérien, et considérablement freiné cette croissance pour les années à venir. Le projet, vieux de plus de 20 ans et maladroitement maquillé en “remise aux normes” et “augmentation du confort passager”, est tout simplement inadapté au regard des enjeux climatiques et sociaux actuels. A l’occasion de l’enquête publique qui s’est déroulée du 15 septembre au 16 octobre 2020, les citoyen·nes se sont massivement (83% des contributions) opposé·es au projet d’extension de l’aéroport. Nous partageons leurs conclusions et pointons du doigt les impacts climatiques (émission de CO2...), sanitaires (bruits, pollution de l’air...), et sociaux (embouteillages, hausse des loyers...) de ce dernier. Il convient de respecter leurs avis, et de ne pas laisser les intérêts d’un petit nombre d’acteurs politiques, économiques ou culturels, qui promeuvent le statu quo, outrepasser l’intérêt général. A titre d’exemple, nous rappelons que seuls 1% de la population mondiale produit 50% des émissions mondiales du secteur aérien, selon une récente étude. Au regard de l’effondrement du trafic lié à la pandémie de Covid-19, des engagements nationaux et territoriaux (Plan climat régional, Plan climat air énergie métropolitain) pour le climat, des recommandations des syndicats, ONG, scientifiques et citoyen·nes, nous estimons qu’il est nécessaire d’investir dans la reconversion du secteur en concertation avec ses salarié·es, plutôt que dans ce projet climaticide et inégalitaire. Nous refusons la fuite en avant d’une croissance sans limite du trafic aérien et demandons le développement d’alternatives en France et dans la région PACA. Il faut en particulier investir massivement dans le développement du train, de jour et de nuit, pour réduire notre empreinte écologique, comme le font d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche ou la Norvège. Il est encore temps de stopper ce projet ! Nous appelons donc à poursuivre et accroître la mobilisation citoyenne en opposition au projet d’extension de l’aéroport de Marseille Provence. Ensemble, faisons en sorte que ce projet inadapté et climaticide ne voie pas le jour. Soutiens : Alternatiba Marseille, ANV-COP21 Marseille, Greenpeace Marseille, Extinction Rebellion Marseille, Attac Marseille, Citoyens pour le climat Marseille, Youth for climate Marseille, Collectif climat Pays d’Aix, Extinction Rebellion Aix, Attac Aix, Alternatives Territoriales Aix-Marseille Provence, Les Amis de la Terre Bouches-du-Rhône, FNE 13, FNE PACA Sources : https://rester-sur-terre.org/lmpact-climatique-du-transport-aerien-en-integralite/ https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/aerien-1-de-la-population-mondiale-cause-la-moitie-des-emissions-de-co2-1266064
    8,819 of 9,000 Signatures
    Created by Alternatiba & Greenpeace Marseille Picture
  • L'Hospitalet-prés-l'Andorre
    Non à la construction d'un aéroport international au coeur des Pyrénées - Victoire !
