• ISOLA 2000 : NON A LA RETENUE COLLINAIRE, NE SACRIFIONS PAS NOS MONTAGNES !
    Le projet de retenue s’implanterait au sud-est de la station du massif du Mercantour dans les Alpes-maritimes, dans le secteur Sistron, à une altitude de 2400 m et les travaux, d’un coût prévisionnel de 8 690 000 euros, devraient débuter en 2027. Elle stockerait l’eau exclusivement pour la production de neige de culture. Le volume prévu est énorme : 215 000 m3 (!!), venant s’ajouter aux 140 000 m3 déjà existants dans la retenue actuellement utilisée par la station…. Il serait soi-disant nécessaire pour alimenter les futurs projets d’enneigement artificiels. Ce projet démesuré viendrait détruire un secteur d’une grande richesse environnementale et paysagère au cœur d'un massif montagneux unique. Enfin, il porterait atteinte au paysage exceptionnel qui s’étend sur une grande partie du Parc National du Mercantour et plébiscité par de nombreux randonneurs. La zone concernée est en effet une zone de combes à neige regroupant une cinquantaine d’espèces de fleurs (recensement de juin 2023) dont certaines endémiques du massif du Mercantour ou des Alpes-Maritimes. Parmi elles, on y trouve de nombreuses espèces remarquables des Alpes sud-occidentales telles que la gentiane de Villars, le gaillet de Tende ou la joubarbe de Burnat, parmi de nombreuses autres. Deux espèces encore plus rares ont été signalées : - La saxifrage du Piémont : endémique du massif du Mercantour ; - La violette à feuilles de nummulaire : endémique des Alpes-Maritimes et de la Corse. A l’heure du dérèglement climatique et des sécheresses qui vulnérabilisent et raréfient de manière récurrente nos ressources en eau, à l’heure où la protection de notre environnement et de la biodiversité deviennent un enjeu vital pour l’avenir, nous nous opposons fermement à ce type de projet mal adapté, régulièrement remis en cause et ouvertement dénoncé, comme en témoigne l’exemple récent de la construction stoppée de la retenue d’eau de La Clusaz (74). La création d’une retenue collinaire pour la production de neige de culture est illusoire, irréversible, très coûteuse et non pérenne à court et moyen terme. La station d’Isola 2000 propose encore à ses visiteurs des secteurs sauvages d’une grande richesse naturelle pour la marche en montagne et le ski de randonnée par exemple. C’est un atout indéniable dans la cadre d’une démarche touristique éco-responsable, préservons-les ! EVITONS CETTE DEGRADATION ENVIRONNEMENTALE ET TOURNONS - NOUS VERS DES SOLUTIONS PLUS SOBRES, PLUS RESPECTUEUSES DE LA NATURE ET PLUS CONFORMES AUX ATTENTES DE TOUS ! Pétition soutenue par Alternatiba06, Mountain wilderness France
    2,664 of 3,000 Signatures
    Created by Greenpeace Nice et Vigilance Mercantour
  • STOP AUX ATTEINTES À L’EAU, AU TERRITOIRE ET À L’ENVIRONNEMENT DANS NOS COMMUNES !
    Ce sont pourtant des biens communs que nous nous devons de défendre et de protéger ! Si vous soutenez l’action de notre collectif Eau voleurs, Signez notre pétition ! Rejoignez le mouvement ! https://www.helloasso.com/associations/adeep/adhesions/bulletin-d-adhesion-et-de-cotisation-prix-libre
    1,976 of 2,000 Signatures
    Created by Collectif Eau voleurs
  • Contre le projet de golf et d'immobilier à Fontiers-Cabardès !
