• Villeurbanne : pour des repas sains dans les écoles primaires !
    A Villeurbanne, les enfants mangent en moyenne moins d’un repas végétarien par semaine. Pourtant les enfants mangent plus de 2 fois les apports journaliers recommandés en protéine ! Malheureusement l’influence des lobbies des industries de la viande et des produits laitiers font tout pour continuer à nous faire croire qu’il faut consommer des protéines animales tous les jours. Ils rentrent même directement dans les classes afin de faire croire aux enfants que la viande est essentielle à leur développement et nécessaire à tous les repas. Ainsi dès leurs plus jeunes âges les enfants prennent des habitudes mauvaises pour leur santé, la surconsommation de viande augmentant les risques d’obésité, de cancer et de diabète. En octobre 2018, la loi agriculture et alimentation prévoit l’instauration d’un repas végétarien dans toutes les cantines scolaires à partir de novembre 2019, pour une période d’expérimentation de deux ans. Nous souhaitons accompagner les communes dans cette transition et les encourager à faire plus. NOUS DEMANDONS DONC AU MAIRE DE VILLEURBANNE DE : 1/ INTRODUIRE DEUX REPAS VÉGÉTARIENS PAR SEMAINE À HORIZON 2020 Certaines communes montrent déjà la voie en proposant deux repas végétarien par semaine, et la fréquentation des cantines a augmenté! Il est urgent de favoriser la consommation de protéines végétales, par rapport aux protéines d’origine animale. Lentilles, pois chiches, soja, etc. sont d’excellentes alternatives, bonnes pour la santé des enfants et goûteuses. Mais il faut savoir les cuisiner et former le personnel de cantine en ce sens. 2/ AUGMENTER LA PART DU BIO DANS TOUTE LA RESTAURATION SCOLAIRE De manière globale, c’est la qualité des repas servis à la cantine qui doit être améliorée : en favorisant le local et le bio, pour garantir une alimentation sans pesticides, sans OGM, sans additifs chimiques. De plus, la viande coûte cher. En consommer moins permet de dégager du budget pour acheter des produits de meilleure qualité : il s’agit tout simplement de consommer moins, mais mieux ! Pour le bien-être de tous et de la planète. 3/ INTERDIRE LA PRÉSENCE DES LOBBIES DANS LES ÉCOLES Distribution de kits pédagogiques, animation dans les classes... Les lobbies de la viande et des produits laitiers, qui représentent des intérêts privés, ne doivent tout simplement pas intervenir dans les écoles. Demandons à Monsieur le Maire de Villeurbanne de mettre fin à la surconsommation de viande dans les écoles. #2FoisTrop
    660 de 800 Signatures
    Créée par Groupe Local de Greenpeace Lyon
  • Condamnons tous les vide-ordures à Vélizy !
    Le tri est le premier geste citoyen. Il faut que nous puissions trier les déchets, et le vide-ordures ne permet pas cela ... Agissez pour vous, pour nous, et pour les générations à venir, signez !
    3 de 100 Signatures
    Créée par Valérie M.
  • Retour des étoiles à Saint Maur des fossés
    Eteindre des lampadaires la nuit, permet de dormir plus paisiblement sans pollution lumineuse. Cela économise aussi une quantité faramineuse d'électricité donc d'argent aussi. Moins de pollution et plus d'économies pour un meilleur sommeil. Gagnant - gagnant
    8 de 100 Signatures
    Créée par Lucie C.
  • Monsieur le Maire de Paray le Monial Libérez-nous du tout-voiture !