    La Chambre de commerce d’Andorre prévoit de construire un aéroport international en plein coeur des alpages pyrénéens, à 2000 m d'altitude. Cet aéroport est conçu pour accueillir des avions de type A320 ou Boeing 737 et jusqu'à 500 000 passagers par an. Il est destiné à développer un tourisme de LUXE ciblant une clientèle fortunée originaire d’Europe, de Russie, du Moyen-Orient et d’Asie et à attirer des investissements étrangers. Nous, habitants andorrans, catalans, français et espagnols de la région pyrénéenne, et nous tous habitants de la Terre, soutenus par des associations de défense de l'environnement, nous opposons fermement à ce projet qui va à l'encontre des objectifs de lutte contre le RECHAUFFEMENT climatique, de protection de la biodiversité et de l'environnement. Nous refusons que des intérêts purement économiques alimentent la fuite en avant d’une croissance sans limites du trafic aérien. A l’heure où le secteur aérien représente déjà 6,4% des émissions de CO2 de la France, et alors que les solutions de décarbonation de l'aviation n'ont pas fait leurs preuves et n’auraient qu'un impact trop tardif et trop limité face à l’URGENCE climatique, construire de nouveaux aéroports va à l'encontre des objectifs de l'Accord de Paris. À l’heure où la BIODIVERSITE s’effondre, il est inacceptable de mettre en danger de nombreuses espèces végétales et animales par un projet entraînant d’énormes nuisances sonores, le bétonnage de la montagne et la pollution de zones humides. A l'heure où les touristes et les vacanciers viennent chercher à la montagne le calme et l'air pur qu'ils ne trouvent plus dans les villes, est-il bien opportun de créer des NUISANCES sonores et de nouvelles pollutions dans un endroit encore préservé, qui affecteront également toute l’année les habitants de la Principauté et des régions environnantes ? A l’heure où le réchauffement climatique rend de plus en plus incertain l'ENNEIGEMENT des Pyrénées, est-il bien raisonnable de construire un aéroport destiné pour une bonne part à amener des skieurs « au pied des pistes » ? A l'heure où l'on s'interroge sur la viabilité économique des trop nombreux petits aéroports, est-il bien fondé d'en construire un nouveau ?  A l'heure où le gouvernement français souhaite revitaliser l'offre de TRAINS de nuit, est-il logique de concurrencer la ligne historique Paris - Latour-de-Carol qui dessert la Principauté ? Il est encore temps d’agir et de dire NON à la construction d’un aéroport international en Andorre. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet. Ensemble, faisons en sorte que ce non-sens climatique, environnemental, social et économique ne voie pas le jour. SOUTIENS : Greenpeace France, Alternatiba, ANV-COP21, Mountain Wilderness France, Mountain Wilderness Catalunya, Rester sur Terre (Stay Grounded), AndRail - Plataforma pel ferrocarril a Andorra, Confederación de Ecologistas en Acción, Un Climat de Changement, Ceretània, Bien vivre en Pyrénées catalanes... __ En català __ No a la construcció d’un aeroport internacional al cor dels Pirineus. Renúncia a la construcció d’un aeroport internacional a Andorra, al cor de les muntanyes pirinenques: un despropòsit climàtic, ambiental, social i econòmic. Per què hem d’actuar ara? La Cambra de Comerç d’Andorra té previst construir un aeroport internacional al cor de les pastures pirinenques, a 2000 m d’altitud. Aquest aeroport està dissenyat per allotjar avions tipus A320 o Boeing 737 i fins a 500.000 passatgers a l'any. Es pretén desenvolupar un turisme de LUXE dirigit a una clientela rica d’Europa, Rússia, Orient Mitjà i Àsia i atraure inversions estrangeres. Nosaltres, habitants andorrans, catalans, francesos i espanyols de la regió dels Pirineus, i tots els habitants de la Terra, recolzats per associacions per a la defensa del medi ambient, ens oposem fermament a aquest projecte que va en contra dels objectius de la lluita: ESCALFAMENT climàtic, protecció de la biodiversitat i del medi ambient. Ens neguem a permetre que els interessos purament econòmics alimentin la precipitació d'un creixement il·limitat del trànsit aeri. En un moment en què el sector de l’aviació ja representa el 6,4% de les emissions de CO2 de França i, tot i que les solucions de descarbonització de l’aviació no han estat demostrades, i que tindrien un impacte massa tardà i massa limitat davant de l’EMERGÈNCIA climàtica, la construcció de nous aeroports va en contra dels objectius de l'Acord de París. En un moment en què la BIODIVERSITAT s’enfonsa, és inacceptable posar en perill moltes espècies de plantes i animals per un projecte que provoca una enorme contaminació acústica, el formigonat de les muntanyes i la contaminació dels aiguamolls. En un moment en què els turistes i els estiuejants venen a la muntanya a buscar aire tranquil i pur que ja no troben a les ciutats, és realment adequat crear MOLÈSTIES acústiques i nova contaminació en un lloc encara preservat, que també afectarà els habitants del Principat i de les regions circumdants durant tot l'any? En un moment en què l'escalfament global fa que el nivell d’INNIVACIÓ al Pirineu sigui cada vegada més incert, és realment raonable construir un aeroport destinat principalment a portar els esquiadors "a peu de pistes"? En un moment en què ens preguntem sobre la viabilitat econòmica dels aeroports petits, que ja són massa nombrosos, està justificat construir-ne un de nou? En un moment en què el govern francès vol revitalitzar l'oferta nocturna de TRENS, és lògic competir amb la línia històrica París - Latour-de-Carol que dona servei al Principat? Encara som a temps d’actuar i dir NO a la construcció d’un aeroport internacional a Andorra. Firmeu i compartiu aquesta campanya per exigir l’abandonament del projecte. Junts, assegurem-nos que aquest despropòsit climàtic, ambiental, social i econòmic no vegi la llum del dia.