    L’installation d’un golf 18 trous avec 68 villas, 52 maisons, 165 appartements, un hôtel 4 étoiles de 80 chambres, un héliport ou encore un restaurant gastronomique sur des terres agricoles et naturelles est une aberration environnementale et sociale pour le village de Fontiers-Cabardès dans la Montagne Noire. A l’heure des crises climatiques, hydriques et les risques qui pèsent sur l’autonomie alimentaire, ces terres doivent être protégées et profiter au développement d’une agriculture durable. La convention qui lie la commune au promoteur immobilier est une entrave à la démocratie et empêche les pouvoirs publics d’agir dans l’intérêt collectif. Il est urgent que les élus et services de l’Etat prennent publiquement position contre ce projet qui va à l’encontre de l’intérêt public ! Le dernier PLU adopté en janvier 2023 par la commune de Fontiers-Cabardès intègre le projet d’immobilier et de golf porté par Catherine Lacoste et le promoteur immobilier Telcapi. Si les référés déposés par notre association, et d’autres, ne bloquent pas ce PLU, des permis de construire pourront être déposés, et les travaux détruiront irrémédiablement les territoires accaparés par les promoteurs. L’association Montagne Noire Avenir est née de la réunion d’un collectif d'habitants du village de Fontiers-Cabardès engagé dans la préservation et l'amélioration de notre cadre de vie. Elle agit pour préserver les ressources environnementales, le patrimoine rural et culturel de la commune et de ses environs. Elle est engagée dans une démarche de développement de la citoyenneté et de la démocratie locale. Signez maintenant et participez à la lutte !
    3,219 of 4,000 Signatures
    Created by Montagne Noire Avenir
  • Non au muselage de notre association de défense de l'eau
    La préfecture a donc choisi de mettre à mal notre liberté d'expression en nous retirant des subventions, et également en nous excluant de tous les comités de gestion de l'eau auxquels nous participions jusqu'à présent et dans lesquels nous faisions entendre une voix déjà minoritaire en faveur de l'eau potable et des milieux aquatiques. Ce qui nous est en fait reproché, c'est notre position contre des projets de méga-bassines (immenses réserves d'eau à usage agricole, pompées dans les nappes phréatiques surexploitées). En effet, nous estimons qu'il doit y avoir un débat démocratique sur ce sujet concernant tout le monde. Plusieurs recours gagnés contre ces projets, montrent d'ailleurs que la controverse est vive ¹. C'est également attesté par la position de plus en plus fréquente des scientifiques à l'encontre de ces projets ². Etant donnée notre mission sociale et notre expertise sur le sujet ³, il est aussi du devoir de l’APIEEE d’alerter la population et les pouvoirs publics lorsque nous identifions des projets qui menacent la ressource en eau de notre territoire. Par ailleurs, cette sanction est particulièrement injuste car la subvention retirée est une subvention Fonjep (Jeunesse et Education Populaire) qui nous est accordée pour faire des animations nature auprès des enfants ou d'autres publics, du territoire, ce que nous faisons avec zèle : une centaine d'animations et plus de 1500 personnes sensibilisées en 2022. QUE DEMANDONS-NOUS ? Nous demandons que ces sanctions soient levées ce qui permettrait : - de remettre une pluralité d'opinion dans les comités de gestion de l'eau et de conforter la liberté d'expression - de continuer à lutter pour l'eau et le vivant - de sauver un emploi (dans un bassin d'emploi sinistré classé en ZRR ou Zone de Revitalisation Rurale) - de continuer nos animations nature dans une région où l'offre est rare IL Y A URGENCE Cette sanction menace directement la survie de notre association. Ce type d’actions effectuées pour museler les associations d’intérêt général est inacceptable. Signez notre pétition pour afficher votre soutien et demander la levée de ces sanctions. En attendant, pour nous aider financièrement et participer au maintien d’une partie de nos missions, vous pouvez aussi nous faire un don ici : https://www.helloasso.com/associations/apieee/collectes/suppression-de-subvention-pour-cause-de-militantisme --- ¹ https://www.ne17.fr/annulation-rs-boutonne ² https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/mauze-sur-le-mignon-79210/pour-florence-habets-multiplier-les-bassines-est-une-mal-adaptation-au-changement-climatique-c0a562ac-8f2a-11ed-af4b-47da76a71818 ³ L’association APIEEE a pour missions : - l’étude et la protection des nappes d’eau naturelle de tous types et de leur environnement, cours d’eau de tous type et leur environnement, tant sur les notions de quantité et de qualité ; - la promotion d’une politique de l’eau cohérente, soucieuse des équilibres naturels et de l’intérêt général ; - la formation et l’information des adhérents et du public intéressé par les problématiques d’eau et de son environnement ; - l’initiation et l’éducation à l’environnement et aux sciences de la nature ; - l'examen de la pertinence économique et sociale de projets utilisant des deniers publics ou non, et qui concerne directement ou indirectement les domaines de l’eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, susceptibles de porter atteinte aux intérêts défendus par l’APIEEE.
