• Sud-Plomb
    Difficile d'accepter qu'un tel projet soit mené sans aucune concertation préalable avec les riverains, et qu'il soit seulement précédé d'une enquête publique au délai minimum d'un mois. Difficile d'accepter qu'il soit mené sans aucune volonté d'informer les populations exposées à la pollution des sols. Difficile d'accepter qu'il soit mené sans aucun dépistage systématique de l'intoxication au plomb, sans fournir des mesures de la pollution des sols suffisantes, et cohérentes, et surtout sans tenir compte de ces mesures pour établir le périmètre de la zone d'institution des servitudes ou remplacer les sols. Et difficile d'accepter qu'un tel projet soit mené sans respecter le principe du pollueurpayeur, et qu'il fasse porter de manière injuste les frais de la pollution des sols aux populations exposées. Vu le nombre et l'importance des défauts mentionnés ci-dessus, nous, riverains de l'usine Exide, habitant Lille ou Faches-Thumesnil, ne pouvons accepter en l'état le projet d'institution des Servitudes d'Utilité Publique dans la zone Exide ZE. Par conséquent, nous demandons : 1 qu'un nouveau projet soit mené dans la concertation avec les riverains 2 qu'une information claire, entière et précise soit faite aux populations exposées à la pollution des sols 3 qu'un dépistage systématique soit mis en œuvre 4 qu'une nouvelle et plus complète investigation des sols soit menée 5 qu'à partir de ces nouvelles mesures de pollution des sols, un nouveau périmètre soit défini 6 qu'un remplacement des sols pollués soit possible gratuitement, si souhaité par les riverains concernés 7 qu'une politique de suivi de la pollution des sols, de l'air et de l'eau soit établie, et accessible au public 8 qu'un recours en indemnisation pour les différents préjudices subis(anxiété, corporels, sanitaires et patrimoniaux au prix du marché) soit possible, et juridiquement soutenu, si souhaité par les riverains concernes 9 qu'une demande d'expropriation soit possible, et là aussi juridiquement soutenue, si souhaitée par le riverain concerné
    7 of 100 Signatures
    Created by Jean-Luc D.
  • STOP AUX MAILLOTS DE FOOTBALL CHANGES A CHAQUE MATCH
    L'industrie textile pollue plus que les transports maritimes et aériens réunis soit 1,4 milliards de tonnes de CO2 par an. C'est pourquoi nous devons inciter les clubs à réutiliser leurs maillots tous le long de la saison; utiliser des fibres recyclées et recyclables et les donner à des organismes comme Emmaüs ou les revendre sur des applications comme Vinted à la fin de la saison.
    9 of 100 Signatures
    Created by Martin A.
  • STOP AUX VETEMENTS FABRIQUES EN DEHORS DE L'EUROPE
    L'industrie textile génère 1,2 milliards de tonnes de CO2 soit plus que les transports aériens et maritimes réunis. De plus, la fabrication d'un t-shirt nécessite 2720 L d'eau et un jean en nécessite 7500. Comme indiqué dans le précédent paragraphe, ma pétition sera remise à Mme SAS ( ma députée ) pour qu'elle propose une loi à l'Assemblée Nationale obligeant les marques à relocaliser leur production en Europe.
    105 of 200 Signatures
    Created by Martin A.
  • La Roche sur Yon : STOP au gaspillage énergétique
    Notre agglomération doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et jusqu'à la réouverture. - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès la fermeture De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.
    56 of 100 Signatures
    Created by Raymonde F.
  • Saint-Sébastien-sur-Loire : Stop au gaspillage énergétique !
    À l’heure où l’on nous appelle, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! ⚡️ Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. ⚡️ Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme en moyenne l’équivalent des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager* : laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. 🛑👉Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - Une meilleure gestion de l’éclairage public - L’extinction des lumières des bureaux dès leur fermeture 💡 De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le sens d’une sobriété choisie et responsable. 🌟 Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    131 of 200 Signatures
    Created by Didier L.
  • Compiegne : stop au gaspillage énergétique
    Nous, citoyens et citoyennes de Compiegne demandons expressément la mise en place de mesures de bon sens et d’économie d’énergie. Un cadre légal existe, mais il est non seulement mal appliqué, mais en plus largement insuffisant face aux enjeux de sobriété auxquels nous faisons face. Pour le climat et pour nos factures d’électricité, Compiegne se doit d’être exemplaire ! A l’heure où nous sommes appelés, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme l’équivalent en moyenne des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager*, laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès la fermeture De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le bon sens d’une sobriété choisie et responsable. Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    66 of 100 Signatures
    Created by Estelle N.