    7,968 of 8,000 Signatures
    Created by Collectif Non à l'aéroport d'Andorre
  • Les Artigues-de-Lussac
    Non au développement d’un aéroport dédié aux plus riches au cœur du vignoble de Saint-Emilion
    Pétition initiale : Il est urgent d’arrêter le projet de développement de l’aérodrome des Artigues de Lussac pour accueillir des jets privés : un non-sens social, économique et climatique ! La CALI (communauté d’agglomération du Libournais) et la communauté de communes du Grand Saint-Emilionnais ont pour projet d’acheter l’aérodrome des Artigues-de-Lussac, afin d’y développer un aéroport international réservé à “l’aviation d’affaires”, c’est-à-dire aux jets privés (1), ce pour desservir notamment les vignobles de Saint-Emilion. Plus de 6 millions d’euros d’argent public (2) doivent ainsi être investis pour faciliter les excès des plus riches au détriment de la santé des habitants du Libournais. Dites non à ce projet aberrant ! À l’heure où les politiques demandent aux citoyen·ne·s de faire des efforts pour réduire leur empreinte carbone, n’est-il pas intolérable de les voir soutenir l’essor des jets privés, qui émettent 10 fois plus de CO2 qu’un vol commercial (3) et 500 fois plus que le train (4) ? En 1h de vol ces avions émettent 2 tonnes de CO2, c'est-à-dire les émissions annuelles autorisées par personne dans un scénario permettant de respecter l’Accord de Paris ! Au lieu d’encourager un tourisme international réservé aux plus riches de la planète, ne devrions-nous pas plutôt soutenir le tourisme local ? À l’heure où les habitant·e·s apprécient le calme de ce secteur rural, il est inadmissible d’augmenter le trafic aérien de l’aéroport qui, de part ses nuisances sonores, va affecter la santé des populations survolées et des riverain·es de l’aéroport. Pour rappel, dans un avis datant de 2004, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France estimait que le bruit des avions ou d’un aéronef constitue un problème de santé publique. De nouvelles études confirment qu’une exposition au bruit des avions crée un risque de mortalité plus élevé sur l’ensemble des maladies cardiovasculaires et affecte l’état de santé de manière générale (5). À l’heure de restrictions budgétaires dans les services publics et dans un territoire marqué par la précarité, n’est-il pas choquant de faire cadeau de 6 millions d’euros d’argent public aux plus riches pour qu’ils puissent voler au-dessus de nos têtes en jets privés ? À l’heure où la biodiversité s’effondre, il est urgent de stopper toute nouvelle artificialisation des sols. Cet aérodrome étant déjà implanté, pourquoi ne pas le transformer en une zone d’activité économique vertueuse et compatible avec les enjeux climatiques ? Les besoins dans les métiers de la transition ne manquent pas ! Nous demandons : - L’abandon pur et simple du projet de développement de l’aérodrome des Artigues de Lussac - La fermeture de l’aérodrome actuel et à sa place, le développement d’une zone d’activité dédiée à la transition pour des emplois d’avenir et de qualité. A l’heure de l’urgence climatique et alors qu’il reste beaucoup à faire pour développer des projets viables économiquement, socialement et environnementalement, nous ne laisserons pas des intérêts privés nous voler notre avenir et notre santé. Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon du projet et mettre fin à cette dérive climatique ! Rejoignez-nous sur Facebook pour suivre les actualités de la lutte : https://www.facebook.com/Non-%C3%A0-la%C3%A9roport-du-Saint-Emilionnais-105670285231096 Soutiens : Extinction Rebellion Nouvelle-Aquitaine, ANV-COP 21 Gironde, Il est encore temps - Bordeaux, Youth For Climate Bordeaux Sources : (1) “La rentrée de la CALI”, Le résistant 12/09/2021 (2) Article de Sud Ouest, 07/07/2021 (3) Empreinte carbone des jets privés https://ouvaton.link/Sv6s8v (4) L'avion émet 50 fois plus de CO2 que le TGV https://bonpote.com/le-match-co2-train-vs-avion/ (5) Bruit avions https://ouvaton.link/ILZnKL
    7,326 of 8,000 Signatures
    Created by Les Braises .. Picture
  • Nice
    STOP à l’extension de l’aéroport Nice Côte d’Azur : une bombe climatique et sanitaire !
    Parce qu’il est encore possible d’arrêter ce projet d’un autre temps. Alors qu’une dizaine d’autres projets d’extension d'aéroports en France sont portés par les autorités publiques sans aucune prise en compte des enjeux climatiques, des citoyen·nes s’unissent pour défendre leur environnement, leur santé et leur avenir. A Nice, des associations ont déposé un recours, qui a été rejeté en octobre 2022 par le Tribunal administratif de Marseille. Aujourd'hui, l’association France Nature Environnement 06, largement soutenue par une trentaine d’organisations locales et nationales (Alliance Écologique et Sociale 06 – Plus Jamais Ça) a fait appel le 2 décembre 2022 devant la Cour administrative d’appel de Marseille. L'audience pourrait intervenir dès l'automne 2023. Si, vous aussi, vous trouvez ce projet totalement contraire aux défis climatiques, sanitaires économiques et sociaux de notre territoire, signez la pétition et partagez-la auprès de vos contacts ! Vous pouvez aussi soutenir notre action en participant financièrement aux actions et mobilisation de l’Alliance Écologique Et Sociale 06 (page hébergée par alternatiba 06) https://www.helloasso.com/associations/alternatiba06/formulaires/7 Unissons nos forces pour que cette extension de l'aéroport de Nice, fondée sur les énergies fossiles, n’ait jamais lieu ! Rappelez-vous que nous ne sommes pas contre l’aéroport, mais contre la hausse perpétuelle de son trafic aérien ...
