Skip to main content

Destinataire(s) : Pascal Mailhos, Préfet du Rhône; Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes; Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon; Paul Vidal, président de CCEL; Pierre Marmonier, maire de Colombier-Saugnieu;

Stop à Amazon et son fret aérien sur le Cargoport de St-Exupéry !

Un projet autorisé à augmenter le trafic aérien et détruire le commerce de proximité, en 2021, ça existe ? Oui, c’est l’entrepôt Amazon prévu à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, et il est urgent de le stopper ! Transport de marchandises par avion, boulevard à la surproduction de produits neufs importés, concurrence déloyale aux commerces et productions locales... Autant de raisons qui doivent conduire à l’abandon pur et simple du projet d’entrepôt Amazon.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

L’État français vient tout juste d’être condamné pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique notamment au regard de sa passivité pour limiter les émissions carbones de la France (1). Mais la stratégie nationale bas carbone actuelle ne comprend pas les émissions importées ! Or, dans l’un de ses rapports le Haut Conseil pour le climat rappelle que l’empreinte carbone liée à nos importations est d’ores et déjà supérieure aux émissions nationales, et continue d’augmenter (2).

Il est donc primordial de stopper les mécanismes de cette importation à outrance. Amazon est un acteur majeur de ce phénomène : un seul entrepôt de 140 000 m² représente 240 millions de produits neufs commercialisés chaque année.

De plus, le projet d’entrepôt de Lyon (160 000 m²), localisé sur le site de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry, a clairement vocation à s’appuyer sur le fret aérien pour le transport de marchandises.

Après Leipzig en Allemagne, Lyon pourrait ainsi devenir un prochain hub aérien d’Amazon (3).

Nous restons mobilisé·es sur cette thématique et demandons :
– L’abandon définitif du projet d’entrepôt Amazon (ou du même type) dans toute la région,
– L’adoption d’une politique de transports de marchandises respectueuse de l’environnement et de l’économie locale pour la région AURA / la métropole de Lyon et notamment
– L’abandon du transport de biens de consommation par fret aérien.
– L’abandon définitif du projet de pistes supplémentaires

Nous sommes en effet révolté·es que le projet d’extension de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry puisse être toujours envisagé comme ce fût le cas dans la réévaluation du PSA en 2019 (4). Le développement du e-commerce sur le cargoport de St Exupéry pourrait être l’un des facteurs pouvant justifier ce « besoin ». D’autant que, lors de la privatisation en 2016 de l’aéroport, le cahier des charges de la vente prévoyait que les repreneurs (consortium mené par VINCI) fassent de Lyon Saint-Exupéry le hub de fret de l’Europe du sud.

Depuis, Saint-Exupéry se positionne comme la 1ère plateforme aéroportuaire française de fret (5). Il ne faut pas que la diminution post Covid (espérée) du trafic aérien de passagers puisse être compensée par une augmentation du transport de marchandise (6) ! DHL, leader du fret aérien (aussi implanté à Lyon), a vu depuis le début de la crise COVID la part de son activité liée au e-commerce passer à 50 % avec des pics à 62% durant le confinement (7). Ce dernier table sur une croissance de 40% d’ici à 2025 grâce au e-commerce. Amazon s’inscrit bien entendu dans cette dynamique avec notamment l’achat de 11 Boeing 767-300 en début d’année (8).

A l’heure où le secteur aérien représente déjà 7% de l’empreinte carbone nationale, et alors que l'avion électrique ou à hydrogène restent chimériques, il est urgent de réduire nos émissions de gaz à effet de serre pour avoir une chance de tenir les objectifs de l'Accord de Paris.

La réduction du trafic aérien est donc une nécessité, ainsi tout projet qui contribuerait à son augmentation doit être impérativement abandonné.