    6,467 of 7,000 Signatures
    Created by Association pour la Protection, l’Information et l’Etude de l’eau et de son environnement (APIEEE)
  • LES SHADOCKS DU NORD, menace sur les nappes phréatiques
    Les nappes phréatiques de la région lilloise sont à un niveau très bas, un risque de sécheresse est annoncé pour cet été. Depuis presque 2 ans, la construction d'un immeuble à Loos-lez-Lille nécessite de pomper l'eau de la nappe phréatique. - il y a d'abord eu des articles dans "La Voix du Nord" pour dénoncer ce scandale * - on nous a expliqué que la nappe phréatique n'était pas celle qui alimente Lille, alors que les champs captants qui alimentent la nappe de Lille sont à 1 km. Il serait bien étonnant qu'il n'y ait pas de communications entre ces nappes. - Ensuite il a été dit que le pompage de l'eau s'arrêterait lorsque le bâtiment aurait 4 étages, puisque cela est comme un bateau, quand le poids de l'immeuble sera suffisant pour compenser la pression de l'eau il ne sera plus nécessaire de pomper. Le gros œuvre est terminé, mais les pompes sont toujours en action. - Une relance de "La Voix du Nord", une alerte auprès de France3 et un courrier auprès du Préfet du Nord restent sans réponses. Il est urgent d'agir, puisque le bâtiment est construit et que les promesses d'arrêter les pompes ne sont pas tenues, il est raisonnable de penser qu'elles ne seront jamais arrêtées et qu'elles seront dissimulées dans les sous-sol de l'immeuble. * Liste des articles de La Voix du Nord - Février 2020 : https://www.lavoixdunord.fr/712490/article/2020-02-19/loos-le-garage-et-la-maison-de-la-place-thiers-demolis-pour-permettre-la Avril 2021 : https://www.lavoixdunord.fr/988491/article/2021-04-23/loos-des-fondations-d-immeubles-en-construction-sous-les-eaux - Mai 2021 : https://www.lavoixdunord.fr/1000081/article/2021-05-08/le-chantier-immobilier-loosois-de-la-place-thiers-doit-reprendre-avant-le-debut - Aout 2021 : https://www.lavoixdunord.fr/1052902/article/2021-08-04/les-pompes-toujours-l-oeuvre-sur-les-chantiers-de-construction-de-loos - Mai 2022 : https://www.lavoixdunord.fr/1181026/article/2022-05-19/meme-en-periode-de-secheresse-l-eau-du-chantier-immobilier-de-loos-continue-de Remerciements à La Voix du Nord pour ces alertes. Elles semblent malheureusement insuffisantes.
    1,977 of 2,000 Signatures
    Created by Hubert D. Picture
  • Touche pas ma rivière le Garon à Brignais !
    Brignais Scandale dans la vallée de Barret - pétition Pourquoi détruire la si belle vallée de Barret à Brignais, merveilleux lit du Garon ? Ce que le SMAGGA et la Mairie de Brignais nous préparent….. Un gros ouvrage : « un barrage écrêteur de crues » joli nom pour un ouvrage en béton d’une hauteur de 7 à 8 mètres minimum, pierres et autres tuyaux, eaux stagnantes et tout ce que cette construction va générer ! Cet ouvrage sera construit vers le Chemin du Gué, dans le pré et s’étalera du lit du Garon jusqu’au Chemin de Barret. Ce qui en plus de toutes les nuisances, coupe une propriété en deux parties et ce, à 100 m des habitations, sur 7 ou 8 mètres de haut, donc plus de vues sur la vallée pour les habitants. Pour ce faire : - il faut réaliser beaucoup de sondages, de fouilles avec pelles mécaniques à 4 mètres de profondeur et des sondages carottés à plus de 15 mètres de profondeur. -La nappe phréatique va être polluée par tous ces travaux ; de plus une colonne d’eau potable traverse le terrain sur lequel seront faits les travaux. -Ce chantier semble largement démesuré par rapport aux éventuelles crues centennales ou millénaires du Garon, coût estimé en dizaines de millions d’euros !! - Les fautifs , ce sont ceux qui ont délivré des permis de construire en zones inondables ! -Dans la « Vallée de Barret », il y a aussi beaucoup de faune, de flore, de beaux arbres centenaires, de nombreux insectes sur les berges du Garon, des oiseaux d’espèces protégées, des écureuils, des chevreuils…sans compter tous ceux que nous découvrons au cours des balades dans cette belle vallée, ESPACE NATUREL SENSIBLE ! - Après le passage de nombreux camions, pelles mécaniques et autres engins avec des chenilles, ce sera un champ de ruines, de boues, de cailloux et de déchets en tous genres ! ( Voir le projet du SMAGGA en détail : https://drive.google.com/file/d/1o95yx8i3qKBIinY67oxC_aWfsa-zA1ig/view?usp=sharing ) Ne faut-il pas commencer par entretenir sérieusement le lit du Garon et ses berges avant d’entreprendre de tels travaux ? Sachant que la Commune de Chaponost a refusé ce projet pour protéger la faune, la flore et le saccage de tout l’environnement, pourquoi ce projet continue-t-il en le déplaçant plus loin dans la vallée, chez des particuliers dont les habitations sont très proches de cet ouvrage? Ne laissons pas massacrer cette belle vallée de Barret, ENS(espace naturel sensible), et patrimoine exceptionnel « Aqueduc du Gier », sans oublier que la Vallée de Barret constitue un des poumons verts de la Région Rhône-Alpes! Des solutions alternatives aux barrages écrêteurs ont été testées avec succès en Slovaquie, en Norvège et ailleurs : de petits barrages en bois sur les bassins versants, bien en amont, limitent le ravinement, les éboulements et permettent d’hydrater les zones hautes.
