• Lycée Kastler : Nous voulons + de repas végétariens
    Aujourd'hui, à la cantine du lycée, nous mangeons de la viande ou du poisson tous les jours matin et soir ! Manger trop de viande, oeufs et produits laitiers notamment issus de l’élevage industriel, a un impact énorme sur la dégradation de l’environnement et le dérèglement climatique (l’élevage industriel est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre*). L’urgence climatique est un drame pour notre futur. Nous ne sommes pas tous végétarien·es mais nous sommes unanimes : nous voulons consommer moins de viande. Monsieur le Proviseur du lycée Alfred Kastler, il est grand temps d’agir pour la transition écologique. En plus de respecter la loi “Agriculture et Alimentation” qui prévoit l'introduction d’un repas végétarien par semaine obligatoire dans les cantines scolaires, nous vous demandons d'introduire dès maintenant dans notre lycée : - 1 menu ou plus végétariens pour tous par semaine; - Une majorité de produits frais, locaux et bio. Comme l’a démontré un récent rapport de Greenpeace, l’instauration de menus végétariens a des effets positifs sur le climat, l’eau et réduit les risques de déforestation. Dans le même temps, diminuer la part de viande permettra de libérer du budget pour introduire des produits de meilleure qualité et pour servir des repas plus variés. De nombreuses recettes végétariennes compatibles avec la restauration scolaire existent, des exemples sont consultables sur le site www.vegecantines.fr . De nombreuses mairies s’engagent également, en proposant deux menus végétariens par semaine, comme c’est le cas à Lille, Mouans-Sartoux, Grenoble ou Paris 19ème et 2ème. Ces menus leur ont permis d’améliorer la qualité des plats et d’acheter davantage de produits bio. Si ces établissements ont déjà opéré une transition végétale des cantines pourquoi pas Talence? OUI, le lycée Kastler doit jouer son rôle dans la préservation de l’environnement, et cela passe aussi par notre assiette. Sources : *IPBES et FAO 2013 Rapport de Greenpeace "Menus végétariens à la cantine, quels impacts pour la planète?" - sept 2020 : https://bit.ly/35MBnR4
    11 de 100 Signatures
    Créée par Jonas C. Picture
  • Des cantines Bio et locales pour moins de déchets dans le créonnais
    Urgent ! Avant que les décisions et les budgets ne soient votés par nos élus. Votez pour des cantines plus proches et plus saines pour les enfants de la communauté de commune du créonnais. Minimisons notre impact environnemental.
    9 de 100 Signatures
    Créée par Carole D.
  • 2 repas végétariens par semaine dans les écoles primaires, La Rochelle peut le faire !
    En octobre 2018, la loi agriculture et alimentation a prévu l’instauration d’un repas végétarien hebdomadaire dans toutes les cantines scolaires à partir de novembre 2019, pour une période d’expérimentation de deux ans. La ville de La Rochelle, référente au niveau national pour son engagement dès les premières heures en faveur de l’écologie, s’inscrit dans cette démarche en proposant depuis janvier 2019 un repas végétarien par mois dans les cantines scolaires. La ville s’est engagée à proposer un repas végétarien par semaine d’ici la fin de l’année, comme le prévoit la loi. C’est un bon début, mais ce n’est pas suffisant et il est urgent de faire plus ! Nous souhaitons accompagner notre ville dans cette transition et encourager nos élu.e.s à faire davantage pour nos enfants. Si nous voulons agir pour la transition de nos modèles agricoles et alimentaires, il nous faut miser sur le courage et l’engagement de nos décideurs locaux. Certaines villes ont déjà pris les devants en allant plus loin que le cadre légal, comme c’est le cas à Lille et Grenoble, qui ont entre 20 et 50 % de produits bio et déjà 2 menus végétariens par semaine en moyenne. Pourquoi est-ce si important ? - A l'école, rien que pour le déjeuner, la viande et les produits laitiers servis représentent à eux seuls entre 200 et 400% des apports en protéines conseillés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). Réduire l’apport de protéines animales au profit des protéines végétales (céréales et légumineuses) permet de varier les sources de protéines, assurant ainsi une meilleure santé à nos enfants. - Une alimentation trop riche en graisses et en protéines animales peut entraîner une augmentation des maladies (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires…) - La surconsommation de viande a des effets dévastateurs sur la planète (déforestation, émissions de gaz à effet de serre, pollution des eaux…) - Notre alimentation impacte l’environnement et le climat. L’élevage représente plus de 14 % des émissions globales de gaz à effet de serre, ce qui est comparable aux émissions du secteur des transports ! Loin de n’être qu’une mode passagère, la réduction de la viande et plus généralement de la portion de protéines animales à la maison comme à la cantine, est le fruit d’une réflexion partagée par un nombre toujours plus important de familles soucieuses de la santé de leurs enfants et de celle de la planète. Objectif : Deux repas végétariens par semaine pour la rentrée ! Mesdames et Messieurs les élu.e.s, allez plus loin dans votre engagement pour nos enfants en proposant dès maintenant davantage de repas de qualité, nos enfants le méritent … la planète aussi ! #2FoisTrop #CantineVerte #VégéCantine
    439 de 500 Signatures
    Créée par Groupe Local de Greenpeace La Rochelle