Ainsi, il est primordial aujourd’hui de stopper le développement d’Amazon et de son fret aérien pour favoriser d’autres manières de produire et de consommer :
– Favoriser des délais de livraison qui permettent l’utilisation de transports moins polluants et l’optimisation des charges afin de préserver la qualité de l’air,
– Faire vivre nos commerces de proximité en leur évitant une concurrence déloyale encore plus redoutable,
– Permettre à des entreprises de production française et locale de se développer sans subir l’intermédiaire d’un revendeur hégémonique pratiquant le racket sur les prix et l’espionnage industriel,
– Favoriser les acteurs qui paient la TVA pour conserver nos services publics...

Toutefois tout est actuellement fait pour faciliter l’implantation des entrepôts Amazon en France. Ces derniers ne sont toujours pas assujettis à la taxe sur les surfaces commerciales, et ne sont pas contraints d’effectuer des études d’impacts sur le commerce de proximité au préalable.

A Saint-Exupéry comme ailleurs, les élus locaux responsables de ce projet d’implantation sont bernés par la promesse fallacieuse de création d’emplois. Pourtant le bilan net de création d’emplois dans l’économie locale d’Amazon est négatif ! Pour 1 emplois créé dans le e-commerce, 6 sont détruits dans les commerces de proximité. Depuis 2008, Amazon est responsable de la destruction de plus de 81 000 emplois (9).

À ce jour, nous sommes toujours dans l’attente du jugement de la Cour d’appel de Lyon pour confirmer ou annuler le permis de construire obtenu par Amazon. C’est pourquoi il est primordial d’interpeller nos élus et responsables locaux pour dire STOP à ce type de projet, qu’il soit porté par Amazon, Alibaba ou autre.

Signez et partagez cette campagne pour demander l’abandon de ces projets et faisons en sorte que ces bombes climatiques et sociales ne voient pas le jour !

Signataire : Alternatiba ANV Rhône

Sources :
(1) : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/03/climat-l-etat-condamne-pour-carences-fautives-dans-l-affaire-du-siecle_6068613_3244.html
(2) : https://www.hautconseilclimat.fr/publications/rapport-2019/
(3) : https://siecledigital.fr/2020/11/07/amazon-prime-air-nouveau-hub-aerien-en-allemagne/
(4) : https://www.apej-jonage.fr/2019/11/25/enquete-publique-modification-du-psa-aeroport-saint-exupery-lyon-extention-piste/
(5) : https://cargoport.lyonaeroports.com/
(6) : https://www.lci.fr/population/video-tf1-compagnies-aeriennes-faute-de-passagers-air-france-se-rabat-sur-le-fret-de-marchandises-2168041.html
(7) : https://www.bfmtv.com/economie/philippe-pretat-pdg-de-dhl-express-l-e-commerce-genere-50-de-notre-activite_AV-202009210064.html
(8) : https://www.numerama.com/tech/680170-amazon-achete-desormais-ses-propres-avions-pour-faire-ses-livraisons.html
(9) : https://cutt.ly/7kUuFoT

69125 Colombier-Saugnieu, France

Maps © Stamen; Data © OSM and contributors, ODbL


Commentaires

  • contre la marchandisation du monde
  • D'abord, c'est une question de société. Course aux toujours plus gros, avec leurs manipulations et toute-puissance, écrasement des petits et du local. Toujours plus de production / consommation / déchets, de produits mal controlés. Tout çà mené par un système dominant, pour des bénéfices bien mal répartis. Ensuite, la planète a des limites, et on les a déja dépassées
  • Protection environnement et des commerces de proximité. Halte á la main mise d'Amazon sur le commerce.

Actualités

2021-02-17 20:01:38 +0100

1,000 signatures atteintes

2021-02-14 17:18:22 +0100

500 signatures atteintes

2021-02-11 15:13:58 +0100

100 signatures atteintes

2021-02-10 21:28:50 +0100

50 signatures atteintes

2021-02-10 20:27:06 +0100

25 signatures atteintes

2021-02-10 19:56:02 +0100

10 signatures atteintes