    2,658 of 3,000 Signatures
    Created by Thérèse A.
  • Protéger la vallée du Grésivaudan au cœur des Alpes
    [English text bellow] Cette installation sur ce site d'une nouvelle usine est une hérésie! Les usines présentes aujourd'hui, pillent déjà la ressource la plus précieuse : L'EAU, pour ses propriétés de pureté incroyable ! Sans évoquer les risques majeurs d'accidents irréversibles pour les populations de cette vallée. Alors, protégeons ces espaces naturels au cœur des Alpes, nécessaires à toute la biodiversité dont nous sommes!!! STOP à la bêtise des lobbys industriels et des politiques inconscients des conséquences de leurs décisions. La création de 1000 emplois n'est plus un argument suffisant face à l'urgence climatique, particulièrement dans cette belle vallée. Il est temps de changer cette folie industrielle au détriment des espaces naturels et des êtres vivants. Merci de signer cette pétition et de diffuser ce message LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE car les décisions politiques sont imminentes! « Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde ; en fait, cela se passe toujours ainsi .» «Ne dépendez jamais des institutions ou du gouvernement pour résoudre n'importe quel problème. Tous les mouvements sociaux sont fondés, guidés, motivés et vus à travers la passion des individus.» Margaret Mead - Anthropologue ** English version: Since Europe wants to get back to producing its own chips, STMicroelectronics and GlobalFoundries could join forces to create a production site in France, at the foot of La Chartreuse in Isère. This installation on this site of a new factory is heresy! The factories present today are already plundering the most precious resource, WATER, for its properties of incredible purity! Without mentioning the major risks of irreversible accidents for the populations of this valley. So, let's protect these natural spaces in the heart of the Alps, necessary for all the biodiversity of which we are!!! STOP the stupidity of industrial lobbies and politicians unaware of the consequences of their decisions. The creation of 1,000 jobs is no longer a sufficient argument in the face of the climate emergency, particularly in this beautiful valley. It is time to change this industrial madness to the detriment of natural spaces and living beings. Please sign this petition and spread this message AS WIDELY AS POSSIBLE because political decisions are imminent! “Never doubt that a small number of willing and thoughtful citizens can change the world; in fact, it always happens that way.” “Never depend on institutions or the government to solve any problem. All social movements are founded, guided, motivated and seen through the passion of individuals. Margaret Mead - Anthropologist
    1,311 of 2,000 Signatures
    Created by Anna U. Picture
  • Pour l'arrêt du nettoyage de la voirie française à l'eau