  • Orléans : stop au gaspillage énergétique
    Pourquoi faut-il agir maintenant ? Nous, citoyens et citoyennes de Orléans demandons expressément la mise en place de mesures de bon sens et d’économie d’énergie. Un cadre légal existe, mais il est non seulement mal appliqué, mais en plus largement insuffisant face aux enjeux de sobriété auxquels nous faisons face. Pour le climat et pour nos factures d’électricité, Orléans se doit d’être exemplaire ! A l’heure où nous sommes appelés, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Aussi, l’effort ne doit pas affecter en premier lieu des services publics essentiels comme l’éducation ou le sport, mais bien commencer par interroger nos usages de la publicité superflue ! Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux inutiles qui n’apportent rien au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme l’équivalent en moyenne des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager*, laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès la fermeture De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le bon sens d’une sobriété choisie et responsable. Notre ville aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Extinction Rébellion Orléans Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    133 of 200 Signatures
    Created by Extinction Rebellion Orléans-Loiret
  • Lille : STOP au gaspillage énergétique !
    Alors que la crise énergétique s’aggrave et que ce sont les plus précaires qui en pâtissent, il nous semble cohérent et juste que les collectivités locales et les commerces jouent le jeu d’une sobriété énergétique nécessaire. Pourquoi faut-il agir maintenant ? Nous, citoyens et citoyennes de la métropole de Lille, demandons expressément la mise en place de mesures de bon sens et d’économie d’énergie. Un cadre légal existe, mais il est non seulement mal appliqué, mais en plus largement insuffisant face aux enjeux de sobriété auxquels nous faisons face. Pour le climat et pour nos factures d’électricité, la MEL se doit d’être exemplaire ! A l’heure où nous sommes appelés, collectivement et individuellement, à faire des efforts sur notre consommation énergétique pour éviter les pénuries, nous ne comprenons pas que perdure autant de gaspillage d’électricité dans l’espace public. L’effort fourni doit être réparti de façon juste et ne pas peser uniquement sur les citoyens et citoyennes. Il est légitime d'interroger les usages de la publicité superflue. Alors que le gouvernement prévoit l’interdiction des publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin (à l'exception des aéroports, gares ou stations de métro), cette mesure est loin d’être suffisante face au nombre croissant de ces panneaux qui n’apportent nuise au confort de la population et servent des intérêts purement économiques, encourageant très souvent des pratiques de consommation qui vont à l’encontre de la sobriété. Sur une année, un écran publicitaire de 2m2 consomme l’équivalent en moyenne des besoins d’ un ménage français pour l’éclairage et l'électroménager*, laisser tous ces écrans allumés en période de crise énergétique est donc absurde ! Notre territoire a le pouvoir d’aller plus loin à travers le règlement local de publicité et de montrer l’exemple pour être à la hauteur des enjeux. Notre métropole doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. Nous demandons : - L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin. - L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés - L’extinction des lumières des bureaux dès la fermeture De plus, nous demandons à ce que ces mesures soient pérennisées au-delà de la période de tension hivernale, afin d’enclencher le virage sociétal nécessaire pour atteindre nos objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. D’autres villes comme Lyon ou Paris ont déjà mis en place des mesures plus fortes pour réduire leur consommation énergétique et s’inscrire dans le bon sens d’une sobriété choisie et responsable. La métropole de Lille aussi doit s’inscrire dans le sens de l’Histoire et mettre en place des solutions ambitieuses ! Le collectif "C'est pas Versailles ici ! - Lille" https://linktr.ee/cpvi59 Source : *Selon l’Ademe, la consommation annuelle d’un panneau publicitaire de 2m2 serait d’environ 2000 kWh par an. Selon l’Agence Française de l’Energie, la consommation annuelle d’un ménage serait comprise entre 1500 et 2200 kWh (hors chauffage et eau chaude, selon la superficie du logement et le nombre d’occupants du foyer)
    380 of 400 Signatures
    Created by Extinction Rebellion Lille Picture
  • Pour une définition écologique, équitable et consensuelle de la SOBRIETE
    C'est important car les scientifiques (du GIEC notamment) s'accordent à dire que cette "sobriété" est indispensable pour éviter un dérèglement climatique irréversible. Or, le terme de sobriété prend aujourd'hui des formes et définitions diverses et variées, est parfois galvaudé, souvent utilisé à des fins d'intérêts économique alors qu'il était initialement utilisé pour induire un changement radical de fonctionnement de notre société afin de ralentir le réchauffement climatique. Une définition clarifiée de la sobriété permettrait d'éviter ces dérives et de rester concentrés sur l'objectif (respecter l'Accord de Paris en organisant notre société dans ce sens). Un plan de sobriété national a été publié le 6 octobre 2022 en France alors me que l'ADEME reconnaît ne pas pouvoir donner une définition générale de sobriété.