    Notre territoire et celles et ceux qui y vivent souffrent de la pollution de l’air, qui constitue aujourd’hui une urgence sanitaire établie. Le trafic routier porte une responsabilité toute particulière en ce qui concerne les émissions de polluants atmosphériques dangereux pour la santé et doit absolument être restreint. Le trafic routier est également l’un des premiers secteurs émetteur de gaz à effet de serre à l’échelle de notre agglomération. L’urgence climatique nous impose d’agir rapidement et de sortir de notre dépendance collective au pétrole, au transport routier et à la voiture individuelle. C'est un enjeu essentiel et pour autant l’abandon des véhicules polluants et de la logique du tout-voiture ne doit laisser personne sur le carreau. Évidemment, nous savons qu’il n’est pas toujours facile de se passer de sa voiture, mais nous pensons qu’il est de la responsabilité de nos élu.es de nous en donner les moyens, en développant les alternatives et en accompagnant le changement, notamment pour les plus fragiles d’entre nous. Monsieur NESME, il est grand temps d’agir pour la transition écologique et pour une mobilité urbaine adaptée aux crises sanitaire et climatique. Nous vous demandons donc : - de programmer et d’organiser la sortie des véhicules polluants dans notre ville/intercommunalité, à travers la mise en oeuvre d’une Zone à Faibles Emissions sur un périmètre géographique ambitieux, en intégrant les différentes catégories de véhicules polluants, en particulier les véhicules individuels, fixant notamment un cap de sortie du diesel à horizon 2025 et de l’essence à horizon 2030 ; - de continuer à développer le réseau de transports en commun (amélioration des fréquences et amplitudes horaires, mise en place de couloirs réservés pour les autobus, mutualisation des systèmes de billettique entre les différentes offres de transports collectifs et avec les services de mobilités alternatifs, développement des transports urbains en site propre notamment vers/entre les quartiers périphériques denses mal desservis, etc.) ; - de mettre en place une tarification sociale et solidaire basée sur les ressources pour les transports en commun ; Il reste beaucoup à faire dans nos grandes villes françaises sur ce sujet de la lutte contre la pollution automobile, comme l’a démontré un classement des villes* publié en amont des élections municipales de 2020 par le Réseau Action Climat, Unicef France et Greenpeace France. La crise sanitaire Covid que nous traversons a mis une nouvelle fois en lumière la nécessité absolue d’avancer rapidement sur ces enjeux de mobilité urbaine. Sortir du tout-voiture, du diesel et de l’essence et prioriser d’autres manières de se déplacer en ville demande du courage politique et c’est indispensable pour faire face à l’urgence sanitaire et climatique. Maintenant que les élections sont passées, nous vous demandons de passer rapidement à l’action pour lutter de manière ambitieuse contre la pollution automobile, en commençant par honorer vos promesses de campagne sur ces enjeux [le cas échéant si promesses il y a eu] et en prenant en compte nos demandes dans ce texte. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée. *Source : https://www.greenpeace.fr/lutte-contre-la-pollution-de-lair-classement-des-12-plus-grandes-agglomerations-francaises/
    7 de 100 Signatures
    Créée par Cheyenne C.
  • Pour une restauration collective ambitieuse sur le territoire de Couesnon Marche de Bretagne.
    La loi Egalim dont l’objectif est de favoriser une alimentation plus saine, plus sûre et plus durable pour tous, impose depuis novembre 2019 au moins un menu végétarien par semaine dans l’ensemble de la restauration collective scolaire. Nous constatons qu’elle n’est pas appliquée uniformément sur le territoire. De plus, le 1er janvier 2022 au plus tard, les repas servis dans les cantines scolaires, mais aussi dans tous les restaurants collectifs des établissements de service public (crèches, ehpads,…) devront compter au moins 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques. L’échéance approche et à ce jour, certaines communes n’intègrent aucun produit bio dans leurs menus ! Les deux problématiques sont liées et ces deux transitions doivent être pensées ensemble pour éviter un surcoût éventuel. C’est grâce à la réflexion sur les menus, le gaspillage alimentaire et la suppression de produits carnés (plus chers) que l’on pourra éviter un surcoût (lié au bio) de la cantine pour les familles, notamment les plus modestes. L’expérimentation, réussie dans de nombreuses communes hors de Couesnon Marches de Bretagne, l’a prouvé : les familles les plus modestes n'ont pas eu de facture plus importante. Notre territoire doit mener une action globale sur la restauration collective de façon urgente, en incluant l’ensemble de la population.
    73 de 100 Signatures
    Créée par Alternative Ecologique CMB
  • Les sarments ça se brule plus ça se recycle
    En 2020, il est fou de brûler de la biomasse alors qu'elle est très utile pour les plantes dont les carences accentuent leurs maladies. L'augmentation des gaz à effet de serre conduit à une hausse des températures qui complique également la culture de la vigne. Comme dit P.Rabhy: ce qui vient de la terre doit y retourner! Il est urgent d'arrêter cette pratique climatocide avant le printemps.
    39 de 100 Signatures
    Créée par Jean-Marie G.
  • Publicité TV : interdiction de couper la diffusion d'un film ou d'une série
    Nous sommes tous concernés par l'invasion de la publicité en ville, celle physique, dans nos emails et celle télévisuelle. Cette agression visuelle est indécente, source de surconsommation à l'heure du changement climatique. De plus, cela ne favorise pas l'envie de regarder la TNT. Oui à plus de sobriété ! Le cinéma est dit le 7e art. Il ne viendrait à personne l'idée de couper une visite guidée dans un musée par la diffusion sonore de plusieurs publicités, sous prétexte de vendre des droits à la pub juteux.
    14 de 100 Signatures
    Créée par Vincent H.