    Des centaines, voire des milliers de communes sur les presque 35 000 que compte la France, nettoient aujourd’hui leur voirie (trottoirs, rues, escaliers, etc.) avec de l’eau. Cela représente quelques milliers de kilomètres de goudron, bitume, asphalte, béton, etc. À titre d’ordre de grandeur, il y a rien qu’à Paris* près de 3000 km de trottoirs et plus de 1500 km de rues. La métropole de Lyon* entretient environ 8 millions de m2 de trottoirs et près de 3000 km de voies*. Dans les villes moyennes, ces distances se chiffrent plutôt en centaines de kilomètres. Les lavages ont lieu généralement chaque semaine, sans compter les lendemains d’évènements (festivals, fêtes diverses, autres rassemblements). Ils se font fréquemment au camion-balai, de plus en souvent à la laveuse avec jet d’eau haute pression, parfois les deux à la fois. À en croire les sites spécialisés, le débit minimum de ces engins se situe autour des 10 litres par minute, mais atteint facilement les 75 litres par minute, voire plus. Certains prévoient même la récupération d’eau, en option. L’entretien de la voirie par les mairies est une obligation, par contre son lavage ne l’est pas. Il ne s’agit pas d’eau qui va nourrir le sol et les nappes phréatiques, mais presque toujours d’eau qui va ruisseler sur des sols artificialisés et très imperméables. On peut commencer à parler de gaspillage et plus encore quand il s’agit d’eau potable. En effet, à l’exception de Paris, où c’est le réseau d’eau non potable qui est utilisé, la plupart des autres communes utilisent de l’eau potable pour ces lavages. On peut raisonnablement estimer que ce gaspillage d’eau hebdomadaire en France, essentiellement d’eau potable donc, se chiffre en millions de litres. Si on considère — hypothèse très basse — une petite consommation d’un million de litres hebdomadaire, cela représente annuellement plus de 50 millions de litres d’eau.... pour laver du goudron, bitume, asphalte, béton, etc. (1 million de litres consommés à raison de 10 litres par minute, le minimum apparemment, cela fait chaque semaine presque 1700 heures de lavages pour toute la voirie française, soit une moyenne d’environ 3 minutes par ville. On peut raisonnablement supposer qu’on est bien au-dessus). Tandis qu’il ne pleut plus, que la sécheresse devient banale, que les restrictions d’eau ont lieu dès le printemps et sans doute dans peu de temps toute l’année, que des villages sont d’ores et déjà alimentés par camions-citernes, que nombre de cours d’eau sont à sec ou pas loin de l’être, qu’on demande aux cultivateurs — même à ceux qui ne font pas de l’intensif — de ne plus arroser leurs cultures et aux jardiniers amateurs de ne plus arroser leur jardin, comment peut-on continuer comme cela ? L’eau est, comme prévu depuis longtemps, devenue une ressource trop précieuse. En termes de clarté, combien de communes déclarent les volumes d’eau utilisés pour la voirie ? Une étude serait utile. Certaines villes font des expérimentations pour récupérer les eaux de pluie par exemple, quand il pleut en tout cas, mais c’est encore de l’eau destinée au ruissellement. Nous sommes arrivés à un point de non-retour sur le plan environnemental où il n’est plus permis de continuer ainsi. D’autres solutions doivent être étudiées et le lavage des rues à l’eau abandonné très rapidement . * source : les sites de la ville de Paris et celui du grand Lyon.
    287 of 300 Signatures
    Created by Catherine P.
  • STOP CROISIERES A TOULON ET LA SEYNE SUR MER
    Les décideurs , croisiéristes , présentent toujours avec un grand cynisme les retombées économiques , impossible à quantifier sérieusement , et ne parlent jamais des milliers de morts dus à la pollution de l'air
    891 of 1,000 Signatures
    Created by GUILLAUME P. Picture
  • Non à la destruction de la Cascade et de sa biodiversité exceptionnelle !