    47 of 100 Signatures
    Created by Fatema M.
  • POUR L'ACHAT D'UN BUS ECO-RESPONSABLE PAR LA COMMUNE DE SAVIGNY SUR ORGE
    La ville de Savigny-sur-Orge, selon une délibération de son conseil municipal du 19 mai 2022, envisage l'achat d'un autocar à moteur diesel d'occasion, notamment pour le transport scolaire. En 2022, un tel choix est surprenant. On sait que les gaz et particules fines émises par ces moteurs ont un effet nuisible sur la santé des habitants des villes. Depuis plusieurs années déjà, les communes, soucieuses de préserver la santé de leurs administrés, cherchent à réduire la pollution produite notamment par les moteurs diesel, fussent-ils de conception récente. C’est ainsi que les élus de la Métropole du Grand-Paris ont mis en place une zone de faible émissivité pour les 79 communes autour de Paris à l’intérieur de l’A86. De fait, dans un proche avenir (2025), des restrictions de circulations seront imposées à ce type de véhicule. On constate déjà que les sociétés de transport en commun routier, comme la RATP, remplacent rapidement leur flotte par des véhicules adaptés à la protection de l'environnement : bus électriques, bus « 100 % gaz naturel », bus hybrides. Nous souhaitons donc que si la municipalité a besoin d'un nouvel autocar, elle achète un véhicule compatible avec le respect de l'environnement pour les années à venir. Nous demandons donc à M. le Maire de renoncer à l'achat envisagé d’un autocar diesel.
    68 of 100 Signatures
    Created by ELAN-S. E. Picture
  • Pour l'arrêt des nouveaux projets routiers du Conseil Départemental 66
    Mesdames et Messieurs les conseillères et conseillers départementaux du Pays Catalan et du Fenouillèdes, Depuis plusieurs années maintenant les écologistes vous alertent, par toute une série d’actions, sur la nécessité de changer notre politique de transports, et sur les dégâts qu’engendrent les infrastructures et la circulation routières sur notre environnement proche et sur le climat. Aujourd’hui, alors que notre planète brûle et que s’enchaînent partout les épisodes dramatiques de sécheresse et de canicule, témoins de la catastrophe climatique en cours, il n’est plus possible de célébrer les 27 millions d’euros prévus pour doubler la RN116 et accroître encore les mouvements pendulaires entre le Conflent et l’agglomération de Perpignan. Il n’est plus possible de construire un pont supplémentaire au sud de Céret, pour générer un nouveau flux automobile sur la plaine de St-Jean-Pla-de-Corts et pousser à son urbanisation. Il n’est plus possible de tracer une pénétrante supplémentaire entre Saleilles et Perpignan, dans un secteur qui est déjà meurtri par l’automobile, et saturé par la circulation, ni de construire une rocade sud de Perpignan, après avoir constaté que la rocade ouest n’a amélioré en rien le trafic périurbain. Toutes ces opérations routières, extrêmement coûteuses pour les finances de nos collectivités, sont climaticides et écocides. Nous n’en avons plus les moyens. Il est de notre responsabilité à tous, et de votre responsabilité en premier lieu, d’y mettre fin, pour le bien-être des habitants du Pays Catalan, pour préserver leur environnement, qui est déjà bien menacé, et pour prendre votre part dans la lutte nécessaire contre le réchauffement climatique et la catastrophe sociale qu’il est en passe de provoquer. Ailleurs, au Pays de Galles par exemple, des élus ont pris leurs responsabilités, et ont décidé de renoncer à tout projet routier supplémentaire, pour se contenter de maintenir le réseau existant en bon état. C’est pourquoi nous vous demandons, une fois de plus, et publiquement, d’agir en responsabilité, et de renoncer à votre tour à ces projets routiers qui n’amélioreront pas la vie des habitants du Pays Catalan, mais qui détruiront un peu plus notre planète. Ce renoncement ne serait pas une défaite. Il serait la preuve de votre sens des responsabilités. En vous remerciant de votre attention, nous vous saluons bien cordialement.
    163 of 200 Signatures
    Created by Philippe P.
  • Exigeons les livraisons en véhicules propres
    On constate de plus en plus de camions et des scooters polluants sur nos routes en ville qui livrent toutes sortes d’objets ou des repas. Sans parler du volume des emballages de plus en plus important (cela devrait faire l’objet d’une autre pétition..,) Ces livraisons en constante augmentation sont une source de pollution importante. Il faut sensibiliser les consommateurs sur ce point et qu’ils soient acteurs en leur faisant choisir de préférence les entreprises et commerces qui soient vertueuses en termes d’écologie. Ce qui incitera celles ci à investir dans des véhicules non polluants
    20 of 100 Signatures
    Created by Lucie G.