  • DESTOCKAGE TOTAL ET IMMEDIAT DES DECHETS DE STOCAMINE
    42000 tonnes de déchets toxiques ultimes (mercure, cadmium, arsenic, refiom, ...) sont enfouis à 550 m de profondeur sous la nappe phréatique dans une ancienne mine de sel à Wittelsheim (68310). Les voûtes des galeries de la mine s'affaissent inéluctablement (environ 3 cm par an) et écrasent de plus en plus les déchets; de plus ces galeries sont petit à petit ennoyées naturellement. Cette "soupe" constituée de ces produits chimiques hautement toxiques, du sel et de l'eau, va irrémédiablement polluer la nappe phréatique qui alimente 7 millions de personnes en eau potable. En 1997, lorsque l'autorisation d'enfouir a été accordée, les déchets devaient rester au fond au maximum 30 ans; ils devaient alors être remontés au jour afin d’être traités. 44000 tonnes ont été enfouis entre 1998 et 2002, année pendant laquelle un incendie s'est déclaré dans le bloc 15. A ce jour, seules 2000 tonnes ont été remontées : il reste donc encore 42000 tonnes au fond. Pour l'instant le gouvernement ne veut pas remonter ces déchets contrairement aux engagements pris. La ministre Barbara Pompili doit prendre sa décision définitive d'ici la mi janvier 2021 : il y a urgence! Exigeons ensemble le déstockage immédiat et total des déchets. Il faut agir maintenant grâce à vos signatures.
    1 188 de 2 000 Signatures
    Créée par Bruneau P. Picture
  • Dumont Végé
    Les études montrent que si nous favoriseront les menus végétariens à la cantine cela diminuerait beaucoup de facteurs polluants écologiquement. Alors favorisons ensemble le végétarisme, stoppons la surconsommation de viande et aidons notre terre mère.
    7 de 100 Signatures
    Créée par Trinity F.
  • Lycée Kastler : Nous voulons + de repas végétariens
    Aujourd'hui, à la cantine du lycée, nous mangeons de la viande ou du poisson tous les jours matin et soir ! Manger trop de viande, oeufs et produits laitiers notamment issus de l’élevage industriel, a un impact énorme sur la dégradation de l’environnement et le dérèglement climatique (l’élevage industriel est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre*). L’urgence climatique est un drame pour notre futur. Nous ne sommes pas tous végétarien·es mais nous sommes unanimes : nous voulons consommer moins de viande. Monsieur le Proviseur du lycée Alfred Kastler, il est grand temps d’agir pour la transition écologique. En plus de respecter la loi “Agriculture et Alimentation” qui prévoit l'introduction d’un repas végétarien par semaine obligatoire dans les cantines scolaires, nous vous demandons d'introduire dès maintenant dans notre lycée : - 1 menu ou plus végétariens pour tous par semaine; - Une majorité de produits frais, locaux et bio. Comme l’a démontré un récent rapport de Greenpeace, l’instauration de menus végétariens a des effets positifs sur le climat, l’eau et réduit les risques de déforestation. Dans le même temps, diminuer la part de viande permettra de libérer du budget pour introduire des produits de meilleure qualité et pour servir des repas plus variés. De nombreuses recettes végétariennes compatibles avec la restauration scolaire existent, des exemples sont consultables sur le site www.vegecantines.fr . De nombreuses mairies s’engagent également, en proposant deux menus végétariens par semaine, comme c’est le cas à Lille, Mouans-Sartoux, Grenoble ou Paris 19ème et 2ème. Ces menus leur ont permis d’améliorer la qualité des plats et d’acheter davantage de produits bio. Si ces établissements ont déjà opéré une transition végétale des cantines pourquoi pas Talence? OUI, le lycée Kastler doit jouer son rôle dans la préservation de l’environnement, et cela passe aussi par notre assiette. Sources : *IPBES et FAO 2013 Rapport de Greenpeace "Menus végétariens à la cantine, quels impacts pour la planète?" - sept 2020 : https://bit.ly/35MBnR4
    11 de 100 Signatures
    Créée par Jonas C. Picture
  • Ensemble dénonçons la déforestation au Mali
    L’allure à laquelle nos forêts sont détruites est alarmante et constitue un danger pour nous et les générations à venir. Si c’était une guerre, les gouvernements sont toujours prêts à agir. Mais comme il s’agit du climat aucun gouvernement n’est prêt ne mette en place des politiques de gestion et de protection de l’environnement .La dégradation de ce dernier peut créer des catastrophes pires que les guerres au Sahel ( pandémie, épidémie, inondations, canicule et destruction de la biodiversité, dégradation des terres, désertification etc).
    42 de 100 Signatures
    Créée par Mohamed A.
  • Fin de l'éclairage des routes/rues la nuit dans notre village
    C'est simplement du bon sens. Je veux que notre nouvelle municipalité accélère le virage écologique. Il n'est pas trop tard pour notre planète mais agissons vite. Les petites rivières faisant les grands fleuves, commençons par des choses simples et facilement réalisable avant de passer à des projets plus ambitieux. Ensuite ce sera une proposition de piste cyclable entre le centre bourg et la plaine des sports. Je suis ahuri que cela n'existe pas encore. Le budget sera plus conséquent que ce que je propose aujourd'hui.
    16 de 100 Signatures
    Créée par Emmanuel L.