    Nous, Collectif pour la Sauvegarde de la Chaussée du Moulin de Paillès, sommes déterminés à lutter contre un projet inutile et contre-nature qui va défigurer le paysage et détruire la biodiversité. Aujourd’hui, seule la Préfète de l’Aveyron a le pouvoir d’interdire ce projet en ne signant pas l'arrêté préfectoral autorisant la destruction de ce lieu magnifique. Aidez-nous à obtenir l’annulation d’un projet écocide biaisé par des intérêts financiers. Ce projet comporte la création d’une Zone à Expansion de Crues (ZEC) impliquant la destruction inutile de la Chaussée du Moulin de Paillès construite en 1661. L’enquête d’utilité publique qui a conclu à la destruction de la cascade (février 2022) a manifestement été orientée vers la seule obtention par le maire d’une subvention publique de 1,3 million ; l’enquêteur restant sourd à tous nos arguments notamment d’experts. 🆘 La destruction de la Chaussée est désormais suspendue à un arrêté préfectoral imminent, il y a urgence à agir ! Pour une réduction ridicule, lors des crues sévères du Cernon, de la hauteur d’eau (quelques centimètres) au niveau des 4 ou 5 habitations construites en zone inondable dans le lit majeur, ce lieu magnifique, aménagé en 1661 sera détruit, impliquant par arrêté : ❌- l'arrachage et le dessouchage de 1800 arbres (dont une essence rare protégée : le peuplier noir) ; ❌- la destruction de l'habitat des plusieurs espèces protégées (loutres et castors d'Europe) ; ❌- le reprofilage et le curage du lit de la rivière, le Cernon, sur 670 mètres linéaires en incisant le lit mineur de la rivière et en enlevant plus de 70 000 m3 de matériaux ; ❌- la création d'une ZEC sur 3 hectares de parcelles agricoles fertiles en creusant un trou sur 15 000 m² et en enlevant 13 000 m3 de matériaux ; ❌- la destruction de la chaussée de moulin de Paillès construite en 1661 (patrimoine archéologique et affectif des Saint-Georgiens). Pourtant, de leur propre aveu, les promoteurs du projet de ZEC reconnaissent que le gain sur les rares crues ne serait que de quelques centimètres. Le parcours de santé, le cheminement piétons et la passerelle, dérisoires aménagements proposés en contrepartie par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ne sauraient compenser les dégâts irréversibles sur un patrimoine que la nature a mis des centaines d’années à constituer. Alors que nous devons protéger la biodiversité et lutter contre le dérèglement climatique, il est encore plus inacceptable de détruire cette réserve de biodiversité. 🛑 Nous demandons à Madame la Préfète de l’Aveyron de rejeter immédiatement le projet. DITES NON A LA DEFIGURATION ET A LA DEVITALISATION DE CE PAYSAGE MAGNIGIQUE ! SIGNEZ LA PETITION ! MERCI DE VOTRE SOUTIEN !
    4,892 of 5,000 Signatures
    Created by Collectif pour la Sauvegarde de la Chaussée de Saint-Georges-de-Luzençon (12100)
  • Non à l'industrialisation et à l'appropriation de la mer des Pertuis par des intérêts privés
    🐟🌊 En pleine zone Natura 2000 et au cœur du Parc Naturel Marin de l’Estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais censés les protéger, à proximité immédiate du Fort Boyard, se développe depuis 10 ans un projet de dimension agro-industrielle de culture de moules et d’huitres sur filières : ce sont 50 km de câbles tendus en surface au moyen de 15 000 bouées faisant obstacle à la navigation et à la libre circulation d’espèces protégées, 1000 blocs de béton de 2,5 à 4 tonnes immergés à proximité immédiate d’une des plus belles plages d’Europe, déjà gravement impactée par la culture extensive des moules sur bouchots. Alors que le projet a été rejeté par la population lors des enquêtes publiques, il se développe avec le soutien de l'Etat, sans débat sur le fond, sans concertation et sans étude d’impact, en violation de la Directive Habitat. ❌🌊 Nous disons stop à l’appropriation de cet espace naturel unique et fragile du domaine public maritime par des intérêts privés bénéficiant à quelques-uns, au détriment des petits artisans, du tourisme et des multiples usagers de la mer ! Des zones démesurées d'autorisation de l'aquaculture ont été définies dans les Pertuis charentais et il y a bien d'autres périls qui pèsent sur leurs espaces naturels fragiles et leur biodiversité (voir la carte sur le blog de l'APLIMAP) : chalutage dans la zone des 3 miles dont l’effet destructeur pour les habitats et pour de nombreuses espèces marines est avéré, pollution des fleuves et de la mer participant à la baisse des rendements de la conchyliculture et de la pêche, extension du port de la Rochelle responsable de nombreuses pollutions et de dangers inhérents à la circulation accrue des grands navires industriels, extraction de granulats susceptibles de déstabiliser les fonds marins… ⏩ Les protections actuelles (zone Natura 2000, Parc Naturel Marin…) ne sont pas à la hauteur de ces enjeux. Les décisions prises au cas par cas négligent les interactions environnementales, sociales et économiques des projets présentés successivement. 📣 Nous voulons un aménagement concerté, écoresponsable et durable des espaces maritimes et littoraux des Pertuis charentais en coresponsabilité entre l’État, les élus et tous les usagers de la mer. ⏩ Seul un renforcement important de la protection des Pertuis charentais permettra de préserver un des plus beaux milieux naturels de la façade atlantique des nombreux périls qui le menacent.