    5,792 of 6,000 Signatures
    Created by Stop Extension Aéroport Nice Picture
  • Beauvais
    Aéroport de Beauvais : Urgence d'un véritable débat public
    Je suis un père de famille, de retour depuis 2021 à Beauvais, ville qui m’a vu naitre et grandir. Avant d'arriver ici, j'ai vécu 3 ans dans le couloir aérien de l'aéroport de Roissy. J’ai fui. Ce que j’ai vécu là-bas, je ne veux plus jamais le revivre et je ne le souhaite à personne. Réveil à 4h du matin par les premiers avions de nuit, impossibilité de profiter des extérieurs la journée, revente de biens immobiliers très difficiles. Mon expérience m’oblige, simple citoyen, à prendre position et vous inviter à la réflexion. ⏱️ POURQUOI FAUT-IL AGIR MAINTENANT ? La concession de l’exploitation de l’aéroport arrive à échéance. L’appel d’offre est lancé. A ce jour il nous reste moins de 7 mois pour stopper la machine. 👉 L’EQUIVALENT DE L’AEROPORT DE NANTES Quelle que soit votre position concernant l’aéroport, savez-vous vraiment quelles sont les prochaines étapes ? L’appel d’offre en cours prévoit d’investir de manière massive dans des infrastructures permettant de doubler le nombre de mouvements pour arriver A 50 000 MOUVEMENTS PAR AN, SOIT L’EQUIVALENT DU TRAFIC DE L’AEROPORT DE NANTES ! Nantes est un aéroport régional. Il permet de connecter l’ouest au reste de la France et à l'international. 👉 LE TRAFIC DOUBLE, LES EMPLOIS DOUBLENT ? PAS SI VITE ! S’il était question d’amener Air France ou tout autre compagnie prestigieuse, alors ce serait sûrement vrai. Le terminal se verrait alors doter de services générant un emploi durable, valorisant, qualifié. Mais ici il s’agit de low-cost, et son modèle est aux antipodes : pas de boutique, pesée des valises par les clients eux-mêmes, pas de restaurant, ni aucun autre service annexe. Seuls les emplois absolument incontournables existent, et ceux-ci n’augmentent bien évidemment pas proportionnellement aux passagers. 👉 LE COUVRE-FEU : UNE PROTECTION THEORIQUE ! L’effet d’un couvre-feu, c’est : encore plus d’avions juste avant et encore plus d’avions juste après. C’est insupportable. Ça vous réveille tôt tous les matins, et ça vous gâche les soirées d’été dans le jardin ou sur la terrasse ou tout simplement avec les fenêtres ouvertes. 👉 DES GROS SOUS, MAIS PAS POUR NOUS ! Ce projet, c’est 4 milliards d’investissement privé sur 30 ans. Les milliards c’est abstrait pour nous, mais concrètement c’est 33 fois le budget de la ville de Beauvais. Tous les ans pendant 30 ans, l’équivalent du budget de la ville va être dépensé pour exploiter cet aéroport. Mais ne vous y trompez pas, cet investissement ne vous profitera pas ! (C’est normal pourriez-vous penser, cet investissement est privé...) Mais en revanche, nous sommes et serons toujours mis à contribution. Car si l’investissement et ses retombées sont privées, la dépense publique existe déjà ! En effet, nous payons déjà aujourd’hui par des deniers publics, la quasi-gratuité des services aéroportuaires accordés aux compagnies. Ces pratiques ayant eu lieu par le passé ont été dénoncées dans le rapport de la cour des comptes du 10 février 2017*. Quel bénéfice pour le Beauvaisis ? 👉LA POLLUTION DE L'AIR QUE NOUS RESPIRONS ! La publicité réalisée autour de cet aéroport semble vouloir distiller l'image d'un aéroport "propre", il a même été décrit "aéroport écologique"! Mais ne vous y trompez pas, un aéroport n'est pas et ne peut pas être écologique. L'émission de CO2 résultante de l'activité de l'aéroport de Beauvais est équivalente à celle de la ville de Beauvais ! Doubler le trafic, c'est doubler ces émissions. 📣 Il est temps d’exiger un débat public ! Que souhaitons-nous pour notre avenir et celui de nos enfants ? Face aux défis écologiques dont nous avons à présent tous conscience, assumons-nous le modèle ici développé ? Si nous ne faisons rien, nous admettons une augmentation des dépenses en vue du développement d'un modèle qui dégrade notre environnement (pollution, bruit), qui ne favorise pas l'humain (recherche de rentabilité maximale), et dépréciera encore plus la valeur de nos biens immobiliers. Que se passera-t-il si les compagnies ne souhaitent plus travailler avec cet aéroport (par exemple, si le kérozène devenait trop cher) ? Qui supporterait l'énorme perte financière que cela représenterait ? Il nous faut du temps pour répondre à ces questions! 🖊️ SIGNEZ LA PETITION ! *https://www.ccomptes.fr/system/files/2018-09/20170619-refere-gestion-aeroport-beauvais.pdf
    5,540 of 6,000 Signatures
    Created by Sauver le beauvaisis