    3,547 of 4,000 Signatures
    Created by Association APLIMAP Picture
  • STOP à la POLLUTION par rejets en MÉDITERRANÉE
    La Méditerranée est la mer la plus polluée du monde. Elle détiendrait des concentrations quatre fois plus élevées de micro-plastiques au kilomètre carré que le 7e continent, ce qui ferait d’elle la mer la plus polluée au monde, selon National Geographic. ❌ Ne nous rendons pas complices d’une pollution cette fois causée par les rejets des eaux de lavage des gaz d'échappement des navires qui sillonnent la Méditerranée. 🌊Le contexte : Sous couvert de crise sanitaire, la France vient d'autoriser par dérogation, l'enfumage en milieu marin (rejets de polluants directement sous l'eau), en adaptant ses textes qui réglementent ces rejets, à la demande de 2 compagnies dont Corsica Linea (7 navires dont 5 appartenant à Corsica Linea) Voici le détail de la dérogation => source : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044106303 : L’article 2 de l’Arrêté du 23 novembre 1987 est modifié par Arrêté du 22 septembre 2021 « Les rejets, dans le milieu marin, d’effluents provenant des méthodes de réduction des émissions fonctionnant en système ouvert sont interdits à moins de 3 milles nautiques de la terre la plus proche dans les eaux sous juridiction française ». « A titre transitoire, l'administration française peut accorder à un navire existant, effectuant des voyages réguliers entre deux ports, une exemption dont la durée de validité doit être limitée au strict minimum et ne peut excéder le 1er janvier 2026. La demande d'exemption doit démontrer l'impossibilité de se conformer à cette règle et indiquer la ou les solution (s) de mise en conformité retenue (s) et leur date prévisionnelle de mise en œuvre. » 🌊🌊 Pour mieux comprendre le problème : Au niveau mondial, le trafic maritime est régi par la Convention MARPOL. En 2005, afin d’abaisser la pollution de l’air émise par les navires, la convention prévoit de limiter la teneur en soufre du carburant qui doit passer de 4,5 % à 3,5 % en 2012, et à 0,5 % en 2020. Mais, le 15 mai 2015, un amendement est apporté sournoisement par les groupes pétroliers et par les compagnies maritimes pour naviguer à moindre coût. Les compagnies maritimes sont donc autorisées à équiper leurs navires de systèmes de nettoyage des fumées, les scrubbers, afin de continuer à utiliser un fuel plus soufré, largement disponible et surtout bien moins cher. Ces scrubbers peuvent être à boucle fermées (ils stockent les résidus polluants de lavage pour un retraitement à terre), ou ouvertes (ils rejettent directement en mer les eaux de lavage des gaz d’échappement, qui contiennent en quantités variables des métaux lourds, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des nitrates ainsi que les éventuels additifs chimiques utilisés) =>Source : https://le-garde.fr/la-france-autorise-lenfumage-du-milieu-marin-de-la-corse-jusquen-2026/ ❌ À ce jour, 23 États et 71 ports ont décidé d’interdire les rejets des scrubbers en boucle ouverte dans leurs eaux territoriales ou leurs eaux portuaires. Dernièrement, la Turquie, l’Autorité du Canal de Suez, Oman et l’Arabie Saoudite ont rejoint cette liste. En France, certains grands ports maritimes comme Marseille, Nantes-St Nazaire et La Rochelle ont déjà modifié leur règlement portuaire pour y inscrire une interdiction des rejets. =>Source : https://www.anave.es/images/documentos/C-12192_Annex_1_-_french_ban_on_scrubbers_discharges.pdf 🌊🌊🌊 Signez la pétition, demandons l'annulation stricte de ces dérogations partout en mer Méditerranée ! Le développement économique de certains ne peut pas condamner la faune marine et amplifier la catastrophe écologique que subit la mer Méditerranée, et les Océans en général. Les coraux blanchissent partout, les températures et teneurs en CO2 des océans augmentent d'une manière exponentielle, la sur-pêche continue, et à ce rythme, il n'y aura plus de poissons en 2050. Que voulons-nous laisser de notre passage sur notre planète ? Mobilisons-nous pour sauver ce qui peut encore l'être en signant cette pétition !
    8,922 of 9,000 Signatures
    Created by Groupe local Greenpeace Montpellier